Home

The Woman's Christian Temperance Union (WCTU) a été la première organisation féministe. Cette association a vu le jour en 1873 dans l'Ohio. Les fondatrices souhaitaient des réformes sociales. Leur programme était d'ailleurs très ambitieux : associer religion et laïcité pour réformer en profondeur notre société tout en respectant les préceptes du protestantisme.

Un monde sobre et pur

Le but de la WCTU était de créer une société « sobre et pure » grâce à l'abstinence. Ces femmes, pour la plupart féministes, se sont inspirées du philosophe et historien grec Xenophon qui a défini, en son temps, l'abstinence comme la « mesure salutaire en toute chose ».
Rien n'est vraiment bon ou mauvais, mais l'excès est toujours nuisible.

L'alcoolisme était donc un ennemi à abattre, car perçu comme la cause de la majorité des problèmes sociaux de l'époque.

La WCTU a également joué un rôle non négligeable dans la mise en œuvre de réformes dans différents domaines : protection des conditions de travail des femmes, prostitution, santé et hygiène, droit de vote des femmes...

The Woman's Christian Temperance Union

State Officers of The Woman's Christian Temperance Union of South Australia. 1900. (State Library of South Africa)

Cette association a connu un grand succès en Amérique du Nord et s'est implantée dans une quarantaine de pays jusqu'en 1940. Cependant, l'idéologie protestante a limité l'expansion du mouvement.
En effet, les missions d'évangélisation ont peu attiré les catholiques, Juifs, hindous ou musulmans.

Le protestantisme rejette tout magistère autoritaire ; il se veut une famille de chrétiens adultes et responsables, auxquels on ne saurait dénier le droit à la recherche d'une libre expression de leur foi personnelle dans le respect de celle de leurs frères et sœurs dans la foi.
La Réforme est née de la redécouverte de l'importance décisive de l'Écriture pour l'Église.

The Woman's Christian Temperance Union

Women's Christian Temperance Union mission. Denver. Colorado vers 1900 (Denver Public Library)

En 2009, l'association comptait 20 000 membres aux États-Unis.

Le baiser et l'hygiène

En janvier 1901, The Woman's Christian Temperance Union s'est lancée dans une croisade aux États-Unis contre le baiser, contraire aux règles d'hygiène et à la moralité puritaine.
Anna Hatfield, Présidente de l'association et médecin, a déclaré que la baiser était une pratique barbare et malsaine qui devait être abolie au plus tôt.
Elle a ajouté que si une femme ne peut vraiment pas l'éviter, il doit alors être précédé d'un lavage de bouche avec un produit antiseptique.

The Woman's Christian Temperance Union

Women attending the twentieth Annual Convention of the Woman's Christian Temperance Union, Adelaide 1908

Évidemment, sortir son tue-mouches au moment crucial n'est pas très glamour et risque de faire fuir les prétendants, mais par contre cette déclaration a fait le bonheur des laboratoires pharmaceutiques.

V. Battaglia (20.05.2012)

 

Lien

WCTU. Site officiel