Home

Vison

Derrière une apparence gracile et un air inoffensif, le vison est un véritable prédateur qui chasse et tue ses proies avec beaucoup de persévérance et de méthode.
Il existe deux espèces : le vison d’Amérique (Neovison vison. Anciennement Mustela vison) et le vison d’Europe (Mustela lutreola).
Le vison d’Europe a beaucoup décliné depuis l’introduction involontaire du vison d’Amérique.
Il n’y a pas si longtemps, un manteau de vison était pour une femme un signe extérieur de richesse. Aujourd’hui, la mode a changé et les visons, évadés des élevages, se multiplient dans la nature avec des conséquences dévastatrices pour la faune locale.

Portrait du vison

Membres de la famille des Mustélidés, les visons ont la même silhouette compacte et longiligne que la belette ou le putois.

Autres critères caractéristiques : une longue queue touffue, un profil légèrement aplati se terminant par un museau court.

Le vison d’Amérique occupe toute l’Amérique du Nord, du cercle polaire jusqu’au Nouveau-Mexique, tandis que le vison d’Europe ne vit que sur la côte atlantique française et en Europe de l’Est jusqu’à l’Oural.

Vison

Vison d'Amérique. By Brendan.lally

Les deux espèces de visons sont très similaires. On les différencie principalement par la taille et par la couleur du pelage.

Parfois appelé « putois d’eau », le vison d’Europe est brun avec une tache blanche couvrant les lèvres supérieures et inférieures.
Ce détail le distingue du vison américain qui possède la même fourrure mais légèrement plus foncée et ne présente cette coloration blanche que sur la seule lèvre inférieure.
Il est également à souligner que 10% des visons américains sont gris-bleu.

Avec une taille de 40 à 54 cm de long (queue non comprise) et un poids moyen de 1 kg (maximum 2 kg), le vison d’Amérique est plus grand que son homologue européen, dont le poids est inférieur de 10 à 40% (jusqu’à 800 g).

Mode de vie

La fourrure soyeuse du vison le protège contre l’eau, le froid et les écarts de température. Une mue annuelle allège le manteau pour céder la place en été à une fourrure moins compacte.
Le vison est un mammifère semi-aquatique.

Il vit exclusivement aux abords des rivières, des lacs et des ruisseaux. Le vison d’Amérique a colonisé les bords de mer où il vit à proximité des habitations humaines.

Vison europe

Vison d'Europe . By Nicolai Meyer

Dans l’eau, le duvet conserve la chaleur du corps, alors que les poils de jarre lubrifiés par des sécrétions glandulaires laissent glisser l’eau.
Ils ne sont pourtant pas particulièrement bien adaptés à la vie dans l’eau. En effet, les deux espèces n’ont développé qu’une seule spécificité anatomique liée à la vie aquatique : la présence d’une palmure interdigitale sur les pattes équipées de cinq doigts.
La palmure est surtout marquée sur les pattes postérieures.

Très à l’aise sur la terre ferme, le vison se déplace au galop.

Le vison est essentiellement carnivore. Il apprécie les petits rongeurs et les oiseaux. Il complète son menu avec des poissons, des reptiles et des amphibiens.
Friand d’écrevisses, il en fait son régal l’été.

Le vison est un nageur moyen à cause de sa faible capacité pulmonaire sous l’eau et de sa vision sous-marine médiocre.
De plus, il nage assez lentement.

Il mise donc plus sur la surprise que sur ses capacités physiques pour attraper ses proies. Il se poste en observation sur la rive et ne plonge qu’à coup sur, jamais au-delà de 10 à 20 m de profondeur.

Le vison est un chasseur opportuniste et astucieux qui compose son menu en fonction des disponibilités saisonnières.

Vison

Le vison possède une bonne vue ainsi qu'une ouïe très fine. By Whisky mac

Nocturne et crépusculaire, le vison est totalement diurne qu’en été. Sa dentition est parfaitement adaptée à son régime alimentaire. Des puissantes mâchoires, pourvues de canines pointues, lui permettent de tuer net ses proies.
Les molaires déchirent et mâchent la chair. Les visons possèdent 34 dents.

La mise à mort s’effectue d’un coup de dent derrière la tête ou sur la veine jugulaire.

Les visons sont solitaires et territoriaux. Le domaine d’un mâle est d’environ 50 hectares. Mâles et femelles balisent leur territoire  avec leurs glandes odoriférantes.
Les marquages odorants sont complexes et informent sur l’identité de l’auteur, son statut social, son état de santé et sa réceptivité en période de reproduction.

Les visons aménagent avec soins leurs abris. Sur un seul domaine, l’animal dispose de six gites en moyenne qui sont utilisés de manière alternée.
Creusé dans la terre, à quelques mètres des cours d’eau, les terriers possèdent plusieurs ouvertures.
Il est composé d’un logement principal  assez exigu garni de feuilles et de plumes.

Les visons peuvent également squatter le terrier  d’une loutre ou d’un castor ou simplement se contenter d’une cavité naturelle.

Introduction sauvage du vison d’Amérique en Europe

Chassé et exploité en surnombre, le vison d’Europe a progressivement disparu de certaines régions d’Europe et d’Asie.
Suite à un élevage intensif, le vison américain a été importé en Europe au début du 20e siècle. Echappé des centres d’élevage, ce vison a colonisé en quelques décennies l’ensemble des pays scandinaves, l’Allemagne et la Grande-Bretagne, et une partie de la Russie. Des petites populations se sont implantées en France et en Espagne.

Plus opportuniste en matière alimentaire, cette espèce a colonisé les mêmes niches écologiques que le vison européen, tout en étant capable de s’adapter plus facilement à une diminution des ressources alimentaires.

Vison

Le vison vit toujours près d'un point d'eau. By Mozzercork

Le vison américain est plus robuste et plus précoce en matière de reproduction. Il n’hésite pas à s’accoupler avec des femelles européennes.
Ces hybridations provoquent des avortements spontanés et réduisent la fécondité des visons européens.

De ce fait, le vison européen est aujourd’hui classé comme espèce menacée.

Reproduction

Les couples se forment de manière saisonnière. Les deux sexes se retrouvent au printemps. Alertés par un concert de cris et de petits sifflements, les mâles se mettent sur la piste des femelles, en se heurtant souvent à d’autres mâles.
Ils doivent alors se livrer à de rudes combats.

L’accouplement provoque l’ovulation chez la femelle. Mais une fois fécondés et segmentés, les œufs entrent en phase de léthargie.
Ce phénomène est connu sous le nom de nidation ou implantation différée. Chez les visons, la durée n’est que de 20 à 40 jours.
La période de développement embryonnaire est également très courte, 30 jours en moyenne.

Le mâle retourne sur son domaine après la période d’accouplements et ne s’occupe pas des petits.

Vison

Le vison d'Amérique supplante le vison d'Europe dans son milieu naturel. By Brendan.lally

Les petits visons naissent aveugles et plus ou moins couverts de poils. Ils sont sans défense et sous la protection de leur mère pendant les quatre premières semaines.
Les bébés au nombre de 2 à 7  restent dans le gîte. Ils sont sevrés dès l’âge de 8 semaines.

Le taux de mortalité juvénile est d’environ 25% à cause des prédateurs, des maladies et des parasites.
Les jeunes atteignent leur taille adulte au cours du 2e mois. Leur mère leur apprend à chasser et les groupes familiaux se séparent à la fin de l’été ou au début de l’automne.
Les jeunes doivent alors s’approprier un territoire.

Les mâles atteignent leur maturité sexuelle vers l’âge de 3 ans et les femelles vers 2 ans. Leur espérance de vie est de 8 à 10 ans.

Le manteau de la honte

Le commerce de la fourrure en général (vison, renard, putois, loup, lapin …) est devenu une activité prospère dès le début du Moyen Âge et a connu son apogée à la fin du 19e siècle.

Jusqu’à la fin du 19e siècle, il existait une autre espèce de vison qui vivait dans les rochers en bordure de rivage des côtes atlantiques du continent nord-américain. Chassé pour sa fourrure, ce « vison des mers » a été exterminé.

En France, les peaux de martres et de visons étaient vendues dans des foires dites à la sauvagine ».
Ces foires ont rencontré un grand succès jusque dans les années 60. La fourrure de vison était considérée comme un matériau de luxe et réservé à la bourgeoisie.

Pour satisfaire à la forte demande de peaux de visons, des élevages ont été créés à la fin du 19e siècle.
Il faut tuer 65 à 70 animaux pour confectionner un seul manteau.

L’élevage intensif a surtout concerné le vison américain. Il se reproduit facilement en captivité au point de former toute une gamme de mutations de couleurs, travaillées par les éleveurs.
On trouvait des manteaux de vison argenté, blanc, platine, sable pastel ou saphir. Toutes ces teintes n’existent pas dans le milieu naturel.

En France, depuis 1976, les fourreurs ne peuvent utiliser que des visons d’élevage. La chasse du vison d’Europe est totalement interdite en France et en Espagne.
La mode a changé et sous la pression des associations, il n’est plus de bon ton de porter un manteau en fourrure véritable.

Le vison d’Amérique a été classé comme nuisible en 1987 et peut être chassé depuis 1989. Des programmes de stérilisation sont en cours en France pour contrôler les populations.

Globalement protégés, bien que le braconnage continue, les visons sont aujourd’hui surtout menacés par la dégradation de leur environnement naturel, notamment la déforestation, le débroussaillage des rives, l’assèchement des marais et la pollution des cours d’eau.

Classification: Animalia. Chordata. Mammalia. Carnivora. Caniformia. Mustelidae

V. Battaglia (31.03.2009)

Putois d'Europe . Hermine

Références principales

Le vison, collection Marshal Cavendish 1994
Vison, éditions Atlas 2004

< Mammifères