Home

Comment les dinosaures voyaient-ils le monde ?

Avaient-ils les yeux bleus ou jaunes d’or ? Leurs pupilles étaient-elles fendues ou rondes ? Si ces questions peuvent paraître insignifiantes, elles répondent en fait à une controverse passionnante : A quoi ressemblait le monde vu à travers les yeux d’un dinosaure ?

 

 

La vision animale

S.Hergueta, chercheur en anatomie comparée, a déjà effectué une étude que l’on peut résumer simplement : « A chaque animal, correspond une vision différente du monde ».

A partir d’un même paysage, il est intéressant de comparer les différentes visions.

Vision du paysage par l'Homme

La vision du taureau

Le taureau ne voit pas en couleurs. Comme chez tous les herbivores, sa vue est assez floue.

La vision de la mouette

Les oiseaux voient en couleurs et leur acuité visuelle est excellente. Cependant, leur notion des couleurs est certainement différente de la nôtre.

Binoculaire contre monoculaire

L’homme a une vision binoculaire. Nos yeux regardent vers l’avant. Les deux champs visuels se chevauchent ce qui nous donne une perception stéréoscopique du relief. L’angle de vision ne dépasse pas 65°.
C’est cette vision qui nous permet d’évaluer les distances.
Cette faculté est primordiale pour appréhender les obstacles ou fondre par exemple sur une proie.

L’âne a une vision monoculaire, surtout quand il broute car c’est dans cette position qu’il dispose de la plus grande largeur de champs. Chaque œil dispose d’un champ de vision de 146°. Son œil droit lui renvoie une image totalement différente de celle de son œil gauche. Pour voir devant lui, l’âne doit tenir sa tête droite et ramener vers l’avant ses globes oculaires, de façon à ce qu’il y ait chevauchement des images des deux yeux.

Les fossiles parlent

Les os nous révèlent une partie de la vision des dinosaures. Ce sont les crânes, et surtout l’emplacement des orbites, qui ont permis de faire certaines suppositions.

Par exemple, les dinosaures herbivores comme le Diplodocus avaient les yeux sur le côté. Cette vision latérale panoramique se retrouve actuellement chez les chevaux.
Cette vision permet de voir le danger approcher de derrière, chaque œil couvrant un angle de 180°.

Ci-dessus: Si l'on part du principe que les herbivores ont une vue plus floue; que les amphibiens et reptiles voient particulièrement bien le jaune, le vert et le rouge; voilà comment notre sauropode aurait pu voir ce paysage. Ceci n'est qu'une pure spéculation bien évidemment

Par contre, le Tyrannosaure possédait une vision binoculaire comme la nôtre. Il pouvait donc parfaitement évaluer les distances. Cette vision stéréoscopique est d’ailleurs celle de la plupart des prédateurs. En effet, il leur est indispensable de pouvoir évaluer les distances avant d’attaquer une proie.

De même, l’intelligent Troodon qui possédait de grosses orbites avait une vision binoculaire.

Troodon

De plus, certains fossiles comme ceux de l’Hypsilophodon révèlent des anneaux qui entouraient l’orbite. Le poulet possède également des anneaux semblables.
Ils permettent de faire une mise au point visuelle comme le ferait un zoom.

Crâne d'Hypsilophodon

Crâne d'Hypsilophodon

Parmi les reptiles marins, les Ichthyosaures sont célèbres pour la grandeur de leurs orbites. Temnodontosaurus était doté des plus grands yeux jamais connus : ils mesuraient plus de 26 cm de diamètre. Les yeux étaient entourés d’un anneau de peau recouvert de plaques osseuses, les protégeant pendant les plongées.

Ophthalmosaurus, un Ichthyosaure aux orbites importantes. © BBC

En comparaison, la baleine a des yeux de 15 cm de diamètre.
On peut en conclure que les Ichthyosaures plongeaient à de grandes profondeurs et voyaient parfaitement dans les eaux sombres.

Les dinosaures voyaient-ils en couleurs ?

La plupart des mammifères ne voient pas en couleurs ou alors de façon très rudimentaire. La perception des couleurs est liée à la présence ou non dans la rétine de cônes sensibles au bleu, au jaune et au vert.
Les mammifères arboricoles ou frugivores comme les écureuils ou les primates distinguent les couleurs.

Chimpanzé

Le fait d'évaluer les distances est primordial pour pouvoir utiliser des outils comme le fait le chimpanzé. © dinosoria.com

De même, parmi les espèces qui distinguent les couleurs, on peut citer : les oiseaux, de nombreux poissons, les abeilles mais également les amphibiens et les reptiles.
On sait, par exemple, que la tortue différencie le bleu, le vert et l’orange.

De nombreux paléontologues pensent que les dinosaures voyaient déjà en couleurs comme nos oiseaux et nos reptiles.
Si l’on pousse ce raisonnement plus loin, on peut donc envisager que les dinosaures arboraient des couleurs chatoyantes.
En effet, la couleur a une signification précise : elle informe d’un danger, elle sert à impressionner les prédateurs, elle permet de séduire les femelles.
De nombreux reptiles comme les lézards ou les caméléons changent de teinte pour montrer leur envie de copuler ou tout simplement signifier leur humeur.

Partant de ce principe et sachant que les dinosaures étaient alors l’espèce dominante de notre planète, il n’est pas envisageable d’imaginer qu’ils voyaient leur environnement uniquement en noir et blanc.
Les dinosaures possédaient des ornements de toutes sortes, des collerettes, des crêtes et des protubérances qui ne servaient certainement pas uniquement à se défendre.

Ces ornements devaient également avoir une signification bien précise pour se reconnaître et dans le cadre de la reproduction.
Le monde qui est décrit là est un monde vivant et il n’y a donc aucune raison de penser qu’il était terne et gris.

V. Battaglia (05.2003)

< Planète Dinosaure