Home

C'est en 1912 en Mongolie que l'image du dinosaure bête et pataud prend fin. En effet, le squelette exhumé se révèle être celui d'un animal agile et rapide. Il est baptisé Velociraptor mongoliensis " prédateur rapide ".

Velociraptor est le type même du théropode agile et intelligent. Depuis 1912, de nombreuses découvertes ont été effectuées sur Velociraptor. Les derniers fossiles exhumés prouvent que ce dinosaure possédait des plumes.

Portrait de Velociraptor

Jusqu' en 1993, les scientifiques pensaient que Velociraptor ne mesurait guère plus d' un mètre de haut. Mais un squelette de 1,80 m, retrouvé en Utah, a mis fin à ce portrait bien établi. Cependant, il est impossible d'établir une taille standard car le nombre de fossiles n'est pas suffisant.
Tout en muscles, doté d'une longue queue, sa morphologie est celle d'un animal hyperactif.

Les premiers restes de Velociraptor viennent de la formation Djadochta de Shabarak Usa, en Mongolie. Velociraptor mongoliensis a été décrit par Osborn en 1924.

Velociraptor

Squelette d'un Velociraptor. >© dinosoria.com

A ce jour, les paléontologues disposent d'une dizaine de spécimens. Le plus ancien fossile remonte au début du Crétacé, il y a environ 150 millions d'années.

Crâne Velociraptor

Crâne de Velociraptor. © dinosoria.com

La tête de Velociraptor, longue, basse et au museau plat, est le caractère principal qui le différencie des autres dromaeosaures, aux têtes courtes et épaisses. Cette différence de morphologie reflète peut-être un régime alimentaire différent mais ce n'est qu'une hypothèse.

On peut constater sur le crâne que les orbites sont grandes et que les dents sont nettement crénelées.

Dents de Velociraptor

Dents de Velociraptor. © dinosoria.com

Il fait partie de la famille des Dromaeosauridés comme Deinonychus " Terrible griffe". Ce prédateur chassait en bande à la manière des loups. D'après plusieurs fossiles découverts, Velociraptor en faisait autant.

Aujourd'hui, l'image que l'on a des dinosaures et en particulier des théropodes a changé. On sait que certains d'entre eux possédaient une intelligence similaire à celles de certains mammifères actuels. De plus, la découverte, il y a quelques années, de deux nouveaux fossiles présentant des traces de plumes a radicalement modifié bon nombre de théories sur les dinosaures.

Velociraptor à plumes

Velociraptor ne possédait pas une peau semblable aux reptiles. Certains musées n'hésitent d'ailleurs plus à exposer des reconstitutions de spécimens arborant un bien joli duvet.

Velociraptor

Velociraptor avec de courtes plumes. © dinosoria.com

En septembre 2007, des points de fixation de plumes ont été retrouvés le long des membres antérieurs d’un Velociraptor.
Le paléontologue Alan Turner ainsi que Peter Makovicky  et Mark Norell peuvent donc prouver que Velociraptor avait bien des plumes.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Reconstitution d'après un squelette du Velociraptor. BBC

En effet, ces points de fixation sont identiques aux points d’ancrage des pennes c’est-à-dire les plumes qui sont indispensables au vol des oiseaux modernes.
Pour l’équipe de paléontologues du Museum d’histoire naturelle de New York, cette découverte implique que contrairement à ce qui avait été soutenu jusqu’à présent, les dromaeosauridés de grande taille n’ont pas perdu leurs plumes au cours de l’évolution. Cependant, Velociraptor ne pouvait pas voler. Par contre, les chercheurs pensent que les ancêtres des dromaeosauridés avaient cette capacité.

A quoi servaient ces plumes ? Pour l’instant, les paléontologues ne peuvent faire que des hypothèses. Peut-être s’agissait-il d’un « ornement » utile lors de la parade sexuelle, peut-être que les femelles les utilisaient pour garder à bonne température leurs œufs ?

Comme l'autruche, Velociraptor pouvait peut-être également se servir de ses plumes dans les changements rapides de direction.

Une griffe aiguisée comme un rasoir

A près de 40 km/h, ces bipèdes bondissaient sur leurs proies, balançaient leurs deux pieds sur le torse de l'adversaire et leur plantaient leur redoutable griffe dans le corps.

Griffe d'un Velociraptor (Museum of Natural History). © dinosoria.com

Video Velociraptor (Une meute de velociraptors attaquent un protoceratops)

Cette griffe, capable de se relever presque à la verticale, était idéale pour s'agripper. Après avoir lacéré leur proie, ils pouvaient tout à loisir la déchiqueter grâce à leur quinzaine de dents en forme de rasoir.

Comme chez de nombreux théropodes, la main n'a que trois doigts. Cette main, de structure simple, forme un crochet très efficace pour agripper fermement les proies. Les petits os du poignet en forme de galet sont disposés de manière à rendre l'articulation souple pour améliorer la prise.

Griffes velociraptor

Griffes fossiles de Velociraptor. © dinosoria.com

D'après des empreintes fossiles, on sait également que Velociraptor n'utilisait que 2 doigts pour marcher et courir.

Griffes Velociraptor

Reconstitution des pattes par la BBC

Le troisième doigt restait relevé afin probablement d'en éviter l'usure.

Souvenirs d'un combat

La scène fossilisée est extraordinaire. Elle a été découverte en 1971. Un Velociraptor tient dans ses bras un Protoceratops et s'apprête à le déchiqueter.

Combat Velociraptor et Protoceratops

Velociraptor et Protoceratops. © dinosoria.com

Velociraptor est mort en tenant dans ses mains la tête cuirassée de Protoceratops, tout en lui lacérant le ventre avec ses griffes.

Mais, Protoceratops avait percé la poitrine de son adversaire avant de mourir lui aussi. La patte arrière du Velociraptor était restée coincée dans les mâchoires de sa proie.
Ensevelis depuis 80 millions d'années dans le désert de Gobi, leur position témoigne de la fureur du combat.

Pourquoi le combat s'est-il interrompu ? Une tempête de sable a peut-être enseveli les deux animaux en plein combat. Nul ne saura jamais qu’elle aurait pu en être l’issue.

Classification: Animalia. Chordata. Reptilia. Saurischia. Theropoda. Coelurosauria. Dromaeosauridae

V.Battaglia (05.2003) M.à.J 02.2008

 

Sources

Article sur la découverte des points de fixation de plumes. Science magazine (pdf en anglais)
Classification du Velociraptor (en anglais)
The Society of Vertebrate Paleontology (en anglais)

La grande encyclopédie des dinosaures, David Norman, éditions Gallimard 1991