Home

Animaux < Reptiles < Lézards < Varan malais. Varanus salvator

Varan malais

Venant en seconde position en taille après le varan de Komodo, le varan malais (Varanus salvator) est un varan semi-aquatique.
Également appelé varan à deux bandes, le varan malais est très répandu dans toute l’Asie et en Inde.

Au large des côtes de l’Inde, l’île de Sri Lanka est un véritable petit paradis pour la faune animale. Des lagons bleus dignes des plus belles cartes postales sont sillonnés par des pêcheurs. Ces 1 300 km de côtes sont protégés par une barrière de dunes. Et c’est pourtant ici que vit en toute liberté le redoutable varan malais.
Homme et varan aquatique vivent là en paix. Protégés par la loi et respectés par la population, les varans sont depuis toujours des animaux mythiques. Ce respect mêlé de crainte leur a valu le surnom de dragon des lagons.

Portrait de Varanus salvator

Parmi les 31 espèces de varans, Le varan malais peut atteindre 3 m de long et peser jusqu’à 300 kilos au maximum. Cependant, la moyenne des individus mâles est inférieure à 2 m.

Varan malais

Le varan malais est le plus gros varan après le varan de Komodo. © dinosoria.com

Ce varan possède une bande noire bordée de jaune qui se prolonge derrière chaque œil. Sa couleur varie du brun au noir avec des taches jaunâtres.
Ces taches disparaissent quasiment avec l’âge.

Particulièrement vorace, il possède des armes naturelles qui font de lui un excellent prédateur. Ses dents sont aussi coupantes que celles d’un requin.
Ses pattes, tout en muscles, se terminent par des orteils munis de longues griffes.

Ses griffes ne lui servent pas uniquement à se défendre mais également à grimper aux arbres.

Varan malais

Le varan malais est capable d'accélérations brusques.

Bien qu’il nous paraisse assez pataud sur terre, il est capable d’accélérations brusques et peut rattraper un homme sans problème.
Par contre, sous l’eau, son étonnante souplesse fait oublier sa lourdeur d’animal préhistorique. Sa queue, comprimée latéralement, ressemble à une quille et lui sert à manœuvrer sous l’eau.

Varan malais qui nage

Le varan malais est un excellent nageur.

Comme de nombreux reptiles, l’odorat est le sens le plus développé des varans. La langue capte toutes les odeurs puis les transmet à un organe sensoriel situé dans la voûte du palais qui les analyse.
Opportuniste, le varan malais n’est pas difficile et se nourrit de tout ce qu’il trouve : poissons, mammifères, oiseaux, charognes…

Excellents nageurs, ces varans peuvent rester en apnée pendant ½ heure. Mais sous l’eau, ils sont complètement myopes.

Varan malais

Le varan malais possède un excellent odorat.

Varans aquatiques, les varans malais ont une température interne à peu près constante. Ils n’ont pas besoin, contrairement à la plupart des reptiles, de bains de soleil pour réchauffer leur corps.

Ce varan est très commun en Asie, au Sri Lanka, en Inde, en Indochine, dans la péninsule malaise et dans diverses îles de la Malaisie.
Il affectionne les secteurs couverts de forêts tropicales, près des marais.

Des rixes violentes

Très paisible quand il est seul, le varan malais devient extrêmement agressif quand il rencontre d’autres congénères. Les mâles se battent entre eux pour les femelles, les proies et par goût du combat.

Combat entre deux varans malais

Combat entre deux varans malais.

Ces rixes peuvent durer une heure et le vainqueur est celui qui réussit à mettre à terre son adversaire. Cette technique de combat est d’ailleurs celle utilisée par les cobras.

Combat entre deux varans malais

Le varan qui touche terre est vaincu.

De même, les mâles dominants ne tolèrent pas les plus jeunes quand ils sont en plein repas. Tout est bon pour défouler leur agressivité.

La reproduction du varan malais

Les femelles sont par nature beaucoup moins agressives. Toute leur énergie est concentrée sur la reproduction. Quand elles sont disposées à s’accoupler, elles déposent leur odeur sur tous les supports qu’elles rencontrent.
Seuls les mâles les plus forts trouveront grâce à leurs yeux. L’heureux élu devra cependant se montrer convainquant et persévérant car la femelle peut avoir des réactions brutales. Pour qu’elle accepte l’accouplement, il devra la dominer totalement en s’installant sur son dos.

Oeufs de varan malais

Oeufs de varan malais. © dinosoria.com

Les femelles déposent leurs œufs au cœur de la mangrove. Elles creusent un terrier qui servira de chambre d’incubation pendant 6 mois. La température du terrier doit être constante et seul l’instinct guide la femelle pour savoir à quelle profondeur creuser son terrier.
En une heure, elle pond une dizaine d’œufs qu’elle recouvre aussitôt de sable. Elle ne les couve pas et les abandonne aussitôt.

Jeune varan malais

Jeune varan malais. © dinosoria.com

Seule la chance permet aux jeunes d’atteindre l’âge adulte. Les prédateurs sont nombreux, à commencer par leurs propres congénères.
Le jeune varan peut tripler de taille la première année. A 4 ans, il atteint sa taille adulte.

Comme des renards dans un poulailler

Il est surprenant d’observer le comportement de ces varans. Au Sri Lanka, protégés et respectés, ils ne craignent pas l’homme. Ils font même preuve d’un culot incroyable.

Varan malais

Le varan ne craint pas l'homme. © dinosoria.com

Les varans ont bien compris que là où il y a des hommes, il y a aussi des proies faciles : poissons pêchés, poules. Ils n’hésitent donc pas à voler poissons et volatiles quand ils en ont l’occasion. La population se montre particulièrement indulgente à leur égard face à ces larcins.

Varan malais qui vole des poissons

Le varan n'hésite pas à voler le produit de la pêche. © dinosoria.com

Contrairement aux croyances, le varan n’attaque pas l’homme. Il peut même devenir extrêmement familier en captivité.

Prédateur redoutable mais pas invincible

Le varan a peu d’ennemis naturels. A l’âge adulte, seul un congénère de même force peut devenir un danger. Cependant, dans l’eau, il peut se trouver confronter à son principal ennemi : le crocodile marin.

Varan malais

Le varan malais n'attaque pas l'homme. © dinosoria.com

Les varans le savent bien et ne s’y frottent pas. A terre, aussi étrange que cela puisse paraître, seul le cobra est capable de faire fuir ce redoutable reptile. La morsure mortelle d’un cobra est assez puissante pour tuer un varan.

Classification :Animalia. Chordata. Reptilia. Squamata. Varanidae. Varanus

V.Battaglia (25.06.2007)

Video Varan malais . Varan de Gould . Varan de Komodo

Références

King, Dennis & Green, Brian. 1999. Goannas: The Biology of Varanid Lizards. University of New South Wales Press
Le varan malais. Editions Proxima 2001
Les varans. Encyclopédie Larousse des Animaux. Larousse 2006

< Lézards