Home

Planète Terre < Astronomie < Planètes du système solaire <Uranus

Uranus

Uranus, la septième planète en partant du Soleil, est peu visible dans le ciel nocturne, et de ce fait était inconnue des civilisations anciennes. Elle n’a été découverte qu’en 1781 par William Herschel.

Dans la mythologie, Uranus était le père de Saturne, Saturne étant lui-même le père de Jupiter ; ainsi, ces trois planètes sont placées dans l'ordre de filiation.

Bien qu’appartenant à la famille des planètes géantes, elle est sensiblement plus petite et plus dense que Jupiter et Saturne. On la connaît mieux depuis son survol par la sonde américaine Voyager 2 en 1986.

Une orbite inclinée

Elle tourne sur elle-même en une durée voisine de 17 h.

Uranus gravite autour du Soleil à une distance de 2 877,38 millions de kilomètres, soit deux fois la distance séparant Saturne du Soleil.

Uranus

Uranus © Nasa

Uranus se différencie par son inclinaison sur le côté. Non seulement la planète se déplace autour du Soleil, mais en plus elle roule sur son axe. Uranus effectue une révolution complète en un peu plus de 84 ans.

Comparatif entre Uranus et la Terre

Comparatif entre Uranus et la Terre. Montage effectué à partir de deux photos de la Nasa

Comme l'axe de rotation de la planète est quasiment situé dans le plan orbital, certaines régions de la planète peuvent demeurer dans l'ombre pendant de longues années.

Le champ magnétique

Uranus possède un champ magnétique inhabituel, incliné par rapport à l'axe de rotation de la planète, et décalé par rapport au centre.

Une atmosphère terne

L'atmosphère d'Uranus est décevante par rapport à celle de Jupiter, ou même de Neptune ; elle paraît fade, dépourvue de nuages et d'autres caractéristiques atmosphériques. Les images d'Uranus nécessitent un traitement informatique pour que les quelques éléments en présence deviennent visibles.

Uranus

Uranus © Nasa

Son atmosphère, à base d’hydrogène, renferme environ 12 % d’hélium ainsi qu’une faible proportion de méthane, notamment sous forme de nuages.

Les anneaux d'Uranus

Uranus possède un système d'anneaux, moins spectaculaire que celui de Saturne. Les anneaux sont sombres et peu visibles sur les images rapportées par Voyager.

À des distances du centre d’Uranus comprises entre 42 000 et 51 000 km ont été décelés, depuis la Terre, en 1977, neuf anneaux de matière, elliptiques, très fins (20 à 30 m d’épaisseur) et très étroits (1 à 10 km de large, sauf pour le plus extérieur dont la largeur varie de 20 à 100 km).

Anneaux d'Uranus

Anneaux d'Uranus © Nasa

Voyager 2 les a photographiés et étudiés et a permis d’en découvrir deux autres, dont un beaucoup plus large (2 500 km) et diffus. Tous ces anneaux sont très sombres, comme la surface des satellites, et constitués sans doute de matière carbonée.

Les satellites d'Uranus

Uranus possède dix-huit satellites connus à ce jour, mais bien sûr de nombreux autres peuvent exister, attendant d'être découverts. L'un d'entre eux n'a été découvert qu'en 1999.

17 satellites portent un nom, le dernier étant répertorié sous le code "1986 U10". Les satellites et leurs éléments de surface portent les noms de personnages et de lieux tirés des pièces de Shakespeare.
Plusieurs, parmi les petits satellites, portent les noms de personnages du "Rape of the Lock" d'Alexander Pope. Parmi tous les satellites, 5 sont considérés de grande taille.

Uranus et ses satellites

Montage d'Uranus et de plusieurs de ses satellites

Les cinq plus gros ont été découverts de la Terre : Miranda, Ariel, Umbriel, Titania et Obéron.
Onze autres, dont les diamètres vont de 40 à 170 km, ont été identifiés sur des photographies prises par Voyager 2 ; deux, dont le diamètre est estimé respectivement à 60 et à 120 km, ont été décelés en 1997 sur des images prises à l’observatoire du mont Palomar, aux États-Unis, et trois autres, de 20 km environ de diamètre, en 1999 sur des images prises à l’aide du télescope franco-canadien d’Hawaii.

Parmi les satellites, citons Sycorax, Caliban, Cordelia et Ophelia.

V.Battaglia (05.04.2005) M.à.J 04.2007

Références

Astronomie, Hachette 2001
L’Astronomie, éditions De La Martinière 2002
Site de la NASA

< Planètes du système solaire