Home

Uluru

Dans les Territoires du Nord, en Australie, se dresse un massif, au cœur de l’immense désert australien : c’est l’Uluru.
Baptisé Ayers Rock par les Anglais, Uluru se dresse, seul, au milieu d’une immense plaine. Sacré pour les Aborigènes, Uluru peut se traduire par « Centre rouge ». En effet, l’Uluru frappe par sa couleur rouge qui tranche avec le reste du paysage.
Cependant plusieurs interprétations du mot « Uluru » sont faites dont notamment « Endroit de l’ombre ».
L’Uluru est-elle la plus vieille montagne du monde ? Dans ce cas, la réalité géologique pourrait bien rattraper la mythologie des Aborigènes Anangu.

 

 

Uluru : le Centre rouge

Dans la mythologie des Aborigènes Anangu, au tout début il y avait le Tjukurpa, le « Temps du Rêve ». La Terre était alors plate et vide, sans lumière ni ténèbres, et la nature attendait l'arrivée des héros divins qui devaient lui donner forme et vie. Ce sont eux qui ont créé l'Uluru, le « Centre rouge », la montagne sacrée, témoin de tous les événements.

Ayers Rock . Uluru

Ayers Rock. By Rob Inh00d

Sur l'Uluru devaient se croiser les lwara, ou « Voies des chants », un labyrinthe de sentiers invisibles recouvrant tout le continent. Le Mara ou wallaby, le Liru ou serpent venimeux et le Kunija, ou python , ancêtres totémiques des Aborigènes, ont surgi d'une flaque d'eau pour atteindre le sommet de cet étrange massif rougeâtre et décrire en chantant tout ce qu'ils voyaient, créant ainsi le monde à travers leur chant.

Ayers Rock

L’explorateur anglais William Gosse a été le premier à violer en 1873 le sommet qui culmine à 348 m du désert.
Il dédia la montagne sacrée à Sir Henry Ayer, le Premier ministre australien qui finança l’expédition.
Uluru et Ayers Rock sont donc les deux facettes de la même montagne, la première sacrée et la seconde profane.

Image satellite d'Uluru

Image satellite d'Uluru (Image courtesy of Space Imaging)

Il a fallu attendre 1977 pour que les Aborigènes obtiennent une partie de la gestion de ce territoire et imposent des restrictions à l’accès des lieux sacrés de leurs ancêtres.

Aujourd’hui, les touristes peuvent toujours entreprendre l’ascension de l’Uluru sous certaines conditions. Cependant, certaines cascades, gorges et grottes décorées sont interdites.

Ce n’est que depuis 1993, que l'îlot rocheux a officiellement repris son nom d'origine. Uluru fait partie du parc national d’Uluru-Kata Tjuta et est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

« Pukulpa pitjama ananguku ngurakutu » signifie « les Anangu vous accueillent sur la terre des aborigènes ». Elle est adressée à tous les visiteurs. Les Anangu se sentent responsabes d’eux. Ainsi, chaque fois qu’un décès par imprudence se produit (plus de 30 sont déjà survenus), la communauté se livre à une cérémonie rituelle d’excuses.

Uluru

Uluru est un lieu sacré. By Rob Inh00d

Il est important pour le visiteur de connaître les richesses culturelles et naturelles de cette zone afin d’éviter tout impair ou imprudence.

Les caractéristiques de l’Uluru

Aucune autre éminence de cette importance ne s'élève dans les environs immédiats d'Uluru. Ce n'est qu'à une trentaine de kilomètres à l'ouest que, par temps clair, on peut distinguer les monts Olga (1000 m d'altitude au mont principal), composés d'une quarantaine de sommets.

Tel une île au milieu d'une mer d'huile, l'imposante silhouette caractéristique d'Ayers Rock domine une vaste plaine. Il s'étire sur quelque 3 600 m de long pour environ 2 400 m de large et son périmètre atteint 9 000 m à la base; il culmine à 348 m au-dessus de la plaine, soit 867 m au-dessus du niveau de la mer.

Ayers Rock

Ayers Rock qui domine la plaine. By alicepopkorn

Les arbres sont rares dans cette région centrale d'Australie écrasée de soleil et de chaleur, et les replis du rocher offrent des refuges ombragés. Ses flancs à nu sont criblés d'une myriade de grottes et d'étranges structures qui plissent sa surface.

Par endroits, des dalles rocheuses de plusieurs mètres d'épaisseur semblent plaquées sur les versants, telles les queues de kangourous géants, Au pied du rocher, un renfoncement semble avoir été creusé par des vagues.

Ayers Rock

Erosion à la base d'Ayers Rock. By Shek Graham . (CC BY-NC-ND 3.0)

S'il n'est pas catégoriquement exclu que le ressac d'une mer ou d'un lac disparu ait laissé des traces, il est fort probable que ce sillon soit le fait de l'érosion causée par le vent et la pluie.

La formation de l’Uluru

Le mythe de la création des Anangu n'est pas très éloigné de l'explication scientifique avancée par les géologues. Cet énorme monolithe de grès, rougi par l'oxydation de ses inclusions ferreuses, s'élève effectivement dans la région la plus ancienne de la Terre.

Uluru vu du cie

Uluru vu du ciel. By rplzzz

Et si le « Temps du Rêve » a jamais existé, on peut l'identifier avec le précambrien, il y a 3,8 milliards d'années, quand les continents et les océans primordiaux étaient bombardés par les rayons ultraviolets du soleil, quand l'atmosphère était constituée par les gaz que crachaient les volcans et quand la surface terrestre était une sorte de laboratoire chimique prêt à recevoir le miracle de la vie.

Uluru

Uluru est l'une des plus vieilles montagnes du monde. By krossbow

Les géologues ne savent pas exactement quand le monolithe a émergé des abysses, mais il est certain que cela se produisit bien avant que la Pangée, le continent originel qui groupait l'Australie, l’Afrique, l’Amérique du Sud, l’Inde et l’Antarctique, ne commence à se morceler en plusieurs masses.

La formation des montagnes plissées qui ont engendré Uluru s'est achevée au plus tard voici 300 millions d'années. Puis l'érosion fit son oeuvre. Les sédiments du fond d'un lac préhistorique retrouvés entre Uluru et les monts Olga prouvent que ces plaines existaient déjà voici quelque 60 millions d'années et que le rocher géant était alors peut-être vraiment une île.

Ayers Rock

Ayers Rock. By ernieski

Uluru et les sommets des monts Olga sont les uniques survivants du massif disparu.

Uluru serait alors la plus vieille montagne du monde, beaucoup plus ancienne que le mont Everest.

Disparition programmée de l’Uluru

Dans cette région, les précipitations sont rares, mais violentes ; de véritables cascades dévalent les flancs de l'îlot rocheux et détrempent la terre à sa base, alimentant les processus d'érosion par l'eau.

Erosion d'Uluru

Erosion d'Uluru par l'eau. By cortomaltese

En butte aux assauts permanents et simultanés du climat et de l'érosion, Uluru se réduit comme une peau de chagrin.
Bien que ses parois ne cèdent que quelques fractions de millimètre par an, L’Uluru disparaîtra un jour victime de l’érosion par le vent et la pluie.

Uluru

Plan d'eau autour d'Ayers Rock. By melalouise

Les précipitations qui s'abattent sur Uluru s'élèvent en moyenne à environ 300 l/m2 et par an. L'îlot rocheux ne se situe donc pas dans une zone désertique à proprement parler.

En effet, cette zone abrite plus de 700 espèces de plantes et une faune variée qui y séjourne chaque fois qu’il pleut.

Moloch

Le Moloch ou diable épineux s'est acclimaté à la région du mont Uluru. © dinosoria.com

Il arrive que plus de la moitié des précipitations annuelles s'abattent en une seule journée.
Lors de tels déluges, l'eau n'a pas le temps de s'infiltrer dans le sol; elle s'écoule en torrents de plusieurs dizaines de centimètres de haut. Ces flots furieux, qui envahissent pratiquement tout le paysage, possèdent un énorme pouvoir érodant qui s'exerce sur toute la surface des plaines autour d'Uluru.

V.Battaglia & J. Parker (22.10.2006)

Australie: ses déserts

Bibliographie principale

Les sites naturels, éditions Gründ. Parcs nationaux en Australie, Allen Fox, éditions Könemann. Les Secrets de la Terre, Sélection du Reader’s Digest

< Réserve Naturelle

< Pays. Continents