Home

Préhistoire < Dinosaures < Recherche biomécanique < Tyrannosaurus vs Triceratops

Tyrannosaurus contre Triceratops

Un Tyrannosaurus Rex qui s’apprête à combattre un Triceratops. Cette scène est bien connue du grand public car elle a déjà été reproduite à plusieurs reprises dans des films. Mais, ce type d’affrontement s’est-il réellement produit ?

Le Tyrannosaurus et le Triceratops vivaient sur le même continent, l’Amérique du Nord, à la même époque, le Crétacé supérieur.
Le Triceratops était un herbivore donc une proie pour tout grand carnivore de l’époque.

Je vous invite à découvrir les découvertes effectuées sur l’éventuelle rencontre entre un Tyrannosaurus et un Triceratops.

Connaissance des dinosaures grâce à la biomécanique

Les questions que se sont posées les scientifiques sont les suivantes :
Que se passait-il quand le chemin de ces deux dinosaures se croisait ? Le Triceratops était-il vraiment une proie pour le Tyrannosaurus Rex ? En cas de combat, qui remportait la victoire ?

En mars 2003, le National Geographic avait publié un excellent article sur cette nouvelle génération de chercheurs qui utilisent les techniques modernes pour mieux comprendre le comportement et les capacités des dinosaures.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Reconstitution d'un Tyrannosaurus Rex

En 2005, la BBC a diffusé un documentaire qui retrace les dernières recherches s’appuyant sur la biomécanique pour recréer le portrait le plus réaliste possible de deux grands prédateurs du Crétacé supérieur : le Tyrannosaurus Rex et le Velociraptor.

D’étranges traces de morsures

Quelles que soient les méthodes modernes employées, toute étude sérieuse commence par l’analyse des fossiles.

Nous savons que le Tyrannosaurus Rex était un Théropode muni d’une mâchoire exceptionnelle.

Squelette de Tyrannosaurus Rex

Squelette de Tyrannosaurus Rex

Cependant, on peut se demander si sa morphologie particulière lui permettait de terrasser l’autre titan du Crétacé supérieur : le Triceratops.
Ses 8 tonnes faisaient de lui un adversaire redoutable, même pour un Tyrannosaure.

Triceratops

Reconstitution d'un Triceratops

Pendant longtemps, il n’a existé aucune preuve que ces deux dinosaures avaient été en contact. Mais, un jour  Gregory Erickson observa de plus près un fragment du bassin d’un Triceratops.
Cet os présentait de curieuses traces de blessures.
On y voit des entailles et une perforation profonde. Sur l’ensemble de l’individu, on trouve 80 lésions différentes.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash


Ce sont des marques de morsures.
Ce paléontologue a utilisé les mêmes techniques que celles employées par la police scientifique.
Il a comblé les perforations avec de la pâte à modeler pour obtenir un moulage de la dent responsable des morsures.

Moulage dent Tyrannosaurus

Moulage de la dent comparé à une dent de Tyrannosarus Rex

Le moulage montre qu’il s’agit d’une dent d’un Tyrannosaurus Rex. Ce dernier a donc bien dévoré ce Triceratops.
Mais cela ne prouve pas qu’il l’ait tué. Il a très bien pu tomber sur une carcasse.

Evaluation de la puissance des mâchoires d’un Tyrannosaure

Deux techniciens, spécialisés dans les effets spéciaux pour le cinéma, ont aidé les scientifiques à évaluer la puissance de la mâchoire d’un Tyrannosaurus.

Ils ont reconstitué la tête d’un T Rex biomécanique à partir du fossile de Stan, un spécimen au crâne presque complet.

Tête biomécanique d'un Tyrannosaure

Tête biomécanique d'un Tyrannosaurus

C’est en se basant sur la puissance des mâchoires d’un alligator que Greg Erickson a évalué la puissance de la morsure d’un Trex en la rapportant à la taille de l’animal.
Il a capturé un alligator puis a inséré dans sa gueule un appareil de mesure. La pression est d’une tonne à une tonne et demie.

Alligator

Alligator qui sert de cobaye

A partir de là, le paléontologue a calculé que la pression des mâchoires d’un Tyrannosaure devait être d’au minimum 4 tonnes.

Cela prouve qu’un Tyrannosaure pouvait tuer d’une seule morsure un Triceratops mais cela ne prouve pas que notre star chassait activement ce type de proie.

Une corne incomplète qui nous en apprend beaucoup

Une corne incomplète de Triceratops a été découverte dans le Montana. Cette corne a été soigneusement analysée. C’est encore un Tyrannosaurus qui est responsable des dégâts.
Il a non seulement tranché net la corne mais a également creusé avec ses dents un sillon dans la collerette du Triceratops.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Cependant, l’os s’est ressoudé après la blessure. Le Triceratops était donc bien vivant quand il a été attaqué. Il a survécu à cette attaque et a vécu suffisamment longtemps pour que les tissus osseux puissent se reformer.

Cela prouve que le Tyrannosaurus n’était pas un simple charognard. Il a bel et bien arraché le bout de la corne puis planté ses immenses dents dans la collerette.

Reconstitution Tyrannosaure

Reconstitution d'un Tyrannosaure par la BBC

Mais, cela prouve également que le Triceratops n’était pas une proie facile puisque l’individu a survécu.

Technique de chasse du Tyrannosaurus

Pour attraper un zèbre ou une gazelle, un groupe de lionnes utilise l’attaque surprise. Elles se camouflent dans les hautes herbes puis bondissent brutalement.
Si elles sont assez près de leur proie, elles ont une chance suite à une course rapide de la rattraper.

Pour attaquer par surprise un Triceratops, un Tyrannosaurus devait donc courir assez vite. Pour connaître la vitesse exacte de ce dinosaure en pleine course, il faudrait trouver des traces fossiles d’empreintes.
Ce n’est malheureusement pas le cas à  ce jour.

Tyrannosaurus

Squelette de Tyrannosaurus stanwinstonorum qui permet de voir les minuscules membres antérieurs. By Rich Anderson ( La célèbre Sue au Field Museum de Chicago)

C’est donc en se basant sur la course de l’autruche, 65 km/h, que les scientifiques ont estimé la vitesse du Tyrannosaure.
Cependant, selon les chercheurs, les estimations diffèrent beaucoup car d’autres se basent sur la course d’un éléphant.
Toujours est-il qu’aujourd’hui, la plupart des paléontologues sont d’accord pour dire que Tyrannosaurus Rex n’était pas très rapide et ne devait pas dépasser les 25 km/h.
C’est d’ailleurs la vitesse  maximum estimée pour un Triceratops.

Triceratops

Triceratops. (American Museum of Natural History). By Micro serf

Il y a cependant une différence fondamentale entre ces deux dinosaures de par leur morphologie.
Le poids du Triceratops est bien réparti sur ces quatre membres. Par contre, le Tyrannosaurus est déséquilibré par sa queue à l’arrière et par son buste massif à l’avant.
Ses deux pattes postérieures sont ses seuls points d’appui. La forme de son cops est donc un handicap pour une course rapide et surtout pour changer rapidement de direction.
On peut en conclure qu’il manquait d’agilité.

S’il n’utilisait pas la vitesse, ce dinosaure aurait-il pu utiliser la ruse pour planifier son attaque ?

Evaluation de l’intelligence d’un Tyrannosaurus

Pour évaluer l’intelligence d’un dinosaure, il faut pouvoir étudier le cerveau de l’animal. Malheureusement, le cerveau ne se fossilise pas, il se décompose.

Jusqu’à présent, les paléontologues utilisaient la boue fossilisée qui remplissait les crânes en réalisant des moulages de ce crâne.

Moulage crâne Tyrannosaure

Moulage d'un crâne

Mais, un scientifique a eu l’idée de regarder à l’intérieur d’un moulage grâce au scanner.
Il voulait voir s’il restait des traces de cerveau dans la boue fossilisée.
Ce qu’il a vu est vraiment extraordinaire puisque c’était la première fois que l’on pouvait observer les restes du cerveau d’un Tyrannosaurus.
Il a ainsi constaté qu’il y a une forte ressemblance avec le cerveau d’un alligator.

Traces de cerveau d'un Tyrannosaurus

Boue fossilisée passée au scanner

L’alligator est d’une intelligence rudimentaire. Il ne met pas en œuvre de grandes stratégies pour chasser. Quand il flaire une proie, il se jette dessus sans se poser de questions.

Alligator

Alligator

On sait cependant, d’après des découvertes effectuées en 2005, que le Tyrannosaurus ne chassait peut-être pas toujours seul mais parfois à plusieurs individus.
On ne sait pas par contre si une stratégie de groupe était mise en place.

Le moulage du cerveau d’un Triceratops montre qu’il était encore moins intelligent que le Tyrannosaure.
En cas de danger, chargeait t-il comme notre rhinocéros ?

Quand un Triceratops charge un Tyrannosaurus

Nos experts en effets spéciaux ont réalisé une maquette grandeur nature d’une tête de Triceratops qu’ils ont lancé à 25 km/h contre la maquette d’un Tyrannosaure.

La technique est la même que celle utilisée pour tester la résistance aux chocs d’une voiture.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Les cornes ont bien pénétré dans la chair mais le crâne n’était pas assez résistant et s’est brisé sous le choc.
Il semblerait donc qu’un Triceratops ne pouvait pas charger tel un rhinocéros.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

De nombreuses anomalies ont été découvertes sur des spécimens. Il s’agit de blessures qui ont été faites par d’autres congénères. Les Triceratops se battaient donc entre eux, cornes contre cornes.
S’ils ne chargeaient pas les Tyrannosaures, par contre, ils devaient se défendre comme nos buffles, c’est-à-dire en éventrant l’adversaire à coup de cornes.

La mâchoire du Tyrannosaurus Rex

De son côté, le Tyrannosaurus se comportait comme notre grand requin blanc. En effet, des traces découvertes sur le bassin d’un Triceratops expliquent très bien comment le Trex attaquait une proie.
Il mordait sa proie jusqu’à l’os puis lui arrachait de grands lambeaux de chair en tirant de toute sa masse.
Les traces découvertes sur le Triceratops sont très semblables à celles découvertes sur une baleine attaquée par un grand blanc.

Les scientifiques ont reproduit la morsure d’un Tyrannosaure à l’aide d’un crâne grandeur nature biomécanique.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

L’expérience a montré qu’il pouvait arracher jusqu’à 150 kg de chair en une seule morsure soit le poids de deux hommes adultes.
Il aurait pu broyer une voiture sans problème.

Qui remportait la victoire ?

Le Tyrannosaurus avait une meilleure vision. La taille des orbites indique que ses yeux avaient la taille d’un grain de raisin.
Leur position ressemble à celle du loup. Il disposait d’un champ de vision très large et avait une bonne vision du relief.
C’est indispensable pour un prédateur qui doit pouvoir appréhender avec exactitude les distances.

Comparatif vision tyrannosaure et loup

De son côté, le Triceratops avait des yeux disposés sur les côtés de la tête comme la plupart de nos herbivores actuels.
Il était gêné par un angle mort provoqué par son immense collerette.

Triceratops

Le Tyrannosaure courrait sensiblement plus vite en ligne droite mais était moins agile dans les mouvements et les changements de direction.
Il possédait une puissante mâchoire mais son adversaire pouvait l’éventrer avec ses cornes.

Toutes les preuves scientifiques actuelles penchent pour un match nul. En fait, c’était le premier qui commettait une erreur qui le payait de sa vie.
Un seul faux pas de l’un ou de l’autre et la mort était au rendez-vous. Ce Triceratops qui avait perdu une partie d’une de ses cornes a probablement réussi à éventrer le Tyrannosaurus. Du moins, c’est mon opinion car je doute que ce formidable prédateur ait laissé sa proie en vie alors qu’elle était si grièvement blessée.

V.Battaglia (14.02.2008)

Partie II: Velociraptor contre Tarchia et Protoceratops

Des chercheurs font revivre les dinosaures . Les dinosaures étaient-ils intelligents ?

Références principales et Crédit photographique

Documentaire de la BBC . The Thruth about killer dinosaurs
La grande encyclopédie des dinosaures. Editions Gallimard 1991
Le livre de la vie. Stephen Jay Gould. Editions Seuil 1993

Les photos, sauf licence creative commons, sont des captures d'écran du documentaire de la BBC "The Thruth about killer dinosaurs"

< Planète Dinosaure