Home

Préhistoire < Hominidés < Hommes préhistoriques < Toumaï

Toumaï. Sahelanthropus tchadensis

Sahelanthropus tchadensis, communément appelé Toumaï, est un homme préhistorique découvert en 2001 en Afrique.
Toumaï est un des candidats au titre d'ancêtre de la lignée humaine.

Toumaï signifie « espoir de vie » en langue gorane ou Toubou.

La théorie de l’East Side Story

Au début des années 1980, Yves Coppens bâtit la théorie de l’East Side Story. On peut résumer cette hypothèse de la manière suivante :

Avant les australopithèques, tous les grands singes africains, chimpanzés, bonobos et gorilles, vivent à l’ouest de la vallée du Rift. Par contre, tous les fossiles de la lignée humaine sont situés du côté est.
Donc, pour Y.Coppens, les vallées du Rift représentent une barrière géographique qui a joué un rôle prédominant dans la séparation de la lignée humaine et celle des grands singes africains.

Les géologues sont d’accord pour dire que le Rift occidental s’est déformé vers 8 millions d’années. L’Afrique orientale reçu alors une pluviosité plus faible.
Y.Coppens en déduit que les populations du dernier ancêtre commun aux chimpanzés et aux hommes, restés à l’ouest, évoluent vers le chimpanzé, le bonobo et le gorille du fait d’une végétation plus dense.
Par contre, ceux qui sont restés à l’est évoluent vers l’australopithèque et l’homme. En effet, des terres plus arides auraient permis à nos ancêtres d’évoluer vers la bipédie.

Mais, la découverte de Toumaï remet tout en cause, car les fossiles ne sont pas du bon côté du Rift.

Morphologie de Toumaï

Le découvreur de Toumaï est le français, Michel Brunet.

Toumaï a été découvert le 19 juillet 2001 à 2500 kilomètres à l'ouest du Grand Rift.

Les restes découverts sont encore insuffisants pour prouver la bipédie. Cependant, l'analyse du trou occipital (foramen magnum) en position relativement avancée est compatible avec une locomotion bipède.

L'ensemble des fossiles ont été découverts entre 2001 et 2002. Aucun squelette complet n'a été encore découvert à ce jour. Les restes fragmentaires comprennent un crâne sub-complet, quatre mandibules partielles, quatre dents isolées et une diaphyse de fémur gauche.

Toumaï

Crâne de Toumaï. Smithsonian Natural History Museum. © dinosoria.com

L'âge du terrain qui a livré le fossile est daté entre 6,8 et 7,2 millions d'années.

Le trou occipital et l'usure des canines sont très proches des caractères propres aux hominidés. Toumaï mesurait environ 1 mètre et pesait près de 35 kg. Toumaï serait un mâle mais ce n'est qu'une hypothèse basée sur l'épaisseur du bourrelet supra-orbitaire.

Au total, à fin mars 2002, ce sont des restes fossiles appartenant à au moins six Sahelanthropus tchadensis et vivant dans l'actuel désert du Djourab voici environ sept millions d'années qui ont été mis au jour. Ces restes représentent un ensemble de documents scientifiques uniques au monde.

Sa capacité crânienne, comprise entre 360 et 370 cm3, est équivalente à celle nos chimpanzés actuels.

Toumaï et Homo sapiens

Comparatif entre le crâne de Toumaï et celui d'un Homo sapiens. © dinosoria.com

Il est donc beaucoup trop tôt pour rejeter la théorie d’Y.Coppens. Actuellement les débats sont vifs entre les découvreurs de Toumaï, d’Orrorin et d’Ardipethecus.
Chacun pensant que son fossile se situe au début de la lignée humaine, juste après le dernier ancêtre commun.
Mais, une question reste en suspend : est-ce la bipédie qui marque le commencement de notre lignée ?

Analyse du crâne de Toumaï. Hominidé ou singe ?

Crâne de Toumaï

1/ Capsule cérébrale allongée et étroite

2/ Les canines sont courtes en comparaison avec les grands singes. Les incisives sont relativement petites. Les dents jugales sont plus petites que celles des australopithèques.

3/ La face est courte et droite. Elle est plus proche de celle des hominidés que de celle des singes

4/ Torus sus-orbitaire fort et continu

La position de Toumaï au sein de notre arbre généalogique divise la communauté scientifique. S'agit-il d'un hominidé (ou hominine) ou d'un singe ? Comme Orrorin tugenensis ou Ardipithecus kadabba, Toumaï présente des caractéristiques primitives et quelques-unes plus modernes. En l'absence de nouveaux fossiles plus complets, le débat reste ouvert.

Toumaï : plus vieil ancêtre ou contrefaçon ?

Depuis août 2004, une polémique fait rage autour du plus vieil hominidé. Selon un article du South African Journal of Sciences, une molaire gauche n’appartenant pas au crâne de Toumaï aurait été collée sur la mandibule droite.

Reconstitution de Toumaï

Reconstitution de Toumaï. Smithsonian Natural History Museum. © dinosoria.com

Ce ne serait pas la première fois que l’on fabriquerait un ancêtre de toutes pièces. Apparemment, une molaire provenant d’un autre fossile a été collée du mauvais côté. Cependant, cette molaire suspecte est contemporaine de Toumaï.

Cette affaire ne remet pas en cause le fait que Toumaï est, pour le moment, le plus vieil ancêtre connu et l'un des trois candidats au titre d'ancêtre de la lignée humaine.

V. Battaglia (10.2003). M.à.J 09.2006

Orrorin tugenensis . Ardipithecus kadabba

Références

Berceaux de l'humanité : Des origines à l'Age de bronze.Pascal Picq Sous la direction d'Yves Coppens. Larousse. 2003
Alain Beauvilain, 2003. Toumaï, l’aventure humaine. La Table Ronde
Michel Brunet, 2006. D’Abel à Toumaï. Nomade, chercheur d’os. Odile Jacob

< Hommes préhistoriques