Préhistoire < Oiseaux préhistoriques < Titanis

Titanis

L'imposant Titanis fait partie des grands oiseaux carnivores inaptes au vol de la famille des Phorusrhacidés.
Titanis vivait en Amérique du Nord. Les fossiles sont datés du pliocène au pléistocène inférieur.
Cet oiseau géant doit son nom aux Titans de la mythologie grecque.

Portrait de Titanis

Il n’existe qu’une seule espèce, Titanis walleri (Brodkorb 1963). Les fossiles ont été mis au jour au Texas et en Floride.

Titanis mesurait environ 2,5 m de haut pour un poids de 130 à 150 kg. Il est à souligner que parmi les fossiles, aucune tête n’a jamais été retrouvée.

Cependant, Titanis ressemble beaucoup à Phorusrhacos, un Phorusrhacidé sud-américain du miocène

On suppose donc qu’il possédait, comme les autres espèces de la famille, une tête particulièrement développée et un grand bec crochu.

Titanis

Illustration de Titanis. L'Encyclopédie des Dinosaures Gallimard © 2002

La morphologie globale de ces grands oiseaux incite à penser que le bec crochu servait à arracher des morceaux de chair des proies.

Ils les maintenaient au sol grâce à leurs pieds. Pourvus de trois doigts, ses pieds aux griffes acérées pouvaient infliger de graves blessures.

Les longues pattes de Titanis lui permettaient de courir à découvert sur de longues distances. Sa vitesse de pointe a été estimée à 65 km/h.

Origine des Phorusrhacidés

Titanis fut l'un des derniers représentants de la famille des Phorusrhacidés, qui prend son origine en Amérique du Sud.

À ce jour, au vu des fossiles découverts, Titanis serait le seul représentant de cette famille à avoir traversé l’isthme de Panama au début du pliocène.

Jusqu’à cette époque, l’Amérique du Sud était isolée de l’Amérique du Nord depuis le Crétacé supérieur.
Une faune, endémique à l’Amérique du Sud, s’était développée et notamment les oiseaux carnivores inaptes au vol.

Quand le niveau de la mer a baissé, l’isthme de Panama s’est formé et grâce à ce pont terrestre, ce qu’on appelle le « grand échange inter-américain » a pu avoir lieu.

Titanis

Paysage de Floride, il y a environ 2,5 millions d'années. Un Titanis. En arrière-plan, un Glossotherium et des capybaras. © Ely Kish

Un brassage des faunes Nord et Sud-Américaines s’est opéré. Il s’est poursuivi au pléistocène.

Il est évident qu’une compétition s’est instaurée entre les différents prédateurs et les nouveaux colons.

On pense par exemple que l’arrivée en Amérique du Sud des félins à dents de sabre a sonné le glas de Thylacosmilus, un marsupial carnivore aux gigantesques canines.

De nombreux autres migrants d’Amérique du Nord ont colonisé l’Amérique du Sud comme les Canidés, les Camélidés, les Cervidés, les Félidés, etc.

Cette compétition s’est également opérée en Amérique du Nord avec l’arrivée des grands oiseaux carnivores.
Parmi les immigrants, il y avait également les opossums, les porcs-épics, les tatous, les paresseux géants ou les glyptodontes (Tatous géants).

Beaucoup d’espèces qui migrèrent en Amérique du Nord s’éteignirent à la fin du Pléistocène, comme le paresseux terrestre géant ou les glyptodontes.

Le même phénomène s’est produit en Amérique du Sud avec l’extinction du gomphothère (proboscidien) et du cheval qui sera réintroduit sur ce continent par les Conquistadors.

La fin du pléistocène est marquée au niveau planétaire par de nombreuses extinctions. La compétition entre espèces n’est certainement pas la seule raison des extinctions au niveau des deux Amériques.
Le Pléistocène est en effet marqué par une alternance de phases de refroidissement et de réchauffement.

Classification : Aves. Gruiformes. Cariamae. Phorusrhacidae

V. Battaglia (01.2004). M.à.J 11.2009

Références

J. Peczkis. 1995. Implications of body-mass estimates for dinosaurs. Journal of Vertebrate Paleontology 14(4):520-533
L. M. Witmer and K. D. Rose. 1991. Biomechanics of the jaw apparatus of the gigantic Eocene bird Diatryma: implications for diet and mode of life. Paleobiology 17(2):95-120 [J. Alroy/J. Alroy]
Titanis walleri. Paleobiology Database

< Oiseaux préhistoriques