Animaux < Mammifères < Panthera tigris tigris

Tigre du Bengale

Le tigre du Bengale (Panthera tigris tigris), également appelé tigre royal, est le plus répandu des tigres.

La puissance et la férocité du tigre du Bengale fascinent. Au XVIIIe siècle, le naturaliste Georges de Buffon décrit ainsi le tigre du Bengale:
« Le tyran brutal ne poursuit qu’un seul but : dépeupler l’univers, pour régner seul au milieu des victimes qu’il égorge ».
Cette image de tueur est reprise avec Shere Khan, le tigre du Bengale du Livre de la Jungle.
Son surnom de « mangeur d’hommes » lui a d’ailleurs valu bien des déboires.

 

Portrait du tigre du Bengale

Le tigre royal a besoin d’un vaste territoire auquel il est fidèle pendant de longues années.

Tigre du Bengale

Tigre du Bengale. © dinosoria.com

Dans les forets humides d’Inde et d’Asie du Sud, le gibier abonde. Notre tigre y occupe ’au moins 60 km².
La femelle se contente d’un territoire de 30 km².

Le tigre du Bengale est un peu plus petit que le tigre de Sibérie. Le poids maximum pour un mâle est de 300 kg.

Tigre royal: Un excellent nageur

Le tigre royal adore l’eau et nage remarquablement bien. Il peut même traverser des bras de mer pour atteindre une île au large.

C’est autour des points d’eau que ses proies viennent s’abreuver. Les points d’eau sont des endroits stratégiques.

Tigre royal

Le tigre royal nage très bien. © dinosoria.com

C’est là aussi qu’au plus chaud de la journée, le tigre se désaltère et se baigne
Prudent, il entre toujours dans l’eau à reculons. Sa puissance lui permet de chasser ses proies dans l’eau et de les transporter dans sa gueule jusqu’au rivage.

Un environnement diversifié

Le tigre du Bengale vit indifféremment dans les jungles, les forêts humides ou au milieu des vastes étendues marécageuses couvertes de bambous et de roseaux.
Souffrant de la chaleur, ce prédateur recherche avant tout les points d’eau et les endroits couverts où il peut chasser à l’affût.

Tigre blanc du Bengale

Tigre blanc du Bengale dans les mangroves. By Eye of Einstein

On le trouve dans différents types de forêts de l’Assam et du Bengale oriental ; également dans les mangroves du Sundarbans et dans certaines parties du Népal.

Il fréquente également les forêts de l’Himalaya à la limite des neiges.

Tigre du Bengale

Famille de tigres royaux. © dinosoria.com

C’est une des rares espèces de tigres qui a une petite chance de pouvoir se maintenir dans son habitat naturel. En effet, ce tigre est à l’aise, là où l’homme ne l’est pas c'est-à-dire dans la jungle inextricable ou dans les mangroves marécageuses, infestées
Malgré la forte poussée démographique du Bengladesh, il est assuré de ne pas être dérangé dans de pareils endroits.

Le sanctuaire de Sundarbans

En 1972, le gouvernement indien a créé des réserves pour tenter de sauvegarder sa population de tigres.
Les Sundarbans est une région du delta du Gange, constituée de petites îles et de marécages. Sa superficie est de 2 585 km².

Tigre du Bengale

Le tigre du Bengale est protégé dans les Sundarbans. © dinosoria.com

Cette région est protégée car elle abrite, outre le tigre du Bengale, d’autres espèces menacées comme le crocodile marin ou la tortue bâtarde.

C’est dans ce sanctuaire que le tigre royal a pu conserver sa liberté.

Technique de chasse

Malgré sa corpulence, le tigre du Bengale n’est pas un gros mangeur. En liberté, il ne consomme que 5 à 7 kilos de viande par jour.

Il chasse à l’affût et reste au milieu des hautes herbes avant de se lancer à l’attaque.

Tigre du Bengale à l'affût

Le tigre du Bengale chasse à l'affût. © dinosoria.com

Super prédateur, le tigre varie ses repas en fonction des opportunités. Sa préférence va vers les herbivores de grandes tailles comme les cerfs sambar. Si ce gibier manque, il se rabat sur de petits mammifères, des oiseaux, des poissons, des batraciens et même

C’est un chasseur opportuniste qui s’attaque en priorité aux animaux malades ou affaiblis. Il ne poursuit jamais sa proie au-delà de 500 m. Il préfère économiser ses forces pour des proies moins rapides.

C’est pourquoi, son taux de réussite est très faible : 1% à 3% environ de ses tentatives réussissent.

Pourtant les armes ne lui manquent pas : ses canines mesurent 7,5 cm de long. De plus, ses bonds sont incroyables. Il peut franchir un fossé de 10 m de large.

Tigre royal

Approche discrète d'un tigre royal. © dinosoria.com

Dès que le tigre a repéré une proie, il s’approche discrètement, en rampant, la tête rentrée dans les épaules.
D’un bond formidable, le tigre fond sur sa proie. 250 kg s’abattent sur le dos de la victime. Les griffes et les canines lacèrent la nuque.
Plaquée au sol, la proie est rapidement égorgée. La pression est maintenue jusqu’au dernier souffle de l’animal mis à mort.

Si la proie n’est pas trop grosse, le tigre ramène violemment la tête de sa victime vers l’arrière et lui brise d’un coup sec les vertèbres cervicales.

En principe, le tigre chasse en solitaire. Cependant, on a pu observer des alliances pour chasser de grosses proies comme les éléphants.
Dans ce cas là, les tigres s’en prennent plutôt à un jeune. Ils le neutralisent en lui coupant les jarrets. Puis, ils renversent l’animal sur le sol en lui donnant de puissants coups de pattes. Ils l’achèvent d’une morsure à la gorge ou à la nuque.

Jeune tigre du Bengale

Jeune tigre du Bengale. © dinosoria.com

Le tigre dévore rarement sa proie à l’endroit où il l’a tué. Il préfère traîner l’animal dans un endroit sûr.
Il peut avaler jusqu’à 30 kg de viande en un seul repas. Si la proie est trop importante, il l’a recouvre de feuilles ou la plonge dans l’eau.
Malgré toutes ses précautions, les charognards rodent. Il peut facilement se débarrasser des petits charognards, par contre, face à un crocodile, ses efforts sont vains.

La reproduction

La reproduction n’est pas liée à une saison mais s’effectue le plus souvent en octobre-novembre et en avril-mai. La femelle est fécondable pendant trois à sept jours. Les mâles sont guidés par les secrétions odorantes qu’elle laisse sur son chemin et par ses feulements.

Quand deux partenaires se rencontrent, ils font une grimace caractéristique, ouvrent la gueule, retroussent les babines et gardent la langue pendante.

Jeunes tigres royaux

Jeunes tigres royaux. © dinosoria.com

Puis, les préliminaires ritualisés s’engagent. Ils se poursuivent et se donnent de vigoureux coups de patte. La tigresse frotte ses moustaches contre celles du mâle, pousse des cris rauques

Enfin, elle se couche à plat ventre afin que l’accouplement commence. Ce dernier est bref. Dès que le rut est terminé, la femelle chasse son partenaire. Un mâle adulte constitue une menace pour les futurs nouveau-nés.

Elle élèvera seule ses petits pendant leurs deux premières années.

Bebe tigre du Bengale

Bébé tigre du Bengale. © dinosoria.com

La gestation dure de 98 à 110 jours. En moyenne, une femelle met au monde 2 petits, jusqu’à 5 maximum. Les jeunes pèsent 1 kg à la naissance et sont aveugles pendant la première semaine. Ils sont sevrés vers 5 ou 6 mois.

Leur apprentissage commence alors. Les liens affectifs entre la mère et ses petits sont très forts.

Le jeune pourra se reproduire dès l’âge de 4 ans. Un tigre peut vivre 26 ans mais en liberté, son espérance de vie ne dépasse pas 16 ans.

Le tigre « mangeur d’hommes »

En Inde, dans les années 1920-1930, des tigres ont dévoré des centaines de personnes. Les tigres « mangeurs d’hommes » ne sont pas une légende.
Ils le deviennent pour plusieurs raisons. La principale cause est bien sûr la disparition de leurs proies de base : les cervidés.
L’homme devient donc une proie facile ; d’autant plus, que leur territoire a été réduit de 20 fois en à peine 100 ans.

Femelle tigre et son petit

Amour maternel entre cette tigresse et son petit. © dinosoria.com

Si un tigre s’habitue à la chair humaine, il y prend goût.

Au 19e siècle, le tigre du Bengale tuait 1 000 indiens chaque année. Ces chiffres ont grandement baissé aujourd’hui du fait d’une population plus réduite. Cependant, ils continuent à sévir dans quelques endroits.

Depuis le 16e siècle et jusqu’au milieu du 20e siècle, les nababs et notables indiens chassaient le tigre. Avec l’introduction des armes à feu, ces chasses traditionnelles à dos d’éléphants se transformèrent en véritables massacres.
En 1938, le maharadjah d’Udaïpur tua des milliers de tigres !

Couple de tigres du Bengale

Prince et Saba. By Cinetech . Licence

La pharmacopée chinoise a toujours accordé une grande valeur aux organes du tigre. La chasse intensive liée au commerce s’est rajoutée à la déforestation.
Les paysans indiens, pour protéger leur bétail, tuèrent à l’aide d’appâts empoisonnés, trois fois plus de tigres que les chasseurs.

Ce carnage dura jusqu’en 1969, date à laquelle le tigre fut inscrit sur la liste rouge des espèces menacées. Quand le gouvernement indien prit conscience de la catastrophe, il ne restait plus que 1 800 tigres à l’état naturel.

Tigre blanc du Bengale

By Tambako The Jaguar

En 1972, le WWF organisa une grande collecte de fonds baptisée « Opération Tigre ». Grâce à cet apport, 6 000 villages furent déplacés.

Aujourd’hui, l’Inde dispose de 15 réserves naturelles. Dès 1979, on comptait 2 500 tigres au Bengale ; en 1979 : 4 000. Aujourd’hui, la population s’élève à environ 5 000 individus.

Classification: Animalia. Mammalia. Carnivora. Feliformia. Felidae. Pantherinae. Panthera

V.Battaglia (01.2005). M.à.J 12.2007

Tigre (Présentation. Espèces). Tigre de Sibérie. Tigre blanc. La légende du Tigre

Références

Le Tigre, collection Marshall Cavendish 1994. Larousse des Animaux, éditions Larousse 2006
Le Tigre, Hélène Montardre; éditions Atlas 2005

< Mammifères