Home

Shark Bay : la baie des requins

Australie

Le site du patrimoine mondial de Shark Bay couvre 2 200 000 hectares dont la moitié est occupée par 12 parcs et réserves naturelles.
Malgré son nom, la baie des requins est un site touristique très apprécié. Les eaux chaudes qui baignent les côtes ouest d’Australie constituent un milieu favorable à une multitude d’espèces : dauphins, dugongs, raies, requins, pieuvres ou jubartes.
C’est le boucanier britannique William Dampier qui baptisa la Shark Bay en 1699. Depuis, la baie des requins est restée un site vierge. Les 750 personnes qui y vivent se consacrent entièrement à sa protection.

 

 

Des eaux chaudes et peu profondes

Les 1 500 kilomètres de côte de la Shark Bay comprennent des dépressions sablonneuses, des dunes et des falaises abruptes. Le socle de grès et de gypse date du Crétacé.

Cette baie possède le plus grand tapis d’algues du monde : les 4 000 km² sont constitués à 90% d’Amphibolis antarctica.
Elle possède également un immense lit de stromatolites. Ces algues sont considérées comme une des formes de vie les plus anciennes sur Terre.

Stromatolites

Lit de stromatolites. crédit NOAA

La plage de Monkey Mia est très connue des touristes. Ils y vivent une expérience bien sympathique. En effet, ils peuvent nager au milieu des dauphins. Ces derniers, habitués à la présence humaine, semblent très à l’aise dans leur rôle d’attraction touristique. Par jeu, peut-être, ils interagissent totalement avec l’homme.

Outre les dauphins, près de 10 000 dugongs et 6 000 tortues de mer vivent en permanence dans la baie.
Pour les dugongs, Shark Bay constitue un refuge et un lieu de reproduction. Protégés depuis de nombreuses années, ils se sont montrent moins farouches et acceptent de se laisser photographier.

Dugong

Dugong. © dinosoria

Parmi les tortues, Chelonia Mydas et Caretta caretta viennent pondre sur les plages de l’île Dirk Hatog.

Parmi les 12 zones protégées, il y a le parc national François Peron qui doit son nom au zoologiste français.

La baie des requins

Cette baie n’a pas été baptisée ainsi par hasard. Cependant, les requins ne pullulent pas non plus.
Le requin-tigre compte parmi les espèces les plus répandues au large de la Shark Bay. Très redouté, ce requin est particulièrement dangereux pour l’homme.

Le grand requin blanc est également présent dans ce secteur. Cependant, il s’approche rarement des côtes.

Parmi les requins les plus inoffensifs, on peut admirer la majestueuse silhouette du requin baleine. Ses 18 mètres de long maximum peuvent impressionner mais le plus grand poisson du monde est dépourvu de toute agressivité.

La vie animale sur les îles et le continent

La mer a atteint son niveau actuel il y a près de 6 millions d’années, séparant Shark Bay du continent. Plusieurs îles se sont formées dont les îles Bernier et Dirk Hartog.

Grâce à ces îles, de nombreuses espèces en voie d’extinction sur le continent australien arrivent à survivre dont le bettong fouisseur, le wallaby-lièvre roux ou le bandicoot de Bougainville.

L’ensemble de l’avifaune comprend 230 espèces dont 11 espèces d’oiseaux marins. Les pélicans à lunettes montrent une grande sociabilité. Ils ne sont pas du tout farouches et acceptent les friandises des touristes.

Pélican à lunettes

Pélican à lunettes. © dinosoria

Parmi la centaine d’espèces de reptiles et d’amphibiens, on peut observer trois espèces de scinques de sable et près d’une trentaine de dragons australiens.

Dragon Australie

Chlamydosaurus kingii est un dragon d'Australie insectivore . By Wouter !

Signalons la présence de nombreux serpents de mer qui ne sont pas timides mais très venimeux.

V.Battaglia (04. 2005)

Références

Sanctuaires sauvages, Editions Artemis 2002
100 plus beaux sites du monde, Editions de la Scine 2004
Les sites naturels, Editions Gründ 2003

< Planète Requin

< Réserves naturelles