Home

Violent séisme en Asie du Sud

Un violent séisme de magnitude 7,6 a frappé hier, samedi 8 octobre 2005, l'Asie du Sud. Selon un bilan officiel encore provisoire, ce tremblement de terre a fait plus de dix-huit mille morts et 41.000 blessés au Pakistan.

Le tremblement de terre a frappé le Pakistan, l'Afghanistan et le nord de l'Inde et aurait causé au total au moins 30.000 morts. Au Cachemire, où se trouvait l'épicentre, des villages entiers sont détruits.

La première secousse, centrée à une centaine de kilomètres au nord-est d'Islamabad, a été ressentie samedi à 08H50 (03H50 GMT) dans tout le Pakistan et a été suivie par une quinzaine de répliques, souvent d'une magnitude supérieure à 6 sur l'échelle ouverte de Richter. "Cette catastrophe est du jamais vu dans l'histoire du Pakistan", a affirmé le général Shaukat Sultan. "Les dégâts sont colossaux", a-t-il insisté en évoquant plusieurs villages rasés, des centaines de maisons détruites, des milliers de blessés et de sans-abri.

L'Unicef, agence de l'Onu spécialisée dans la protection de l'enfance, a fait parvenir une première aide.
Le président américain George W. Bush a indiqué que des "premiers éléments d'assistance étaient en voie d'acheminement", évoquant "une assistance supplémentaire si nécessaire".

Dans la capitale Islamabad, un immeuble moderne d'habitations s'est effondré dans un quartier résidentiel. Au moins cinq morts - dont deux Japonais et un Egyptien - et une soixantaine de blessés ont été retirés des décombres.

Parmi les victimes pakistanaises, figurent notamment 250 fillettes dont l'école a été détruite.

Il s'agit du pire séisme de ces dernières années", a déclaré le général Sultan a lors que la pluie qui s'abattait sur les régions touchées rendait plus difficile la tâche des secouristes

L’Union européenne a proposé son aide, ainsi que l'Autriche, la Grande-Bretagne et la Turquie. Le président français Jacques Chirac a adressé un message de "solidarité" au général Pervez Musharraf. Un avion devait décoller samedi soir de France avec à son bord 25 membres de la sécurité civile et des chiens pour détecter les victimes sous les décombres ainsi que du matériel spécialisé pour découper le béton armé.

V.Battaglia (09.10.2005)

< Catastrophes naturelles