Home

Séisme

Enigme . Faits inhabituels . Conséquences du séisme en Asie

 

 

Un temps à séisme

Le 17 octobre 1989 à Big Sur, à 150 kilomètres au sud de San Francisco, Margaret Owings remarquant que l’air était étrangement lourd et calme pensa :

« C’est un temps à tremblement de terre ».

Et de fait au lieu de suivre la rencontre télévisée de championnat de baseball qui devait se disputer ce soir là, c’est au séisme particulièrement destructeur de Loma Pieta (Californie) qu’assistèrent en direct des millions d’américains.

De nombreuses personnes qui habitent des régions sismiques affirment percevoir l’imminence d’une secousse à certains signes :

  • Comportement anormal des animaux
  • Changement de goût de l’eau des puits
  • Apparition d’étranges lueurs
  • Grondements sourds émanant du sol
  • Calme inquiétant de l’atmosphère

Encore récemment, les scientifiques attribuaient tous ces témoignages à l’imagination.

Mais, aujourd’hui, le matériel perfectionné leur permet d’enregistrer d’avantage de phénomènes liés aux séismes.

Une étrange lueur bleuâtre apparut à l'horizon peu avant le séisme qui, en 1966, secoua Matsushiro, au Japon

Certains supposent qu’existe bien un « temps à séisme ». La compression du sol avant une secousse génère des courants électriques susceptibles de décomposer l’eau du sous-sol et de libérer de l’hydrogène et de l’oxygène dans l’atmosphère.

Quant au calme précédant un tremblement de terre, il serait dû aux brouillards et aux nuages formés sous l’action des ions.

Séismes inhabituels

En 1811 et 1812, une série d’étranges tremblements de terre se produisit aux Etats-Unis. Trois secousses, dont l’épicentre se trouvait à New Madrid, dans le Missouri, couchèrent des centaines de kilomètres carrés de forêts, détournèrent le cours du Mississippi et transformèrent en marécages des milliers d’hectares de prairies.

Un soudain affaissement du sol sur 4,5 m de profondeur, détruisit entièrement New Madrid.

La dernière secousse qui eut lieu en février 1812 fut ressentie sur près de 4 millions de kilomètres carrés, soit près de la moitié de la superficie des Etats-Unis.

74 ans après, en 1886, Charleston fut en parti détruit par un séisme.

Ce qui est étrange dans ces deux tremblements de terre, c’est qu’ils n’auraient pas dû se produire à New Madrid et à Charleston.

En effet, ces deux villes se situent au milieu de deux plaques continentales et ne sont donc pas concernées par la théorie de la tectonique des plaques.

De manière incertaine, deux théories ont été avancées pour expliquer ces deux séismes :

Des frictions entre le manteau pâteux et une faille dans la plaque continentale.
La pénétration d’un pluton (masse de magma profond solidifié) dans l’écorce terrestre y créant de fortes tensions.

Montage. Vue en surimpression de la cathédrale et de la fontaine de Messine (Italie) avant et après le séisme de 1908

Un port à sec

Le 17 août 1959, le lac Hebgen, au Montana, s’inclina sous l’effet d’un séisme comme une vulgaire cuvette.
A une extrémité, les habitations furent submergées tandis qu’à l’autre le port se retrouvait à sec.

Boue brûlante

En 1783, une suite de séismes ravagea pendant deux mois l’ouest de la Calabre, en Italie. Il débuta par une secousse qui ouvrit dans le sol des crevasses dont certaines atteignaient 45 m de large.
Cela fit jaillir des sources d’eau bouillante. Des centaines d’hommes et d’animaux tombèrent dans ces failles et en furent éjectés par des geysers de boue gazeuse et brûlante.
On déplora plus de 30 000 morts.

Cet immeuble de Niigata, au Japon, a été renversé en 1967 par une "liquéfaction du sol" due à un séisme. Le sol s'est transformé en sables mouvants. Des habitants y sont tombés mais sans se noyer car la forte densité de cette "soupe épaisse" leur permettait de flotter

Conséquences sur la planète du séisme en Asie

Le séisme qui a ravagé l’Asie le 25 décembre 2004 , avec un épicentre à 250 kilomètres au sud-est de Sumatra, a modifié la géographie autour de cette île d'Indonésie, et la secousse a légèrement ébranlé l'ensemble de la planète, "comme une pichenette sur une toupie", selon un scientifique.

Les experts savent déjà que le séisme de magnitude 9 a entraîné, localement, un déplacement des côtes de quelque vingt mètres, en certains points d'une zone de rupture de 400 km de long.

Synthèse des conclusions des scientifiques:

"La valeur maximale du glissement de la faille vers le sud-ouest est de 20 mètres sur une quarantaine de kilomètres, et de 15 mètres, de façon répartie, sur plus de 100 km de long".

"Il y a eu également des mouvements verticaux, qui ont pu atteindre à certains endroits un ou deux mètres et des terres se sont soulevées, notamment dans la région de Siberut, une île à 100 km à l'ouest de Sumatra."

"Le tremblement de terre a changé la carte", a déclaré pour sa part à l'AFP Ken Hudnut, un expert de l'Institut géologique américain (US Geological Survey).

"En se basant sur des modèles sismiques, on peut dire que certaines des plus petites îles au sud-ouest des côtes de Sumatra peuvent avoir avancé de 20 mètres vers le sud-ouest", a-t-il ajouté.

La pointe nord-ouest du territoire indonésien de Sumatra pourrait également avoir glissé vers le sud-ouest d'environ 36 mètres, selon le même expert.

V.Battaglia (01.2005)

Séisme . Tsunami . Comportement animal avant un séisme

< Catastrophe Naturelle