Home

Préhistoire < Hominidés < Hommes préhistoriques < A. sediba

Australopithecus sediba

Les premiers fossiles d'Australopithecus sediba ont été découverts en 2008, dans une grotte de Malapa en Afrique du Sud, par le paléoanthropologue Lee Berger.
En 2011, l'équipe américaine a publié une étude sur les quatre squelettes exhumés. Cette découverte est très importante, car cet australopithèque, vieux de 2 millions d'années, présente des caractéristiques primitives proches d'Australopithecus mais également humaines.
A. sediba se situerait donc à mi-chemin entre un Australopithèque et un Homo.

Australopithecus sediba : un mélange primitif et humain

Les ossements mis au jour dans la grotte sont conservés à près de 50 %. Ils appartenaient pour deux d'entre eux à une femelle (MH2), âgée de 20 à 30 ans, et à un mâle (MH1) âgé de 10 à 13 ans.

Les ossements ont été datés de 1,9 million d'années.

Australopithecus sediba

Australopithecus sediba. Squelette du jeune mâle (MH1). © Brett Eloff

Lee Berger a fait les remarques suivantes sur ces deux australopithèques :

« A. sediba concilie des traits morphologiques très primitifs et une structure très avancée. Il serait une sorte d'intermédiaire entre Australopithecus et Homo.
La combinaison, propre à Sediba, est unique chez les hominidés. »

Crâne d'Australopithecus sediba

Une reconstitution du cerveau a été réalisée par l'équipe de Paul Tafforeau du Synchrotron de Grenoble ESRF (European Synchrotron Radiation Facility).

Le cerveau de Sediba est d'un volume proche de celui d'un grand singe, soit environ 420 cm3. En comparaison, notre cerveau mesure 1350 cm3 et celui du chimpanzé 380 cm3.

A. sediba et H. Sapiens

Comparatif entre le crâne d'Australopithecus sediba et celui d'un Homo sapiens âgé de 68 0000 ans. Photo A. sediba © Brett Eloff . Photo H. Sapiens © dinosoria.com

L'avant et la région latérale gauche du cerveau de Sediba se rapprochent plus de celui d'un Homo sapiens que de celui d'autres australopithèques.

Crâne Australopithecus sediba

Crâne d'Australopithecus sediba . © dinosoria.com

Sediba possédait un cerveau de petite taille, mais à la structure moderne.

Morphologie

Les bassins ne présentent aucun dimorphisme sexuel. Le bassin est court et large, comme celui des Homo. Cet australopithèque semble adapté à la marche et à la course.
En effet, les tibias et les os qui l'entourent sont perpendiculaires à la cheville.

Australopithecus sediba

Squelette partiel de la femelle (MH2). © Brett Eloff

Les pieds présentent en fait un mélange humain et simiesque. Les articulations cheville-tibia (talus) sont disproportionnées par rapport au corps, comme c'est le cas chez le chimpanzé.
Par contre, l'os du talon (calcanéum) porte la trace d'un tendon d'Achille, qui est essentiel pour marcher et courir.
La cambrure du pied, autre élément essentiel pour la bipédie, n'est pas encore prouvée.

Lee Berger et australopithecus sediba

Lee Berger et Australopithecus sediba. © Brett Eloff

Cependant, il est impossible de savoir pour le moment s'il était mieux adapté à la marche qu'à la vie arboricole. Par contre, les mains apportent des indications.
Les doigts sont courts et modérément courbés contrairement aux premiers hominidés. Cette absence de courbure prononcée pourrait être la preuve que Sediba n'était pas bien équipé pour se mouvoir dans les arbres.
Le pouce est plus long que celui d'un homme moderne et opposable.

Main. Australopithecus sediba

Main. Australopithecus sediba. © Brett Eloff

La morphologie globale de la main montre que Sediba était capable de saisir et manipuler des objets. Il était donc peut-être capable de fabriquer des outils. Pourtant, officiellement, c'est Homo habilis qui a créé les premiers outils environ 200 000 ans plus tard et ce dernier possédait une main plus primitive.

A. sediba et H. habilis

Comparatif entre le crâne d'Australopithecus sediba et celui d'un Homo habilis. Photo A. sediba © Brett Eloff . Photo H. habilis © dinosoria.com

Concernant les dents et la mâchoire inférieure, Lee Berger et Kristian J. Carlson ont fait les remarques suivantes :

« Les dents du jeune mâle sont plus petites que celles des premiers australopithèques. Elles sont plus proches de celles de certains membres primitifs du genre Homo.
La morphologie des canines et des incisives est très humaine, alors que la forme et le dessus des molaires rappellent celles des australopithèques. »

« La morphologie de la mâchoire inférieure de la femelle pourrait présenter un menton naissant, une caractéristique que l'on trouve d'habitude seulement chez les hommes modernes. »

A. sediba et A. africanus

Comparatif entre le crâne d'Australopithecus sediba et celui d'un Australopithecus africanus. Photo A. sediba © Brett Eloff . Photo A. africanus © dinosoria.com

Australopithecus sediba est donc l'australopithèque le plus proche de nous, à ce jour. Il a vécu un peu avant ou au moment de l'apparition du genre Homo.

Il est, pour le moment, très difficile de le situer au sein de notre arbre généalogique. Une chose est sure. Cette découverte majeure prouve que notre évolution n'a pas suivi la logique attendue à savoir « évoluer du plus simple vers le plus complexe ».

Environnement d'Australopithecus sediba

A. sediba vivait au Pléistocène. Durant cette période, le climat en Afrique du Sud a subi des variations très importantes.
Le climat subtropical a périodiquement oscillé entre des conditions climatiques à forte pluviosité et un climat plus sec et plus aride. En parallèle, les habitats sont devenus plus variés.
L'analyse des sédiments terrestres et marins prouve que le pic d'aridité a été atteint entre 1,8 et 1,6 million d'années.
L'apparition de ces habitats plus ouverts et plus variés correspond avec l'émergence du genre Homo.

A. sediba a cotoyé Paranthropus robustus.

V. Battaglia (04.07.2012)

A. africanus . A.afarensis . A.bahrelghazali

Références

New Hominid Species Discovery: Australopithecus sediba. University of the Witwatersrand, Johannesburg
ESRF. Visualising and interpreting the brain of Australopithecus sediba
ESRF. Human brain evolution, new insight through X-rays
African Climate and Human Evolution

< Hommes préhistoriques