Secte : Un risque pour l’individu et la Société

En 1977, pour la première fois en France, une secte était poursuivie pour escroquerie. En 1978, le suicide collectif de la secte de Jim Jones fait la une des journaux. En 1993, le siège de Waco se termine par la mort tragique des adeptes de la secte des davidiens. En 1994, l’immolation collective des membres de la secte de l’Ordre du temple solaire, rappelle les dangers du fanatisme sectaire.

Autant d’exemples qui prouvent le danger pour l’individu de se faire piéger par l’attrait des sectes et de leurs gourous.
Ce qui est encore plus grave c’est que certaines déclarations menacent la démocratie et les droits de l’homme.
Il est donc impératif que les pouvoirs publics se montrent vigilants à l’égard des sectes.

 

Secte et liberté individuelle

Les sectes ont connu une nette augmentation depuis les années 1960. Ces groupements posent plusieurs problèmes.
En premier lieu, ils sont accusés par les familles d’exercer sur leurs enfants une fascination néfaste.
Il existe plusieurs associations de familles qui essayent de récupérer les jeunes pris dans cet engrenage.
Cependant, il est difficile d’aller à l’encontre de la liberté de choix d’individus majeurs. Certaines familles ont tenté d’enlever leurs enfants et se sont retrouvées sous le coup de la loi.

Pourtant, certaines sectes ont été compromises dans des trafics d’armes, des séquestrations, des escroqueries, des affaires de mœurs et jusqu’à des suicides collectifs et voire même des meurtres.

Adepte d'un groupe satanique. Aujourd'hui encore, des messes noires sont célébrées

Tous ces tragiques exemples ne peuvent que nous faire réfléchir. Doit-on, au nom de la liberté individuelle, accepter qu’un individu perde tout contrôle sur son existence ?
Doit-on, toujours au nom de la liberté individuelle, occulter le risque qui pèse sur cette personne ?
Tant qu’il n’y a pas de crime, il n’y a pas de délit. La simple intention ou éventualité qu’un délit puisse être commis n’a aucune valeur devant la loi.

Tout le problème des sectes est là. A ce jour, la législation, dans la plupart des pays, a beaucoup de mal à contrecarrer les méfaits de ces groupements soi-disant « religieux ».

Gourou Shoko Asahara invite les fidèles de la secte Aum à se recueillir. Cette secte a commis un attentat meurtrier dans le métro de Tokyo dans les années 1990

Cependant, en France, depuis 1995, les groupements sectaires ont été soigneusement recensés. C’est le comportement des membres qui a été évalué afin de vérifier s’il ne portait pas atteinte aux droits de l’homme et à l’équilibre social.
La Commission parlementaire a dénombré environ 200 associations regroupant plus de 400 000 adeptes.

Parmi les sociétés les plus importantes, ont été répertoriées comme sectes :

  • Les Chevaliers du Lotus d’or (Mandarom)
  • L’Eglise de scientologie de Paris
  • Le mouvement raëlien français
  • Les Témoins de Jéhovah

Les sectes et l’argent

C’est une constante des sectes. Les adeptes sont vivement encouragés à se dépouiller de tous leurs biens matériels.
Par exemple, l’Eglise de scientologie fait très chèrement payer ses cours, ses stages ou les livres de son fondateur.
Il en est de même chez les raëliens dont le but est d’édifier une immense ambassade pour accueillir les extraterrestres, qui d’après le gourou Raël, ont créé la race humaine.

Le gourou Raël devant la maquette de l'OVNI qui l'aurait enlevé ...

Soulignons également l’admirable réussite économique du Révérend Moon de la secte du même nom.

D’une manière générale, les membres des sectes sont régulièrement sollicités pour ouvrir leur porte-monnaie.

L’Eglise de scientologie poursuivie pour escroquerie

En 1977, cette secte s’est retrouvée devant les tribunaux français, accusée d’extorsions de fonds.

Véritable entreprise, la secte est accusée d’utiliser l’apparence d’une association religieuse afin d’extorquer de l’argent aux adhérents.

Face à ces accusations, les avocats de la secte ne nient pas la richesse du groupement. Mais, en s’appuyant sur le témoignage d’experts en psychiatrie, ils affirment que les responsables fournissent à leurs adeptes des services tangibles, faisant œuvre auprès d’eux de véritables psychothérapeutes.

Les défenseurs ne se privent pas de souligner que les poursuites vont à l’encontre de la liberté religieuse garantie par la loi.

Lors du verdict, la secte est reconnue coupable d’escroquerie. Les représentants en France sont condamnés à de lourdes amendes, assorties de peines de prison.

Un ancien adepte de la secte fait la grève de la faim pour dénoncer l'escroquerie dont il a été victime

Cependant, le procès en appel sera beaucoup plus clément. L’argument de tolérance religieuse sera cette fois retenu.

L’Eglise de scientologie poursuit aujourd’hui, à travers le monde, ses activités de conversion. Son fondateur, L.Ron Hubbard, décédé en 1986, a créé de toute pièce une doctrine qui affirme que l’homme est un être immortel dont l’âme ne cesse de se réincarner.
S’inspirant du bouddhisme, suite à un parcours initiatique, les adeptes connaissent un état de béatitude.

Cette secte est reconnue comme religion aux Etats-Unis.

Une secte s’immole par le feu

Le 19 avril 1993, la ferme-forteresse de Waco, dans le Texas fait l’objet d’un siège par les autorités américaines.
Là, se sont retranchés depuis 7 semaines David Koresh et 95 de ses disciples.

David Koresh avec sa femme Rachel et leurs enfants

La secte des davidiens réunit quelques milliers d’adeptes aux Etats-Unis. Elle fait partie de ces sectes qui prédisent que la fin des temps approche.
Ces sectes réunissent généralement des personnes à l’équilibre psychique précaire.

David Koresh, le gourou, se présente comme l’ »Agneau » dont parle l’Apocalypse de saint Jean, celui qui ouvrira les « Sept Sceaux », déclanchant la fin du monde.

Outre le fait que Koresh a un droit sexuel sans limite sur ses adeptes féminins, les membres subissent une préparation paramilitaire.
C’est à cause de cet aspect militaire que se produit le drame.

En effet, la vaste ferme a été transformée en bunker et contient une extraordinaire quantité d’armes.

Quant les agents fédéraux se présentent à la ferme, ils sont accueillis par des rafales de mitraillettes, tuant quatre policiers.

Le FBI entreprend alors le siège de la ferme.

Après de nombreuses tentatives de négociation et des méthodes psychologiques assez discutables, le FBI passe à l’offensive le 19 avril.
Un char ouvre des brèches dans les murs, des gaz lacrymogènes sont lancés mais en quelques minutes les bâtiments sont en feu.

88 davidiens, dont le gourou lui-même, périssent dans l’incendie.

D’après les autorités, les gaz ne pouvaient pas provoquer un incendie. Ce dernier aurait été allumé de l’intérieur.

17 enfants figurent parmi les victimes et l’opinion publique s’indigne. N’aurait-il pas mieux valu poursuivre le siège de Waco ? titre le New York times.

Les médias sont montrés du doigt. 24 h sur 24 durant tout le siège, les télévisions fournissent le spectacle en direct.
Des images d’une violence insoutenable sont diffusées telles les torches vivantes que sont devenus les davidiens.

Ce voyeurisme morbide a certainement dû faire monter l’audimat.

Le « suicide collectif » du temple solaire

Le 5 octobre 1994, les restes de 48 membres de cette secte sont découverts dans les décombres de deux maisons incendiées, en Suisse. 5 autres seront découverts au Canada.

C’est en 1984 que Luc Jouret fonde la secte du Temple solaire. C’est ainsi que commence, avec l’aide de Joseph di Mambro, une incroyable entreprise d’intoxication et d’extorsions de fonds.

Luc Jouret

On se demande comment Luc Jouret a pu influencer tant de gens. Cette secte qui mélange religion, ésotérisme et apocalypse, est plus qu’obscure quant à ses objectifs. Le gourou tient des propos incohérents.
Ainsi, il écrit dans l’une de ses dernières lettres :

« Selon un décret de la Grande Loge blanche de Sirius, nous avons fermé et fait éclater volontairement tous les sanctuaires des maisons secrètes afin qu’elles ne soient pas profanées par des imposteurs et des ignorants. »

Emblème de l'ordre du Temple solaire

Au milieu des décombres, sont découverts des médicaments et des douilles de 22 long riffle. De nombreux adeptes ont une balle dans la tête, d’autres ont les mains liées derrière le dos.

Ce suicide collectif ressemble plutôt à une exécution en masse. Les responsables, eux-mêmes, se sont suicidés après avoir assassiné les adeptes.

Le plus incompréhensible c’est que les survivants de la secte qui étaient absents ont continué à croire que leurs camarades n’étaient pas morts mais avaient « réussi le grand départ ».

Crédulité ou angoisse ?

Le phénomène sectaire est très ancien et déjà présent dès les premiers siècles du christianisme.

Pourquoi ce phénomène a t-il connu une recrudescence dans la seconde moitié du 20e siècle ?

Certains y voient la conséquence de l’affaiblissement des grandes religions. Ne doit-on pas plutôt y voir un cri d’angoisse face à la déshumanisation de notre société moderne ? Insécurité sociale, chômage, absence d’espoir ne sont certainement pas étrangers à cet accroissement soudain.

Secte du Temple solaire en 1983

A l’inverse des représentants des religions constituées et des dirigeants politiques, les gourous savent offrir aux adeptes le réconfort et une explication rassurante sur le devenir de chacun.

Contrairement à ce que l’on peut croire, les adeptes des sectes ont un très bon niveau scolaire et souvent une excellente situation. Ils n’ont rien à priori d’illuminés.
C’est d’ailleurs bien ce qui rend ces sectes d’autant plus dangereuses.

V.B (17.01.2006)

< Religion. Croyances. Sectes