Home

Les dinosaures étaient-ils à sang chaud ou froid ?

Un Tyrannosaure qui fond sur un jeune Diplodocus nous fait penser à une lionne bondissant sur une antilope. Ce tableau est celui d’un animal « à sang chaud « , capable d’accélération et de courir pour assouvir sa faim.
Mais ne peut-on imaginer notre Tyrannosaure, la gueule ouverte, calculant son angle d’attaque et attrapant sa proie d’un coup sans gaspillage d’énergie.
Cette question qui peut sembler anodine fait pourtant couler beaucoup d’encre depuis de nombreuses années.

Poïkilotherme / Homéotherme

Il existe différents systèmes d'adaptation dans le monde animal. D'un côté, les animaux à "sang froid" (poïkilotherme) qui possèdent une température interne variable. C'est le cas des reptiles qui sont obligés, pour survivre, de subir les aléas du climat.

Alligator

L'alligator est un reptile à sang froid. © dinosoria.com

De l'autre côté, les animaux "à sang chaud" (homéotherme) comme les mammifères et les oiseaux qui possèdent une température interne pratiquement constante. Comme l'homme, ils sont capables quelque soit le climat d'avoir une activité soutenue.

Les indices: Qu'en est-il des dinosaures ?

1er indice: l'examen des empreintes sur une piste du Texas a montré que des théropodes courraient à 40 km/ h.

2ème indice: Le squelette du Deinonychus montre que cet animal était agile et rapide. Comme la plupart des Dromaeosauridés, il possédait des plumes.

Deinonychus

Squelette de Deinonychus. By DYFL.

3ème indice: Des dinosaures vivaient sur l'actuel Etat de Victoria ( non loin du pôle sud ).
D'après l'analyse de l'oxygène prisonnier des roches, la température moyenne ne dépassait pas 0°. Les dinosaures qui y vivaient étaient donc capables de supporter des conditions rigoureuses.

4ème indice: Les animaux "à sang chaud" ont une croissance constante alors que les autres grandissent par à-coup selon la température. Après analyse d'un squelette de Tyrannosaure, les scientifiques américains l'ont classés dans les espèces homéothermes.

Les contre-indices

1er indice: Certains reptiles survivent très bien dans des zones arides.

2ème indice: Des lézards, en cas de deshydratation, éliminent l'excédent de sel par des "glandes nasales".

3ème indice: Le Dromadaire, un mammifère, peut faire fluctuer sa température entre 34° et 42°.

Les dernières découvertes

Plusieurs découvertes ont suggéré que les dinosaures avaient un métabolisme plus proche des mammifères et des endothermes que des animaux dits à sang froid. Pour en savoir plus, des chercheurs des laboratoires paléo-environnements et paléobiosphère (CNRS/ Lyon 1) et Paléomagnétisme (CNRS/IPG) ont étudié les isotopes de l’oxygène contenu dans des tissus de dents ou d’écailles de dinosaures.

Ils les ont comparés à ceux d’animaux ectothermes découverts aux mêmes endroits. Sachant que l’isotope dépend de la température du corps au moment où le tissu se forme, il fonctionne a posteriori comme un thermomètre.

L’équipe de Christophe Lécuyer et d’Eric Buffetaut a constaté que les différences de compositions isotopiques entre les dinosaures et les ectothermes du Crétacé était comparable aux différences qu’il y a aujourd’hui entre un mammifère et un crocodile ou un lézard.

Velociraptor

On sait aujourd'hui que le Velociraptor possédait des plumes ce qui le place plutôt parmi les animaux à sang chaud. © dinosoria.com

Les tissus étudiés appartiennent à quatre grandes familles de dinosaures (sauropodes, ornithopodes, théropodes et cératopsiens) répartis sur plusieurs continents. De quoi penser que l’endothermie était répandue chez les dinosaures du Crétacé.

Ces travaux sont publiés dans la revue Earth and Planetary Science datée du 15 juin 2006.

"Il y a quelques années, les Américains ont déjà montré que certains dinosaures carnivores avaient le sang chaud. Ce que nous prouvons aujourd'hui, c'est que cela vaut aussi bien pour les carnivores que les herbivores".

Le métabolisme des dinosaures étudiés devait donc être similaire à celui des mammifères actuels. "Nous avons balayé assez large, en termes de variété des espèces, et sur une période longue. 80 millions d'années, ce n'est pas rien ! On ne peut pas encore affirmer que tous les dinosaures avaient le sang chaud, mais on sait qu'il y en avait beaucoup", résume M. Lécuyer.

Conclusion

Comment savoir si les dinosaures ne possédaient pas, eux aussi, des systèmes ingénieux pour réguler leur température ?
N'oublions pas qu'ils ont dominé le monde pendant 150 millions d'années. Ils ont eu largement le temps d'évoluer.
Cette épineuse question est régulièrement remise au goût du jour pour expliquer la disparition des dinosaures. Seulement voilà, que l'on se positionne d'un côté ou de l'autre, ça ne résoud rien. En effet, les crocodiles "à sang froid" ont survécu à la grande crise du Crétacé et les petits mammifères "à sang chaud" également.

V.Battaglia (05.2003) M.à.J 18.06.2006

< Planète Dinosaure