Home

Animaux < Amphibiens < Salamandre

Salamandre

La salamandre est un amphibien doté d’une queue qui a émergé des marécages à l'époque des dinosaures. Les salamandres, tritons, sirènes, amphiumes et axolotls constituent l'ordre des Caudata (anciennement Urodèles).

Beaucoup de salamandres sont très colorées, signalant à leurs prédateurs, qu'elles ont mauvais goût, car venimeuses. La plus grande salamandre est la salamandre géante de Chine, suivie de près par la salamandre géante du Japon.

Le mode de vie des salamandres est très diversifié. Elles peuvent être terrestres, aquatiques, semi-aquatiques et même arboricoles.

Classification et ancêtres de la salamandre

Au Moyen Âge et à la Renaissance, on croyait les salamandres capables de vivre dans le feu. Elles avaient souvent élu domicile dans les bûches de bois et en sortaient précipitamment quand on allumait la cheminée.
Ce don « surnaturel » faisait de la salamandre un animal extraordinaire, ce qui lui a valu de figurer sur les armoiries du roi François Ier.

L'ordre des Caudata comprend 530 espèces. Toutes les espèces de cet ordre sont pourvues d’une longue queue et de quatre membres.

Il existe 10 familles et 60 genres.

Galerie photo de salamandres

Les premiers fossiles de salamandres datent du Jurassique. On trouve les groupes modernes, telles les salamandres géantes, dès l'Éocène (53-33, 7 Ma).

Fossile d'une salamandre géante

Fossile d'une salamandre géante. © dinosoria

Caractéristiques des salamandres

Parmi les salamandres, certaines sont exclusivement aquatiques, tandis que d’autres sont devenues terrestres.
Qu'elles soient aquatiques ou terrestres, la vie des amphibiens est liée à l’eau douce.

La nature a doté les amphibiens de poumons. Cependant, ils respirent de différentes manières. Les larves respirent d’abord par la peau. Il leur pousse des branchies externes souvent remplacées par des branchies internes. La plupart les perdent en grandissant au profit des poumons.

Tous continuent à respirer par la peau bien que les espèces aquatiques doivent revenir respirer à la surface.
C’est par exemple l’unique moyen employé par les salamandres de la famille des pléthodontidés, car elles ne possèdent pas de poumons.

En général, la respiration est assurée en partie par la peau. Cette dernière laisse entrer l’oxygène et sortir le gaz carbonique.

Comme tous les amphibiens, la salamandre change régulièrement de peau. De même, elle hiberne.

Les urodèles peuvent marcher ou nager. Les urodèles aquatiques nagent comme des poissons. Leur queue, leur crête et leurs membres font office de nageoires.

Leur taille est très variable. Les plus petites espèces mesurent environ 5 cm de longueur. Le record est détenu par la salamandre de Chine qui mesure près de 2 m de long. La Salamandre commune (Salamandra salamandra) qui est la plus répandue en Europe mesure jusqu'à 25 cm de long.

En Amérique du Nord, la salamandre géante de Californie porte assez mal son nom, car elle ne dépasse pas 40 cm de long.

Leur longévité est également très variable. Les plus grandes espèces vivent de 20 à 30 ans.

La vie des salamandres

Leur mode de vie varie selon les espèces. Toutes ont une préférence pour les régions tempérées.
Les salamandres sont présentes en Europe, en Asie, en Amérique du Nord, au nord de l’Afrique et au Mexique.

Les Appalaches, aux États-Unis, sont le paradis de milliards de salamandres. On y dénombre plus de 20 espèces différentes.
La salamandre rose qui mesure une trentaine de centimètres est l’espèce la plus commune. Elle est carnivore et chasse en forêt. Il y en a environ 2,5 millions au km² dans ces forêts.

Les salamandres sont actives essentiellement la nuit.

Elles sont carnivores. Les insectes constituent l’essentiel de leur menu avec les escargots ou les vers. Les salamandres n’hésitent pas à attaquer d’autres espèces de salamandres.

La salamandre est solitaire sauf au moment de la reproduction et de l’hibernation.

Reproduction des salamandres

Les salamandres se reproduisent à terre. Beaucoup de salamandres pondent des œufs à terre et sont ovipares.

Vidéo développement d'un embryon dans son oeuf

Certaines espèces sont vivipares et mettent au monde des petits bien achevés. C’est le cas de la salamandre alpestre ou de la salamandre noire.

D’autres espèces sont ovovivipares.
Au moment de la ponte, le mâle dépose un sac rempli de ses spermatozoïdes que la femelle introduit dans son cloaque.
Après fécondation interne, les œufs se développent dans les voies génitales de la femelle (ovoviviparités). La salamandre tachetée est ovovivipare.

Il est impossible de citer tous les modes et comportements liés à la reproduction, car ils divergent beaucoup selon les espèces.

Métamorphose de la larve

Pour devenir adultes, les larves doivent subir une série de transformations. Cette métamorphose est essentielle pour passer de la vie aquatique à la vie terrestre.

Chez les salamandres, la larve ressemble beaucoup à l’adulte. Dès sa sortie de l’œuf, elle possède une longue queue membraneuse.
Ses branchies externes se développent très vite. Deux filaments disposés en arrière de la tête lui permettent de s’accrocher à la végétation aquatique : les balanciers.

Les pattes antérieures poussent en premier puis c’est au tour des pattes postérieures.

Stades de la métamorphose chez une salamandre tachetée

Stades de la métamorphose chez une salamandre tachetée. © dinosoria

Les branchies régressent au fur et à mesure que les poumons se mettent en place. Les paupières font leur apparition. Le corps achève de se pigmenter. Enfin, des dents subconiques remplacent les dents larvaires.

La métamorphose est achevée et aura duré plusieurs mois.

Armes défensives et offensives

Les salamandres ne manquent pas de prédateurs, mais elles disposent d’armes défensives très efficaces.
La salamandre produit une toxine violente grâce à des glandes situées sur son dos. Les muscles, autour de chaque glande, se contractent et envoient le poison à la face de l’attaquant.

Face aux serpents, la salamandre utilise une autre technique. Ses glandes produisent une sécrétion gluante qui colle les mâchoires du serpent. Cette sécrétion étouffe le serpent qui finit par lâcher sa proie.
Encombré de terre et de feuilles, le serpent a du mal à ouvrir ses mâchoires et ne pourra pas chasser pendant plusieurs jours.

Face à un agresseur, la salamandrine à lunettes se cambre et recourbe la queue de manière à former un anneau.
L’attaquant est surtout impressionné par la teinte rouge vif du dessous de la queue. Elle peut également simuler la mort.

Vidéo un loup contre une salamandre

Les urodèles possèdent une autre technique de défense. Cette arme secrète est appelée « autotomie ». Ce terme désigne la faculté de régénérer la queue ou l’un des membres. Si une buse affamée saisit une salamandre par la patte, la captive la lui abandonne. En quelques mois, il lui en poussera une autre.

Vidéo une salamandre s'ampute de sa queue

Quelques espèces de salamandres

La salamandre noire (Salamandra atra) : Elle apprécie les endroits humides en basse montagne, Les Alpes et le Jura. Elle capture insectes et araignées à l’aide de sa langue.

Nocturne, elle se réfugie dans des galeries ou des terriers la journée. Cette espèce est vivipare.

L'Amblystome tigré (Amblystoma tigranum) : Elle vit en Amérique du Nord. Elle peut mesurer jusqu'à 40 cm de long. Elle creuse des terriers dans le sol avec ses pattes pour s'y enfouir.

Vorace, elle mange tout ce qui passe à sa portée : insectes, crustacés, reptiles et amphibiens.

La salamandre tachetée (Salamandra salamandra) : On la trouve en Europe, en Afrique du Nord et au sud-ouest de l’Asie. Nocturne, c’est une habitante des forêts. La femelle est ovovivipare.
Le mucus qui recouvre son corps est urticant.

Elle s’accouple sur la terre ferme. Le mâle porte la femelle sur son dos, place son spermatophore sur le sol et place la femelle sur celui-ci. Le cloaque de la femelle recueille le spermatophore qui lui permet de fertiliser les œufs.

La salamandre pourpre (Gyrinophilus porphyriticus) : Elle peut dépasser 20 cm de long et vit sur la côte est des États-Unis.

Elle évolue dans les torrents et les rivières souterraines. Au menu : insectes, crustacés et mollusques.

Classification: Animalia. Chordata. Vertebrata. Amphibia. Lissamphibia. Caudata

V.Battaglia (14.11.2005). M.à.J 04.2008

Salamandre géante . Axolotl

Découverte d'une salamandre géante du Jurassique

Références

The Encyclopedia of Amphibians: The World of Frogs, Toads, Salamanders and Newts.Sous la direction de Robert Hofrichter. Firefly Books 2000
Encyclopedia of Reptiles & Amphibians. Academic Press Inc 1998
Michael Hutchins . Grzimek's Animal Life Encyclopedia: Amphibians. Cengage Gale 2003

< Amphibiens