Home

Après la mort de Jésus, le christianisme est éclaté en sectes. Ses disciples de Galilée rassemblent une première Église juive, à Jérusalem. Les Juifs de la Diaspora y sont nombreux et actifs, si bien que, dès les années 30, l'enseignement du Christ se répand jusqu'à Chypre, en Libye, en Asie Mineure et à Rome.
A Jérusalem même, certains convertis sont appelés les « hellénistes », parce qu'ils sont de culture grecque. Ils ont leur propre directoire, indépendant du collège des Douze Apôtres que dirige Pierre.
Ces hellénistes mènent une mission particulière qui, à la grande fureur des Juifs orthodoxes, les amène à s'en prendre au Temple, symbole de la nation juive.
Vers l'an 34, leur chef, Étienne, est lynché lors d'une émeute. Un jeune pharisien, Saul, assiste à la scène. Juif rigoriste, le jeune homme est très hostile à la secte d'Étienne. Mais, peu après, lors d'un voyage à Damas, le Christ lui apparaît et le convertit.
Saul de Tarse décide alors de se consacrer au Christ. Après avoir pris le nom de Paul, il fonde des communautés chrétiennes.

Saint Paul

Surnommé l’Apôtre des gentils (c’est-à-dire des païens), Paul a joué un rôle capital dans la propagation du christianisme dans le monde gréco-romain. Les sources essentielles de la vie de Paul sont les Actes des Apôtres et des Épîtres, auxquelles on peut joindre quelques éléments puisés chez les Pères de l’Église. La littérature apocryphe le concernant ne saurait être utilisée qu’avec d’infinies précautions. Son nom était Saulos, forme grécisée de l’hébreu Shaul. Issu d’une famille de notables, Paul est un intellectuel qui va admirablement utiliser les voies de communication de son temps. C’est Paul qui va concevoir une Eglise à l’échelle de l’Empire. Il parle plusieurs langues et a intégré la géopolitique romaine. L’apôtre se décrit lui-même comme petit, chauve et le nez crochu. Cependant, les artistes chrétiens ne retiendront que la calvitie.

Saint Paul

Saint Paul

Mosaïque de Ravenne Au départ, Paul est un pharisien intransigeant. Il commence par persécuter les chrétiens, et il apparaît pour la première fois dans les Actes des Apôtres gardant les vêtements des Juifs qui lapident Étienne. À la suite de cela éclate une persécution, et on voit Paul « allant dans les maisons, en arrachant hommes et femmes qu’il traînait en prison ». Tandis qu’il se rend à Damas pour y persécuter la communauté chrétienne, Paul a une vision du Christ qui provoque sa conversion à la religion de ses adversaires. L’apôtre Jean s’établit à Ephèse, Pierre, à Rome, où l’empereur Néron le fera mettre à mort en l’an 64. Paul reçoit l’agrément de Pierre et des Douze et, à l'issue d'un temps d'apprentissage, rejoint une équipe missionnaire de prophètes et de docteurs. Il participe, comme second de l'apôtre Barnabé, à la fondation de l'Église d'Antioche (l'actuelle Antakya, en Turquie). C'est là qu'apparaît pour la première fois le nom de « chrétiens » - «ceux du Christ» -, forgé par les Romains vers l'année 40.

Conversion de Saint Paul

Michelangelo. Conversion de Saint Paul. 1542-1545. Fresques. Chapelle Pauline , Vatican

Pour mieux s'intégrer à la société des colonies romaines, Saul prend alors un surnom latin. Désormais, il s'appellera Paul. Aidé de ses compagnons, il évangélise aussi la côte anatolienne. Quant à Pierre, qui a quitté la Judée, il prêche en Syrie, en Grèce et même à Rome.

Séparation entre le christianisme et le judaïsme

Tout apôtre s’active à désigner pour chaque église un « surveillant », en grec « episkopos », le futur évêque et également un « ancien », en grec « presbyteros », qui deviendra le prêtre. Ils reçoivent le pouvoir de prêcher, de baptiser et de célébrer l’eucharistie. Paul est le champion d'un christianisme autonome, qui se détachera progressivement du judaïsme, jusqu'à la destruction du Temple et de Jérusalem, en 70.

St. Paul prêchant à Athènes

Raphael. Carton pour St. Paul prêchant à Athènes. c1513-1514. Victoria and Albert Museum, Londres

Il reste fidèle à l'Église chrétienne de Jérusalem, pour laquelle il collecte des fonds. Mais, afin de faciliter les conversions, il prône l'abolition des rites juifs (circoncision, nourriture kasher) pour les païens convertis au christianisme. La réunion apostolique de Jérusalem, en 51, impose au contraire à ces derniers les mêmes obligations qu'aux Juifs. Conséquence contre-missions et polémiques se succèdent dans les Eglises instituées par Paul. À Antioche, il rompt avec Pierre, mais il est désavoué par l'Église. En 52, il s'installe à Éphèse, conçoit dès lors sa mission comme universelle et projette d'aller à Rome. Il y arrivera d’ailleurs. A partir de là, une énorme controverse a vu le jour sur les relations de Paul et de Néron ainsi que sur la mort de cet apôtre. Certains auteurs pensent qu’il a finalement subi le martyre en 64, lors de la persécution de Néron, rapportée par Tacite. D’autres soutiennent qu’il a été acquitté, mais on est désormais dans le domaine de l’hypothèse. Libéré, Paul se serait rendu en Espagne, puis serait revenu en Orient, à Éphèse, en Macédoine et en Grèce : ce serait au cours de ces ultimes pérégrinations qu’il aurait rédigé sa Première Épître à Timothée et son Épître à Tite. Après la persécution de Néron, il aurait été arrêté car appartenant à une secte tenue désormais pour criminelle. Ramené à Rome, tenu dans une dure captivité, il aurait eu un long procès avant d’être décapité sur la voie d’Ostie, vers 67.

L'arrestation de Paul

L'arrestation de Paul. IVe siècle. Grotte Vaticane, Rome

Concernant les relations de Paul et de Néron, il est difficile de discerner le vrai du faux. Cependant, la Bible donne des indications. Paul serait rentré en contact avec l’empereur par l’intermédiaire de Sénèque qui est le précepteur de Néron, grand philosophe et homme de lettres. Introduit dans la maison même de l’empereur, il peut commencer son évangélisation. Paul fait tout pour convertir Néron et dans les lettres avec Sénèque bien que considérées comme apocryphes, il semblerait que Néron ait été très réticent à cette nouvelle religion. Difficile de trier le vrai du faux. De même, la controverse continue quant aux instigateurs de l’incendie de Rome. Certains accusent Néron mais cette probabilité est très peu probable. D’autres accusent les Chrétiens.

Saint Paul et les Apôtres

Saint Paul et les Apôtres. Mosaïque de Ravenne

Il est assez ironique de constater que ce soit Saül de Tarse, un citoyen romain, grand persécuteur de chrétiens, et qui n’a jamais connu Jésus, qui fut celui qui a répandu le message de Jésus dans tout l’Empire romain. C’est en grande partie grâce à lui, et à la conversion de l’empereur Constantin (vers 310), que l’Eglise est présente au IVe siècle dans tout le Bassin méditerranéen jusqu’en Afrique du Nord.

V.Battaglia (19.11.2006)

 

Références et sources

Atlas des religions, éditions Plon Mame. Les premiers chrétiens, Editions Larousse. Saint Néron de Jean-Charles Pichon, éditions Robert laffont. Informations transmises par Carel Wijngaards