Home

Enigmes < Enigmes archéologiques < Roue des monts Bighorn

La roue des monts Bighorn

Aux Etats-Unis, dans les monts Bighorn du Wyoming, se dessinent les contours d’une roue à rayon qui forme un cercle de 25 m de diamètre.
Dans la Saskatchewan, en Arizona et dans de nombreux autres sites d’Amérique du Nord, on rencontre des cercles analogues qui varient de quelques mètres  à quelques centaines de mètres de diamètre.
Qui a construit ces cercles et pourquoi ?

Caractéristiques des cercles

Ces cercles se situent tous en altitude, sur des plateaux rocailleux. Ils sont constitués de lignes de gros cailloux qui constituent la jante, le moyeu et souvent les rayons.
Dans quelques cas, les bâtisseurs ont placé des amas de pierres, ou cairns, au centre ou à l’extérieur des cercles.

Roue de Bighorn

Roue "guérisseuse" de Bighorn. © dinosoria.com

La roue des monts Bighorn est la plus célèbre car c’est la mieux conservée. Elle a été baptisée la « roue guérisseuse ».

Théorie sur les cercles

Certains historiens pensent que les Indiens des plaines ont disposé ces cercles vers l’an 1100. On ignore avec précision pourquoi ils les ont bâties.
Cependant, leur orientation fournit quelques indices.

En effet, la ligne de visée, qui part du cairn du premier plan et passe par le moyeu, aboutit au soleil levant lors du solstice d’été.
Un autre cairn désigne le couchant, le même jour.

D’autres alignements de pierre pourraient marquer le lever et le coucher de trois étoiles au moment de chaque changement de saison.

Ces cercles pourraient donc être une sorte d’équivalent des mégalithes d’Europe comme Stonehenge.
Elles pouvaient servir d’observatoire astronomique.

Sur certains sites, les chercheurs ont retrouvé des trous dans lesquels ont pu être dressés des poteaux.
Reconstitués, les cercles devaient ressembler à des versions plus rustiques de Stonehenge, en Angleterre.

On peut par contre se demander pourquoi les Indiens des Plaines qui étaient des nomades et vivaient de la chasse avaient  besoin d’observer le ciel.
Les observatoires anciens étaient utilisés par des peuples qui pratiquaient l’agriculture.

Peut-être que les Indiens s’en servaient-ils  pour prévoir les grandes migrations des troupeaux ?

Ces questions ne trouveront sans doute jamais de réponse.

V. Battaglia (08.02.2009)

< Enigmes archéologie. Paléontologie