Home

Préhistoire < Dinosaures < Actualité. Découvertes < Fossilisation. Reconstitution

Comment ressusciter un dinosaure ?

Fossilisation et reconstitution

Enterrés dans des sédiments, piégés dans l’ambre ou encastrés dans la glace, voici comment les dinosaures ont laissé des traces qui ont résisté au passage du temps. La reconstitution d'un dinosaure dépend en grande partie de l'état des fossiles.

Première phase : Fossilisation

Quand un animal meurt, ses restes ne demeurent pas longtemps intacts. Sur terre, les charognards dévorent les cadavres, les insectes rongent ce qu’il reste puis les bactéries terminent le travail de nettoyage.

Dans certaines conditions, le corps entier est conservé. Si le cadavre est recouvert d’une couche qui l’isole de l’air, comme des cendres volcaniques ou des sédiments marins, le processus de dépeçage ne peut avoir lieu.
Là, le cadavre s’enfonce progressivement à mesure que des couches de cendre ou de sédiments viennent le recouvrir.

Les animaux peuvent être conservés de plusieurs façons :

1/ un insecte ou un petit animal se laisse piéger dans de la résine. Il peut alors se faire engluer pour l’éternité.

Papillon piégé dans l'ambre

Insecte fossilisé dans de l'ambre de la Baltique. © dinosoria.com

2/ Le bitume (une sorte de goudron) est une substance naturelle qui forme des mares pouvant engloutir de gros animaux. Ils sont alors imprégnés d’un liquide huileux qui empêche la décomposition.

3/ La congélation est un autre procédé qui retarde la putréfaction. Les mammouths gelés, découverts en Sibérie, étaient dans un état de conservation parfait.

Mammouth laineux

Mammouth laineux. By Jim Linwood

Beaucoup d’animaux commencent à se fossiliser mais disparaissent sans laisser de traces. La fossilisation est un processus aléatoire et très rare qui n’offre qu’une vue fragmentaire de la vie préhistorique.

Ce fossile ci-dessous est celui d'un Coelophysis, prédateur qui contient les os d'un jeune Coelophysis dans son estomac. C'est grâce à cette découverte, que les chercheurs ont su que cette espèce était cannibale.

Deuxième phase : l’étude des fossiles

Les fossiles permettent de savoir quand et comment vivaient les animaux, ce qu’ils mangeaient et parfois comment ils se reproduisaient.
Une fois le fossile trouvé, il est extrait de la roche. Pour un squelette de grand sauropode, déplacer le fossile sans casser les os peut prendre plusieurs années.

Coelophysis

Fossile d'un Coelophysis qui contient les os d'un jeune Coelophysis dans son estomac. C'est grâce à cette découverte, que les chercheurs ont su que cette espèce était cannibale. © dinosoria.com

Une fois dans le laboratoire, le fossile est entièrement nettoyé. Là, l’étude peut commencer.
La moindre irrégularité ou spécificité peut révéler d’importants détails. Les os sont minutieusement examinés au microscope et au scanner.

Troisième phase : la reconstitution

Si les os ne sont pas trop abîmés, il est facile de savoir à quelle partie du corps ils correspondent. Mais souvent, des recherches sont nécessaires. Le paléontologue vérifie si son fossile appartient à un animal déjà répertorié ou à une nouvelle espèce.

Iguanodon

Iguanodon. Pendant la fossilisation des os, un lent processus chimique capture chaque détail de leur structure intérieure et de leur forme. Même si l'os est fendu, on peut identifier les points d'insertion des muscles. © dinosoria.com

Comment reconstituer un dinosaure quand on a qu’un seul de ses os ?

Seule l’anatomie comparée permet de ne pas confondre un fémur de sauropode avec celui d’un théropode.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Reconstitution d'un Tyrannosaurus. © BBC

Un os présente des caractéristiques propres à chaque espèce. Les paléontologues étudient les dépressions, crêtes et saillies observables sur les os. Ces caractéristiques servent de point d’attache aux muscles et aux ligaments. En comparant avec nos animaux actuels, les chercheurs peuvent « habiller » un dinosaure.
Pour créer leur peau, ils se basent sur celle des reptiles actuels ou des rares peaux fossilisées.

Œufs et empreintes de dinosaures

Les squelettes fossilisés ne sont pas le seul moyen pour les paléontologues de comprendre les caractéristiques et le mode de vie des dinosaures.
Les œufs et surtout les nids fossilisés sont une source extraordinaire d’information sur le comportement parental des dinosaures envers leur progéniture.

Oeufs d'Oviraptor

Oeufs d'Oviraptor et reconstitution du nid. © dinosoria.com

De même, les empreintes fossilisées permettent de calculer à quelle vitesse ils se déplaçaient, s’ils vivaient en troupeau ainsi que les directions des migrations.

Reconstitution empreintes de dinosaures

Ci-dessus: S'approchant d'un sauropode, un théropode se prépare à l'attaque. Cette scène est révélée par les empreintes découvertes au Texas. Le prédateur laisse des empreintes à trois doigts alors que celles du sauropode sont arrondies, avec les marques des petites griffes visibles à l'avant.

V.Battaglia (05.2003) M.à.J 06.2006

Ambre: processus de fossilisation parfait . Processus de fossilisation . Empreintes de Dinosaures

< Planète Dinosaure