Home

Raton laveur

Très lié au folklore nord-américain, le raton laveur  est un animal identifiable à son masque facial qui le fait ressembler à Zorro. La ressemblance est d’autant plus amusante que le raton laveur est connu et redouté pour ses raids dévastateurs dans les poulaillers ou les vergers.

Procyon, qui désigne les différents ratons laveurs, signifie en latin « avant le chien » car ces animaux sont apparus sur Terre bien avant les Canidés.

Le raton laveur doit sa renommée à sa grande dextérité pour saisir les aliments et surtout à son habitude de les « laver » avant de les consommer d’où son nom commun, mais également son nom latin car « lotor » signifie « le laveur ».

 

 

Classification du raton laveur

La nomenclature traditionnelle répartie les ratons laveurs en 3 espèces et 26 sous-espèces.

  • Procyon cancrivorus : Raton laveur crabier qui vit au Costa-Rica et jusque dans le nord de l’Argentine
  • Procyon lotor : Raton laveur commun, originaire d’Amérique du Nord
  • Procyon pygmaeus : Raton laveur de Cozumel qui vit dans l’île du même nom à l’est de la Péninsule du Yucatan au Mexique

raton laveur

Jeune raton laveur nord-américain. By Michaël Scheltgen . (CC BY-SA 3.0)

Cependant, certains auteurs considèrent que les ratons laveurs insulaires sont des espèces à part entière et prennent en compte 7 espèces :

  • Procyon cancrivorus
  • Procyon gloveralleni: Raton laveur de la Barbade (espèce éteinte)
  • Procyon insularis: Raton laveur de Tres Marias qui vit sur l’île de Maria Madre au large du Mexique
  • Procyon lotor
  • Procyon maynardi:  Raton laveur des Bahamas
  • Procyon minor: Raton laveur de la Guadeloupe
  • Procyon pygmaeus 

Habitat du raton laveur

Le raton laveur commun vit du sud du Canada jusqu’au Mexique. Il a été introduit dans certaines régions d’Asie et en Europe où il s’est très bien adapté.

Raton laveur d'Europe

Raton laveur photographié en Suisse. By Le Chat Machine . (CC BY-NC-ND 3.0)

Cet animal s’adapte à tous les environnements du moment  qu’il a accès à un point d’eau. Il survit aussi bien sous des latitudes tropicales que froides.
Il s’est également adapté à l’homme et vit souvent dans les zones urbaines.

Raton laveur qui fait les poubelles

Raton laveur qui fait les poubelles à Vancouver. By LexnGen . (CC BY-NC-ND 3.0)

En principe, il apprécie les régions forestières car il peut construire son repaire dans les arbres et surtout y trouver refuge.

Portrait du raton laveur

Le raton laveur porte autour des yeux un masque noir caractéristique, encadré de blanc, qui lui donne l’allure d’un petit bandit.
En général, la robe est de couleur gris fer et sa longue queue touffue porte entre cinq et dix anneaux de couleur foncée.
Cependant, la couleur du pelage varie en fonction des espèces, variant du gris au marron.

Raton laveur

Raton laveur qui prend la pose dans un square américain. © dinosoria.com

La femelle est plus petite que le mâle. Le poids moyen est de 6 kg mais certains individus peuvent dépasser 20 kg. C’est notamment le cas dans les régions les plus froides car ils amassent plus de graisse.

Les pattes antérieures sont très agiles et habiles. On compte 5 orteils à chaque pied équipés de griffes acérées non rétractiles.
Les pattes postérieures sont plus longues que les antérieures.

Raton laveur en train de grimper à un arbre

Le raton laveur est un hable grimpeur. By Octoferret . (CC BY-NC-ND 3.0)

C’est un habile grimpeur, capable d’aller dénicher des fruits, des insectes ou des oiseaux dans les arbres.
Sa longue queue lui sert à équilibrer ses déplacements en hauteur. Par contre, ce n’est pas un très bon coureur avec une course inférieure à 30 km/h.

Il possède un odorat développé et une bonne vue, surtout la nuit. Nocturne, cet animal est rarement très actif la journée.

Bien que classé dans l’ordre des Carnivores, le raton laveur est en fait omnivore.

Le raton laveur possède t-il une hygiène alimentaire ?

Selon des études scientifiques, le raton laveur ne lave pas ce qu’il consomme. Le fait de mouiller ses doigts intensifie le sens tactile de ses membres antérieures.
Il frotte et trempe ses aliments dans l’eau avant tout pour affirmer ses prises.

Raton laveur

Raton laveur en train de pêcher. © dinosoria.com

C’est un opportuniste qui mange tout ce qu’il trouve dans son environnement : végétaux, invertébrés, fruits, céréales, détritus, insectes, petits rongeurs, poissons, écrevisses, œufs …

Dans certains Etats américains, il est détesté par les agriculteurs car il pille les champs de maïs dont il est friand.

Mode de vie du raton laveur

Il dort une grande partie de la journée et s’active la nuit en quête de nourriture. Pendant les périodes de grands froids, notamment dans les régions septentrionales du Canada et des Etats-Unis, après s’être gavé d’aliments pendant l’automne, il se réfugie dans une tanière et se plonge dans un long sommeil.

Il n’hiberne pas dans le sens strict du terme car son métabolisme et sa température corporelle demeurent stables.

Raton laveur qui dort

Les arbres sont un bon refuge pour dormir. By Lovecatz . (CC BY-SA 3.0)

Survivant grâce à ses réserves de graisse, il peut néanmoins perdre jusqu’à 50% de son poids durant l’hiver.

Ce n’est pas un grand bâtisseur. Il utilise les cavités existantes dans les creux des arbres ou au sol.

raton laveur qui dort

La journée, le raton laveur dort. By My Angel G . (CC BY-SA 3.0)

C’est un bon nageur qui n’hésite pas à plonger dans l’eau quand un crustacé, un poisson ou un serpent se trouve à trop grande distance du rivage.
Le raton laveur crabier est un nageur particulièrement remarquable qui a déjà été observé à plus de 6 km au large.

En dehors des périodes de reproduction, le raton laveur est solitaire et sédentaire. Son domaine vital est très variable en fonction du biotope.
Plusieurs individus peuvent partager un territoire riche en ressources. Cependant, en principe, le domaine d’un mâle ne chevauche pas celui d’un autre mâle.

Il n’apprécie pas particulièrement la présence de ses congénères. En cas de rencontre, deux mâles peuvent s’intimider. Ils se défient en grognant ou en montrant les dents.
Ils hérissent également leur pelage autour de la nuque ce qui leur donne une apparence plus imposante.
Il est rare que ces tentatives d’intimidation se soldent par un combat.

raton laveur

Le raton laveur est habile de ses mains. By Kildall fotografi . (CC BY-NC-ND 3.0)

En zone urbaine, la répartition semble s’effectuer selon le sexe. La ville de Washington, par exemple, abrite une grande communauté de ratons laveurs dont la structure sociale est bien établie.
Les mâles annexent les zones de verdures tandis que les femelles maraudent près des zones résidentielles.

Cette communauté évite l’homme en sortant la nuit.

Certaines personnes ont adopté comme animal de compagnie un raton laveur. Plutôt docile, étant jeune, il peut devenir très dévastateur en vieillissant.

La reproduction du raton laveur

Juste avant le début du printemps, le mâle se met en quête d’une ou plusieurs partenaires.  Il peut parcourir de grandes distances pour s’accoupler.
C’est surtout en février et en mars que la période de rut bat son plein. La parade amoureuse est brève et le mâle ne reste pas plus d’une semaine avec sa partenaire avant d’en chercher une autre.

Jeunes ratons laveurs

Deux jeunes ratons laveurs. By Auberon . (CC BY-NC-ND 3.0)

Après une gestation de 63 à 65 jours, la femelle met au monde  de 3 à 7 petits. Pesant en moyenne 80 grammes, les bébés sont aveugles à la naissance. Ils ouvrent les yeux à partir du 20e jour environ et sont sevrés au bout de 70 jours.
Ils resteront près de leur mère pendant le premier hiver avant d’annexer leur propre domaine.

Très précoces, les femelles atteignent leur maturité sexuelle avant l’âge d’un an et vers deux ans pour les mâles.

Leur espérance de vie moyenne en liberté est de 5 ans bien qu’ils puissent vivre au-delà de 15 ans.
En captivité, le record est de 21 ans.

Jeune raton laveur

Jeune raton laveur. La mère est en arrière-plan. By Losgofres . (CC BY-NC-ND 3.0)

Leurs principaux prédateurs sont, outre l’homme, le coyote, les rapaces, le puma, le lynx et les serpents pour les nouveau-nés.

Le raton laveur et l’homme

La longévité du raton laveur est écourtée à cause de la chasse, du piégeage, des rigueurs de l’hiver et de la circulation automobile.

Le raton laveur a été l’objet d’un véritable massacre en Amérique du Nord jusque dans les années 1970. Vers 1930, 300 000 animaux étaient encore tués chaque année. Les peaux étaient exportées vers le Canada et l’Europe.

Ratons laveurs en train de manger

By Aaron Edwards . (CC BY-NC-ND 3.0)

Mais, le raton laveur commun est coriace. Il se reproduit vite et sait déjouer de nombreux pièges.  De ce fait, sa population reste vivace et n’est pas en danger.

L’autre problème qui se pose est la propagation de la rage dont le raton laveur est le principal vecteur dans les zones urbaines américaines.

En Europe, la population est en nette augmentation. On doit aujourd’hui effectuer un contrôle des populations, notamment en Suisse, en Allemagne et en France, pour éviter une trop forte progression des effectifs.
Il est important de contrôler les populations car ces animaux peuvent transmettre plusieurs maladies aux animaux domestiques et aux hommes.

Les ratons laveurs insulaires sont beaucoup plus menacés. Les populations installées sur ces îles sont assez petites et très isolées donc beaucoup plus fragiles.

Classification: Animalia. Vertebrata. Mammalia. Carnivora. Procyonidae. Procyon

V.Battaglia (06.02.2008)

Ragondin

Références principales

Le raton laveur. Collection Marshall Cavendish 1994
L’encyclopédie des animaux. La famille des ratons. P.146. Editions Larousse 2006
Nomenclature SITI

< Mammifères