Home

Animaux < Fonds marins < Poissons < Raie

Raie

Le nom de raie est souvent étendu à tous les poissons sélaciens hypotrèmes. Mais sous cette appellation, il existe de nombreuses espèces différentes qui ne font pas partie du même ordre. La raie électrique est un nom que l’on donne à la torpille alors que sous la dénomination de raie venimeuse, on inclut la pastenague, l’aigle de mer et la mante ou diable de mer.
Aujourd’hui, on comptabilise environ 650 espèces de "raies" dans tous les océans du monde.

Portrait de la raie

On pense que les premières formes de raies sont apparues dans les mers du Trias, il y a environ 200 millions d’années, à partir d’une espèce de requin à la silhouette aplatie.

Fossile de raie

Pastenague Heliobatis "raie soleil" vivait en eau douce en Amérique du Nord
il y a environ 50 millions d'années . © dinosoria.com

Toutes les espèces possèdent un corps plus ou moins aplati. Elles appartiennent toutes à la sous-classe des élasmobranches comme les requins. A ce titre, les raies possèdent des branchies apparentes.

Raie manta

Face ventrale d'une raie manta. By asands

La forme des raies résulte d’un développement des nageoires sur les côtés et vers l’avant. Ce développement est tel que petit à petit ces nageoires se sont soudées à la tête.
Ce développement a provoqué un déplacement des cinq paires de fentes branchiales qui se sont retrouvées sur la face ventrale.

Pastenague

Pastenague (Urobatis halleri). By laszlo-photo

On ne peut les observer que si la raie est en position renversée.

Sur la face ventrale, on peut également observer la bouche et les narines qui rappellent étrangement un visage humain souriant.

Raie

Avec une face aussi souriante, cette raie va se faire plein d'amis sur Facebook. By David Spreekmeester

La face dorsale porte les yeux et les orifices respiratoires.

Yeux d'une raie

Les yeux d'une raie. By divemecressi

La plupart des espèces de raies habitent dans les mers tropicales mais on en rencontre dans toutes les mers et tous les océans.
Ces sont des poissons plutôt voraces qui passent beaucoup de temps à fouiller les fonds marins en quête de nourriture.

Raie enfouie dans le sable

Les raies s'enfouissent dans le sable. By alistairmcmillan

Elles se nourrissent de coquillages ou de poissons. Les mangeuses de coquillages se reconnaissent à leur dentition en pavée qui leur permet de broyer les coquilles.

Comparatif carcharocles et raie

Comparatif entre une dent de carcharocles et un pavé dentaire de la raie Myliobatis . (Montage effectué avec 2 photos prises dans des musées. 1998. © dinosoria.com

Les raies chassent à l’affût, enfouies dans le sable, ou nagent lentement au-dessus du fond par ondulation des pectorales.

On connaît 23 espèces sur les côtes françaises, la plus grande, le pocheteau gris, atteignant 2,5 m de long et 100 kg.

Pocheteau

Un pocheteau. © Emme Interactive

Les raies possèdent un odorat et une ouïe très performants.
Comme les requins, elles ont un sixième sens qui décèle les différences de potentiel électrique provenant des êtres vivants ou produites par les courants du champ magnétique terrestre.

Pastenague épineuse

Pastenague épineuse (Dasyatis centroura). By Philippe Guillaume

Grâce aux ampoules de Lorenzini, les raies détectent les proies, cachées dans le sable, sans avoir besoin de les voir, ni de les entendre.

Les différentes espèces de raies

Les raies appartiennent à la classe des chondrichtyens (poissons cartilagineux). On compte 21 familles.

Les raies guitares (Rhinobathiformes) ont un corps plutôt allongé. La grande raie guitare (Rhynchobatus djiddensis) est la géante de la famille avec une longueur qui peut atteindre 3,50 m. Contrairement aux autres raies, les raies guitares possèdent des nageoires dorsales hautes et droites qui les font ressembler à des requins.

Raie guitare

Raie guitare. By laszlo-photo

Les raies guitares vivent la plupart du temps enfouies dans le sable en attente d’une proie. Elles évoluent sur les fonds côtiers et sableux.
Ces raies, un peu particulières, à mi-chemin entre la raie et le requin, se nourrissent principalement de crustacés, de mollusques et de petits poissons.

Elles sont inoffensives et se laissent approcher par les plongeurs discrets.
On en compte environ 45 espèces dans les mers tropicales et subtropicales dont 5 espèces en Méditerranée.

Les torpilles (Torpédiniformes) ont la capacité d’infliger de douloureuses décharges électriques. Il existe environ 35 espèces de raies qui ont cette capacité.
La torpille possède deux organes électriques situés à l’avant du corps. Elle peut foudroyer sa proie d’une décharge de 80 volts (jusqu'à 200 volts).

Torpedo marmorata

Torpedo marmorata. © Emme Interactive

La puissance de la décharge d’un adulte est capable d’actionner une sonnette ou d’allumer une lampe. Il est donc très déconseillé de les toucher.
Quand une torpille utilise cette arme, elle doit attendre plusieurs jours pour reconstituer ses réserves. Les nombreuses espèces de torpilles évoluent dans toutes les mers tempérées du globe.

Les pastenagues (Dasyatiformes) possèdent un aiguillon venimeux. Elles évoluent souvent dans les eaux de très faible profondeur, dans les baies ou les estuaires.

Pastenague

Pastenague. By Scootie

C’est l’éperon caudal qui inflige la blessure. Il faut donc faire attention de ne pas marcher dessus. Elles sont parfois invisibles tant elles savent parfaitement se dissimuler dans les fonds sablonneux. L’injection de venin et de staphylocoques rend très difficile la cicatrisation de la blessure.

Pastenague taches bleus

Pastenague à taches bleues. By cold_water_diver

De plus, les pastenagues possèdent une queue assez longue et munie à sa base d’aiguillons venimeux.
Leur taille est très variable. La très belle pastenague à taches bleues (Taeniura lymna) mesure jusqu’à 2,40 m de long (taille moyenne 1,50 m). Cette superbe créature est reconnaissable aux gros ocelles bleus brillants qui recouvrent son corps.

Pastenague a taches bleues

Taeniura lymna. By jon hanson

Cette raie est répartie dans tout l’Indo-Pacifique et la Mer Rouge. Elle s’approche volontiers des récifs coralliens. Vivipare, la femelle met au monde des petits en tout point semblables aux adultes.

Les raies vraies (Rajiformes) ne possèdent aucun aiguillon venimeux. Il existe environ 200 espèces dans la famille des rajidés. La raie bouclée, très commune, en fait partie.

Ces raies sont pêchées pour leur chair. Elles peuplent toutes les mers de l’Arctique à l’Antarctique.

Les raies aigles ou aigles de mer (Myliobathiformes) possèdent une nageoire caudale particulièrement effilée. Elles possèdent une épine venimeuse située près de la base de la queue. Cependant, contrairement aux pastenagues, elles ne sont pas dangereuses.

Raie aigle

Raie aigle. By jurvetson

Ce sont des animaux benthiques qui affectionnent les fonds sablonneux. Elles se nourrissent de mollusques, de crustacés et de petits poissons.
Elles évoluent dans toutes les mers tropicales.

La raie-aigle tachetée (Aetobatus narinari) est l’une des plus belles raies-aigles. Elle reste en principe sur le fond mais on peut parfois l’observer « voler » en ondulant à la manière d’une hirondelle.

Raie aigle tachetée

Raie-aigle tachetée. By lowjumpingfrog

Elle gagne de temps en temps la surface en battant de ses grandes « ailes » et jaillit au-dessus des flots en un vol bref et spectaculaire.
La femelle est vivipare et met au monde de 2 à 10 petits après une gestation d’environ un an.

Les mantas (Myliobatiformes ou Rajiformes selon les auteurs) ont joué la carte du gigantisme avec, notamment, la raie manta et ses 7 mètres d’envergure.
C’est la plus grande raie qui existe et elle est totalement inoffensive. Ses seuls ennemis sont les orques et les hommes.

Raie manta

Raie manta. By divemecressi

Contrairement aux autres raies, la manta évolue en pleine eau et se pose rarement sur le fond. Elle évolue dans toutes les mers chaudes et tempérées du globe. Elle filtre l’eau pour en extraire plancton et petits poissons.

Les poissons scies (Pristiformes) ont adopté la forme des requins scies.

Poisson scie

Poisson scie. © Emme Interactive

Ce poisson possède un rostre très allongé et aplati. Il porte des dents alvéolées formant une scie avec laquelle le poisson débusque ses proies.

V.Battaglia (27.05.2007)

Raie électrique . Raie manta

Références

Requins en liberté, Gérard Soury. Ed. Nathan. Les Requins, John D.Stevens. Ed. Bordas. Encyclopédie des poissons. Ed. Proxima

< Poissons