Home

Puceron

La lutte contre les pucerons est obligatoire pour éviter qu'ils affaiblissent et parasitent les plantes et les arbres.
Il existe des traitements naturels contre les pucerons. Certaines plantes servent de répulsifs naturels. De même, certains insectes, comme la coccinelle, permettent d'éviter la pullulation des pucerons.

Biologie du puceron

Ce petit insecte homoptère vit sur les plantes, dont il suce les sucs. Les pucerons font partie de la super-famille des Aphidoidea.

Regroupés en colonies sur les plantes, les pucerons lanigères sont microscopiques.
Les nombreuses espèces sont de teinte très variable : noir, vert, gris cendré, rose, jaune, orange ou mauve. Il en existe plus de 250 espèces.

Ces insectes s'attaquent aux plantes d'intérieur, à celles du jardin et aux arbres. Ils ont une prédilection pour les jeunes pousses et les boutons. Ils sucent la sève des plantes pour se nourrir des acides aminés qu'elle contient.

Les individus sont aptères ou ailés selon la saison dans une même espèce.
Beaucoup rejettent par l'anus un miellat sucré, recherché par les fourmis, qui ont pris l'habitude de les domestiquer.

Reproduction du puceron

Il existe deux types de reproduction chez les pucerons :

  • La reproduction sexuée
  • La parthénogenèse (sans fécondation)

Ovipares ou vivipares, les pucerons présentent souvent une parthénogenèse saisonnière, sexe et fécondation n'apparaissant qu'à l'automne en donnant des œufs d'hiver résistant au froid. Le reste de l'année, il n'y a que des virgines, aptères si l'espèce n'a qu'un seul hôte, ailées si elle migre d'une espèce végétale à une autre.

Puceron. Le puceron vert

Macrosiphum rosae - le puceron "vert" du rosier. © Entomart

Certains pucerons sont capables de pondre par parthénogenèse moins de cinq jours après leur naissance.
Un seul couple peut donc donner des centaines et même des milliers de descendants en moins d'un an.

Les pucerons et les plantes

Les pucerons mangent de grandes quantités de sève qui contient, outre les acides aminés, du sucre. Mais, ils ne peuvent utiliser ces sucres donc ils les déposent sur les tiges sous forme d'une sécrétion poisseuse appelée miellat.
Les fourmis sont attirées par ce miellat.

Phyllaphis fagi . Puceron laineux

Phyllaphis fagi - "Puceron laineux" . © Entomart

Les pucerons, du fait de leur pullulation, sont nuisibles, car, outre qu'ils prélèvent la sève, ils peuvent inoculer des virus :

  • Virus de la frisolée et de l'enroulement de la pomme de terre et de la tomate
  • Virus de la mosaïque du chou-fleur
  • Virus de la mosaïque du haricot et du pois

La fumagine, un champignon, peut apparaître quand le miellat est abondant sur les feuilles. Le champignon se développe et bouche les stomates (pores) de la plante.

Puceron noir

Aphis hederae - Puceron noir du Lierre (Hedera helix). © Entomart

Leurs principaux ennemis naturels sont des insectes, notamment la coccinelle à 2 points et la coccinelle à 7 points, mais également les mouches, les chrysopes, les syrphes, les guêpes solitaires, les araignées ou les perce-oreilles.

Les larves de coccinelles pour lutter contre les pucerons

Les larves de coccinelles européennes sont un excellent moyen pour lutter biologiquement contre l'invasion des pucerons.
Chaque coccinelle peut ingurgiter 20 à 100 pucerons par jour.

Coccinella septempunctata. Coccinelle a 7 points

Coccinella septempunctata - Coccinelle à sept points: larve en plein repas. © Entomart

Dès que vous voyez des pucerons apparaître, vous pouvez commencer à badigeonner les tiges des plantes concernées avec de la glu afin d'empêcher les fourmis d'y monter.
N'oubliez pas que les fourmis protègent les pucerons pour leur miellat.

Vous n'avez plus ensuite qu'à installer les coccinelles.

Traitement naturel contre les pucerons

Si les insectes ne sont pas encore trop nombreux, vous pouvez pulvériser de l'eau mélangée avec un peu de savon liquide. Une nouvelle pulvérisation est nécessaire au bout d'une semaine.

Vous pouvez également pulvériser de l'eau vinaigrée.

Cinara piceae - Puceron noir de l'Epicéa

Cinara piceae - Puceron noir de l'Epicéa - ponte noire... pour passer l'hiver. © Entomart

En cas d'infestation plus sérieuse, le plus efficace est de couper les parties atteintes. Vous pouvez alors saupoudrer les parties saines avec du pyrèthre, un insecticide à base de produits organiques. C'est un produit naturel non toxique.

Les plantes antipucerons

Certaines associations de plantes permettent de lutter très efficacement contre les pucerons.

Légumes

La capucine près des choux, des tomates, des haricots, des laitues, des concombres, des poivrons
L'aneth près des fèves, des haricots, des laitues, des tomates
L'oeillet d'Inde près des concombres, des courges, des épinards, des haricots et des poivrons
Le persil près des melons et des tomates
Le romarin près des haricots et des laitues
La sarriette près des fèves, des haricots et des laitues
La sauge près des concombres, des courges et des laitues
Le souci près des concombres, des épinards, des haricots, des laitues et des poivrons

Traitement naturel antipucerons pour les rosiers

La capucine et la lavande, plantées à proximité des rosiers, évitent la prolifération des pucerons.

V. Battaglia (04.03.2012)

Liens et ouvrages pour en savoir plus

Petit atlas des insectes, E. Lasserre et G. Hodebert, Delachaux et Niestlé, 2007
L'album des insectes, P. Leraut et G. Hodebert, Delachaux et Niestlé, 1999
Office pour les insectes et leur environnement (OPIE)
Union de l'entomologie française

< Insectes