Home

Préhistoire < Reptiles volants < Pteranodon

Pteranodon

Pendant longtemps, Pteranodon "avec ailes et sans dents" a été considéré comme le plus grand reptile volant connu. Ce ptérosaure avait une envergure de 7,5 à 9 m.

En 1975, cependant, on découvrit une nouvelle espèce de ptérosaure de taille supérieure, avec une envergure estimée entre 11 et 15 mètres. Ce reptile volant gigantesque a été baptisé Quetzalcoatlus.
Pteranodon (en grec : ailé et édenté) est un ptérodactyle qui vivait, il y a environ 70 millions d’années, au Crétacé supérieur.

Portrait de Pteranodon

Ce ptérosaure est l’un des mieux connus, car les paléontologues ont eu la chance de découvrir des squelettes presque complets.
Des os de Pteranodon ont été découverts aux États-Unis, dans la formation de Niobrata et au Canada. Les premiers os fossilisés de Pteranodon ont été découverts dans l'ouest du Kansas, au début des années 1870.

Pteranodon

Squelette de Pteranodon au Field Museum de Chicago. © dinosoria.com

Son énorme tête consistait en un bec allongé triangulaire et sans dents, contrebalancé à l’arrière par une structure, s’élevant pour former une crête aérodynamique.
Pteranodon longiceps possédait un crâne de 2,80 m de long.

Cette grande crête légère de 30 grammes et de 60 cm de long, dont l’épaisseur ne dépassait pas 3 mm, servait peut-être à diriger l’orientation du vol. De plus, elle faisait sûrement contrepoids lorsque Pteranodon tournait la tête.
On sait aujourd’hui qu’elle servait également à distinguer les mâles des femelles.

En effet, d’après les nombreux fossiles découverts dans le monde, il apparaît que les mâles étaient plus gros que les femelles avec une crête plus développée.

En comparaison avec son crâne et ses ailes, le corps de Pteranodon était minuscule, court et sans queue.

Pteranodon

Son poids est estimé entre 15 et 17 kg

Les ailes de Pteranodon se caractérisent par un quatrième doigt très long. Les trois autres doigts se terminent par une griffe.
Afin d’alléger le squelette, les os des ailes sont creux et très minces.

Ses mâchoires édentées sont inhabituelles pour un ptérosaure. On en a déduit qu’il se nourrissait probablement comme le pélican moderne, ramassant des poissons dans ses mâchoires et les avalant en entier.

Espèces décrites :

P. longiceps Marsh 1879 (environ 7 m d’envergure) . P. ingens Marsh 1872, synonyme de P. longiceps . P. marshi Miller 1972 . P. occidentalis Marsh 1872 . P. eatoni Miller 1972 . P. sternbergi Harksen 1966 (environ 9 m d’envergure) . P. walkeri Miller 1972 . P. velox Marsh 1872 . P. umbrosus Cope 1872 . P. comptus Marsh 1876 . P. harpyia Cope 1872

Mode de vie de Pteranodon

C’est très rare de pouvoir aborder le mode de vie d’un animal disparu depuis bien longtemps. Mais, exceptionnellement, la bonne connaissance du milieu dans lequel vivait Pteranodon et les fossiles bien conservés ont permis aux paléontologues d’émettre plusieurs hypothèses.

Pteranodon

Reconstitution de Pteranodon par la BBC

On pense que Pteranodon se laissait porter par les vents ascendants et utilisait les courants d'air chaud pour s'élever et se maintenir à haute altitude au-dessus des océans. C’est ce que révèlent des calculs effectués à partir de son poids et de la surface de ses ailes.
C’était probablement un migrateur qui effectuait de longues distances comme le font nos oiseaux marins modernes.

La ceinture scapulaire et la colonne vertébrale étaient soudées et non reliées uniquement par des muscles, comme chez les autres reptiles volants, ce qui renforçait la puissance des mouvements oscillatoires des ailes.

Ce reptile volant pouvait battre des ailes à intervalles de deux secondes. Il passait une grande partie de sa vie sur les falaises au bord de la mer. Il y pêchait les poissons qu’il attrapait à l’aide de son long bec.

Pteranodon

Fossile de Pteranodon. © dinosoria.com

Il pouvait garder ses proies dans une poche au niveau du gosier et continuer à voler sans que cela n’affecte son équilibre.

Ces hypothèses ont été formulées du fait que Pteranodon possédait des mâchoires édentées et la forme de sa mâchoire inférieure suggère qu'il avait une poche sous le bec.

Il est fort probable également, qu’au sol, Pteranodon n’était pas très agile. Il ne pouvait se déplacer que maladroitement.

Classification : Archosauria. Pterosauria. Pterodactyloidea. Pteranodontidae. Ornithocheiroidea. Pteranodon

V.Battaglia (03.2003) M.à.J 07.2007

Lien externe

Depuis le 14 mai 1999, deux Pteranodon longiceps ont pris leur envol dans l’atrium de l’Édifice commémoratif Victoria, où loge le Musée canadien de la nature.
Ce site, très instructif, vous fera découvrir ce Pteranodon mais également, un autre aspect, moins connu : la reconstitution d’un animal disparu. Musée canadien de la Nature

Références

Atlas de la préhistoire, Ed.Nathan. The Book of life, Stephen Jay Gould, 1993 . Les Fossiles, Ed Atlas, 1999. La grande encyclopédie des dinosaures, Ed.Gallimard, 1985. Dinosaures et autres animaux de la préhistoire, Ed.Könemann, 1999

< Reptiles Volants