Home

Préhistoire < Mammifères préhistoriques < Proboscidiens

Proboscidiens

Evolution des Elephants

Il y a 53 millions d’années, les premiers éléphants ne mesuraient que 60 cm au garrot. Ils n’avaient pas de trompe.
L’apparition de la trompe est-elle liée à leur croissance progressive ? Peut-être.
Actuellement, il ne reste que deux genres d’éléphants de ce vaste groupe d’ongulés appelé : Proboscidiens.

Arbre généalogique des Proboscidiens

Cet arbre généalogique couvre 55 millions d'années dévolution. Plus de 35 genres fossiles ont été recensés.

Arbre généalogique des Proboscidiens

Peu à peu, les éléphants devinrent de plus en plus grands et leurs membres prirent la forme de piliers. Des défenses se développèrent ainsi qu'une trompe.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Les éléphants primitifs

Les plus anciens proboscidiens date de l’éocène. Ils ont été découverts en Afrique du Nord. Phosphatherium, le plus primitif et le plus petit, a été exhumé au Maroc récemment. Il ne pesait que 15 kg.
De son cadavre, il ne reste que quelques dents. Cette découverte a fait reculer l’apparition des proboscidiens de 5 millions d’années.

Phosphatherium

Reconstitution d'un Phosphatherium

Numidotherium, daté de – 46 millions d’années, a été découvert dans le sud de l’Algérie. Le squelette est presque complet. Il mesurait environ 1 m et possédait une allure assez éléphantine.

Des vestiges importants d’un troisième genre, Moeritherium, datent également de l’éocène. Les moerithères ont été retrouvés en Egypte et en Libye. Ils ont vécu pendant environ 10 millions d’années.

Moeritherium

Reconstitution de la tête de Moeritherium

Ils habitaient près des rivages comme nos hippopotames. Leur squelette évoque un corps long et trapu sur de courtes pattes.
Moeritherium et Numidotherium n’avaient probablement pas de trompe. On pense qu’ils avaient plutôt une lèvre supérieure très mobile et une paire de défenses encore petites. On devrait d’ailleurs plutôt parler de longues incisives.

Phiomia vivait, lui, à l’oligocène. Il avait la taille d’un cheval. Son crâne comportait des poches d’air, appelées diploés. Il était donc léger malgré sa taille déjà imposante.

Phiomia

Crâne de Phiomia

Les Deinothères : terribles mammifères

Au miocène, les proboscidiens se multiplièrent. En Afrique de l’est, il y a 23 millions d’années, de puissants éléphants évoluaient dans les forêts chaudes et humides. Les deinothères n’avaient pas de défenses à la mâchoire inférieure.

Deinotherium mesurait 4 m au garrot. Les géants vont dominer le continent africain pendant 20 millions d’années.

Deinotherium

Reconstitution d'un Deinotherium

Vers – 18 millions d’années, ils colonisent les terres asiatiques et européennes avec d’autres proboscidiens (les éléphantoïdes).
Cette migration entre continent a été rendue possible par la formation de deux « ponts » terrestres suite à la baisse du niveau des océans.

Les premiers éléphantoïdes

Les premiers éléphantoïdes, tels les gomphothères et les amébelodontidés, vivaient en Afrique au miocène inférieur (- 20 millions d’années).
Ils se sont répandus en Eurasie et en Amérique au miocène (- 18 millions d’années) et au pliocène.
Ils ont acquis des molaires adaptées à leur régime végétarien et qui se renouvelaient au fur et à mesure de leur usure.
Ils possédaient deux paires de défenses.

Tête de Deinothère (en haut) et d'amébélodonte (en bas). Le Deinothère ne possède qu'une seule paire de défenses recourbées vers le bas. L'amébélodonte a une double paire de défenses, l'une en forme de sabre et l'autre en forme de pelle. Il utilisait sa mandibule pour déraciner les tubercules.

Gomphotherium avait la taille d’un éléphant d’Asie. Comme chez les éléphants actuels, les défenses des mâles étaient plus grosses que celles des femelles.

Les Stégodontidés

Les stégodontidés possédaient des défenses vraiment surprenantes. Leurs défenses supérieures atteignaient plus de 3 m de long et étaient spiralées.

Les stégodontidés avaient la taille de nos éléphants actuels et ce groupe était dominant en Asie au pliocène et au pléistocène.

Stégodonte

Reconstitution d'un Stégodonte. Ses défenses étaient si rapprochées que sa trompe ne pouvait pas s'insinuer entre elles

Ils avaient pour cousins les éléphantidés, famille qui comprend les éléphants actuels et les mammouths.
Leurs molaires étaient particulières :

  • A croissance constante
  • Elles étaient formées d’une multitude de lames ce qui augmentait la longévité de la denture.

On pense que leurs longues défenses recourbées sont apparues tardivement dans l’évolution de ce groupe.

Des éléphants nains

Dans certains milieux, l’évolution opte pour la diminution de la taille des espèces afin d’assurer leur survie.
C’est ce qui s’est passé pour les éléphants qui, au pliocène, sont arrivés sur les îles méditerranéennes.
L’espace était restreint et la végétation limitée. Ces caractéristiques de l’environnement ont engendré des formes naines.

L’éléphant nain de Sicile mesurait alors un tiers de la taille de ses contemporains.

Quand l’île de Malte s’est retrouvée isolée, les éléphants nains déjà présents ont encore régressé pour atteindre à peine 1 m au garrot.

V.Battaglia (11.2003)

Références

Le Livre de la Vie de S. J Gould. 1993
La Fabuleuse histoire de la Terre Selection du Reader's Digest
Paleobiology Database: Ordre des Proboscidea

< Mammifères préhistoriques