Home

Potamochère

Le potamochère (Potamochoerus porcus) fait partie de la famille des Porcs (Suidae) au même titre que le sanglier, le phacochère ou le babiroussa.
A ce titre, le potamochère est omnivore et est doté de fortes canines qui peuvent servir efficacement d’armes.
Ce dossier concerne le potamochère d’Afrique. Il existe une autre espèce, le potamochère du Cap (Potamochoerus larvatus), qui vit dans l’est et le sud-est de l’Afrique et  à Madagascar.

 

Portrait du Potamochère

Le potamochère d’Afrique vit en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale. Il occupe différents biotopes : forêts principales et secondaires, savanes, marais ou steppes.

Il n’hésite pas à s’approcher des zones occupées par l’homme et à faire quelques incursions dans les villages.

Ce porc africain pèse entre 46 et 150 kg pour une longueur qui peut atteindre 1 m à 1,50 m. La taille au garrot avoisine 1 m.

Le potamochère a une pilosité fournie, s’écartant du corps en lui donnant un air ébouriffé. Ses canines sont trois fois plus petites que celles du phacochères.
Sa particularité réside dans une extraordinaire couleur de pelage, d’un acajou parfois vif, agrémenté d’une véritable brosse de poils blancs, partant du postérieur, longeant la colonne vertébrale et s’écartant en favoris sur les côtés de la tête.

Potamochère

Le potamochère possède généralement un robe couleur brique. By chimothy27 . Licence

Dans certaines zones, la robe peut être plus sombre voire presque noire. La face est plus claire chez beaucoup d’individus.

Comme tous les Suidés, le potamochère possède, chez les deux sexes, de fortes canines. Les canines supérieures mesurent en moyenne 10 cm de long tandis que les canines inférieures peuvent atteindre 19 cm (16 cm en moyenne).

Ces canines, transformées en défenses acérées, permettent de tenir en respect les lions ou les panthères, leurs principaux prédateurs.

Potamochère

Les canines du potamochère sont moins impressionnantes que celles du sanglier. By Hello, I am Bruce . Licence

Cependant, les potamochères sont des animaux assez paisibles qui ne chargent que pour se défendre.

Les mâles portent sur la hure (tête) un nombre variable de verrues, replis de peau amortissant les chocs lors des combats.

Mode de vie

Le potamochère est un animal sociable qui vit en petit groupe d’une dizaine d’individus. Néanmoins, on a déjà observé des groupes de plus de 100 individus.

En général, le groupe est mené par un mâle dominant accompagné de quelques femelles et des marcassins.

Essentiellement nocturne, le potamochère creuse un terrier pour s’y reposer le jour. La nuit, le groupe se met en quête de nourriture. Feuillages, racines, fruits, bulbes, insectes, escargots, œufs d’oiseaux, reptiles et charognes constituent l’essentiel de leur alimentation.

Potamochere

Le potamochère fouille le sol pour trouver sa nourriture. By ianduffy . Licence

Ce sont en fait des opportunistes qui ne négligent aucune source alimentaire. Ils creusent le sol pour déterrer les racines ou gober des insectes et nagent très bien pour se nourrir de plantes aquatiques.

Amateurs de fruits mais ne pouvant monter dans les arbres, ils suivent les singes en sachant qu’une partie de la récolte tombera sur le sol.

Guidés par un odorat extrêmement développé, les potamochères pénètrent souvent dans les zones cultivées en créant de nombreux dommages ce qui ne les rend pas très populaires auprès des populations locales.

Potamocheres

Les potamochères vivent en clans familiaux. By Made_in_Salford . Licence

Les zones marécageuses et les abords des rivières restent leur habitat de prédilection.  Comme notre sanglier, le potamochère adore se vautrer dans la boue afin de se protéger des fortes chaleurs, des parasites et des insectes.

Les groupes empruntent les mêmes chemins en les balisant. Ils utilisent leurs canines pour marquer les buissons et les arbres tout en laissant derrière eux des traces olfactives.

En cas d’intrusion, les mâles dominants n’hésitent pas à engager le combat que ce soit vis-à-vis de prédateurs ou d’autres mâles.
En cas de combat entre mâles, ils se donnent de grands coups de tête, front contre front, se frappent avec leurs groins et se fouettent à coup de queue.

Potamochères qui dorment

Le jour, les potamochères dorment dans un terrier creusé dans le sol. By Drew Avery . Licence

Combats et attitude défensive s’accompagnent de sourds grognements.

Le potamochère, comme tous les porcins, possède une excellente ouïe. Il peut analyser le moindre bruit dans un large rayon, qu'il s'agisse du bruissement des feuillages ou des déplacements de petits animaux, voire d'insectes.

Reproduction

Selon les régions et les sources alimentaires disponibles, la période de reproduction s’étale de septembre à avril.
La période du baby boum se situe pendant la saison des pluies soit de novembre à février.

Dès l’âge de 3 ans, les femelles peuvent se reproduire. Après une gestation moyenne de 122 jours, la femelle met au monde en moyenne 4 petits par an appelés marcassins.
Les jeunes pèsent entre 650 et 900 g.

Femelle potamochère et ses marcassins

Une femelle potamochère et ses marcassins. By jeremy_tarling . Licence

La femelle (laie) met bas dans un terrier aménagé avec des végétaux qui ressemble à une grande cuvette de 3 m de large pour 1 m de profondeur.

Les potamochères sont monogames. Le mâle assure la protection de son clan. Menacé, le mâle hérisse sa crinière et ses pinceaux auriculaires pour paraître plus imposant.

A la naissance, les petits ont un pelage rayé qui les camoufle mieux. Cette livrée disparaît vers 3 mois.

Le potamochère et l’homme

Avec la réduction des effectifs des panthères, les populations de potamochères se sont développées.

Cette augmentation des effectifs pose un problème pour les cultures mais également pour le bétail. Comme la plupart des suidés, le potamochère est porteur de la peste porcine, qui ne l’affecte pas, mais qui est transmissible au porc domestique chez qui la maladie est fatale.

En Afrique, la peste porcine est véhiculée par un genre de tique mais les porcs sauvages sont des porteurs sains qui résistent très bien à cette maladie.

Ce problème est à l'origine de grandes campagnes d'éradication de phacochères, d'hylochères et de potamochères. De plus, les motifs sanitaires de l'abattage sont renforcés par la fait que certaines maladies d'origine porcine sont transmissibles à l'homme. C'est notamment le cas de la maladie du sommeil, liée à un parasite du sang, le trypanosome. En effet, la mouche tsé-tsé est friande du sang des suidés et des bovins comme de celui des humains.

Le potamochère est également chassé pour sa chair.

Concernant la présence du potamochère à Madagascar, deux hypothèses s’affrontent. Soit l’homme a introduit l’espèce sur l’île à une date indéterminée, soit l’animal a colonisé l’île en se laissant flotter sur des lits de papyrus.

Classification: Animalia. Vertebrata. Mammalia. Artiodactyla. Suidae. Suinae. Potamochoerus

V. Battaglia (20.07.2009)

Phacochère . Sanglier

Références

Encyclopédie Larousse des Animaux. La famille des Porcs, p.200 et 201. 2006
Animaux d'Afrique. Potamochère; p.154. Proxima 2001
Les Suidés. Collection Marshall Cavendish. 1994

< Mammifères