Home

Enigmes < Ufologie < Phobos

Phobos : une ombre énigmatique

Disparition de Phobos 2

Mars possède deux petits satellites qui gravitent très près de sa surface. Ils furent découverts par Asaph Hall en 1877 et appelés Phobos et Deimos, mots grecs signifiant peur et terreur.

Les deux missions Phobos, Phobos 1 et Phobos 2, furent des tentatives russes à la fois d'étude et d'atterrissage sur Phobos. Chaque sonde était équipée d'une station et d'un "hopper" (mot anglais signifiant sauterelle), conçu pour descendre sur la surface de Phobos. La station devait rester à la même place, pendant que le "hopper" devait sauter d'un endroit à un autre.

Phobos 2 réussit à effectuer une partie de sa mission en juillet 1988, en étudiant Mars, toutefois un incident étrange mit brusquement fin à la mission.

Des problèmes de communication

En janvier 1989, Phobos 2 arrive à proximité de Mars sans problème. Il se place en orbite afin de pouvoir effectuer la deuxième partie de sa mission : explorer le satellite Phobos.

Phobos par rapport à la Terre

Phobos par rapport à la Terre (Montage effectué à partir de deux photos de la Nasa)

Le vaisseau (sans équipage) s’aligne sur le petit satellite. Mais, le 28 mars 1989, le centre de contrôle soviétique annonce des problèmes de communication avec la sonde.
Le communiqué est le suivant :
« Hier, Phobos 2 s’est montré dans l’incapacité de communiquer avec la Terre comme il était prévu à l’issue d’une manœuvre autour de la lune martienne Phobos «.

Phobos

Phénomène inhabituel, Phobos possède de longs sillons, parcourant la surface sur une distance pouvant atteindre 20 kilomètres. Les sillons font environ 200 mètres de large, et entre 5 et 30 mètres de profondeur. Crédit: Nasa

En parallèle, les Soviétiques affirment que ce dysfonctionnement n’est que temporaire. D’après eux, le rétablissement des communications ne serait l’affaire que de quelques jours.

Phobos

Phobos. Crédit: Nasa

Le lendemain du communiqué, Nikolaï A.Simyonov, de l’agence spatiale soviétique avoue : « il y a 99% de probabilités que Phobos 2 soit perdu pour de bon ».

Donc, ce n’est pas seulement le contact qui a été perdu mais bien la sonde elle-même.

Un objet non identifié

Dans les jours qui suivirent cette disparition, les médias soviétiques montrèrent les dernières photos prises par Phobos 2.

La presse européenne se mit à parler d’un objet non identifié apparu sur ces dernières photos. Les photos montraient en effet une « ombre elliptique » sur Mars.
Cet objet avait été photographié quelques secondes avant la coupure de contact.

Ombre sur Phobos

Ombre elliptique

Les scientifiques cataloguèrent une des photos sur laquelle on distingue nettement une fine ellipse, sous la rubrique de l’inexplicable.
Ils confirmèrent que ce phénomène ne pouvait être une illusion d’optique.

Une ombre bien réelle

Cette ombre mesurait 20 Km de long.

L’objet a été observé au moins deux fois par la sonde. Le très sérieux magazine Science publia un article le 7 avril 1989 :

« Alors que le vaisseau quittait son alignement normal par rapport à la Terre pour s’aligner sur la petite lune, Phobos, la perte apparente de Phobos 2 se produisit. Au moment où la sonde aurait dû se réaligner automatiquement avec la Terre, silence sur la ligne………..Pourtant, quelques heures plus tard, les contrôleurs captèrent une faible transmission ».

Ombre sur Phobos

Photo prise à partir de l'extrait télévisé russe

Donc, si l’antenne est restée bloquée, comment une faible transmission a-t-elle pu être reçue quelques heures plus tard ?
Qu’était en train de filmer Phobos 2 quand l’incident se produisit ?

Le président de l’administration de l’espace soviétique Glavkosmos a tenté de répondre à cette deuxième question :
« L’une des images semble cadrer un objet curieusement formé entre le vaisseau et Mars. Des débris sur l’orbite de Phobos, peut-être …………mais nous ne savons pas à vrai dire ».

Il faut souligner qu’aucun débris n’a été abandonné par les orbiteurs Viking sur l’orbite de Mars.

Une hypothèse audacieuse

Dans un documentaire, diffusé trois mois après l’incident, le Docteur Becklake explique :
« Au moment où la dernière image est transmise, les Russes ont vu quelque chose qui n’aurait pas dû se trouver là ».
« Les Soviétiques n’ont pas publié toutes les photos et nous ne spéculerons pas sur ce qu’elles montrent ».

Il a fallu 13 ans pour qu’on sache que les documents gardés secrets montraient sans ambiguïté un objet en forme de fusée dirigée vers la sonde.
Cet objet a manifestement percuté Phobos 2.

Phobos

Les sillons semblent avoir un lien avec le cratère Stickney, et se sont probablement créés à la formation du cratère. Ce n'est cependant qu'une hypothèse. Crédit: Nasa

Le rapport des scientifiques russes publié dans la revue Nature du 19 octobre 1989 confirmait déjà que la sonde tournait en vrille, soit à cause d’un mauvais fonctionnement, soit parce qu'elle a été percutée par un objet inconnu.

Zecharia Sitchin, auteur très controversé d'ailleurs, dans son ouvrage « la planète cachée à l’origine de l’humanité » émet une théorie audacieuse :

« La perte de Phobos 2 n’était pas un accident mais un incident. Peut-être, le premier incident d’une guerre des étoiles. L’interception par des aliens d’une sonde terrestre faisant intrusion sur leur base martienne ».

Chacun est libre de méditer sur cette affaire et d’en tirer ses propres conclusions. La seule certitude est que Phobos 2 n’a pas disparu suite à un incident technique explicable et qu'un objet était bien présent au moment de l'incident.

V.Battaglia (04.2005)

Contribution: Geoffrey Claustriaux

Geos-9: OVNI ou perturbations techniques ?

< Ufologie