Home

L’évolution des oiseaux remise en cause par une étude génétique

Le projet baptisé « Tree-of-Life Research Project» a été mené au Field Museum sur une durée de 5 ans.
L’objectif était d’effectuer une étude génétique sur les principales espèces d’oiseaux afin de déterminer leurs liens de parenté.
Il s’avère que c’est toute l’histoire de l’évolution des oiseaux qui va devoir être réécrite.

En effet, les résultats de cette recherche phylogénétique menée sur 169 espèces d’oiseaux éclairent d’un jour totalement nouveau les liens de parenté entre les différentes espèces mais remettent également en cause toute la classification.

Sushma Reddy un scientifique du Field Museum et l’un des principaux auteurs de l’étude a d’ailleurs déclaré :

"  Cette recherche a  montré que la classification et la théorie conventionnelle sur les parentés dans l'évolution des oiseaux sont fausses. Avec cette étude nous avons appris que les apparences sont trompeuses puisque des oiseaux se ressemblant et ayant des comportements similaires n'appartiennent pas forcément à la même famille."

 

 

Tree-of-Life Research Project a permis d'examiner l'ADN des principales espèces d'oiseaux vivants.
Les scientifiques ont analysé les données de plus de 32 kilobases de séquence d'ADN de chaque oiseau dans 19 lieux différents.

Cette étude d’envergure va aboutir dans les mois et années à venir à une modification du nom scientifique de plusieurs dizaines d’oiseaux.
De plus, les ouvrages de références devront être réécrits.

Quelques exemples de ces modifications sont consultables sur le site de l’Université de Floride.

Je vous en propose quelques extraits.

Les flamants dont le célèbre flamant rose ont une morphologie qui semble les rapprocher des cigognes ou des grues.

Flamant rose

Flamants roses. © dinosoria.com

Pourtant, leur plus proche parent est le grèbe. Parmi les différentes espèces de grèbes, le plus grand est le grèbe huppé (Podiceps cristatus) dont le poids maximum est de 1 200 g.

Grebe huppé

Grèbe huppé (Podiceps cristatus) . © dinosoria.com

L’ordre des Falconiformes  regroupe actuellement près de 300 espèces (faucons, aigles, vautours …)
On pourrait penser que toutes ces espèces qui ont des caractéristiques morphologiques communes possèdent des liens de parenté.
Ce n’est pas le cas et beaucoup d’espèces, classées dans le même ordre, ont développé ces caractéristiques en dehors de tout lien de parenté.
Cet ordre va certainement connaître de nombreuses modifications suite aux résultats de l’étude.

L’ordre des Passériformes englobe actuellement tous les passereaux soit plus de la moitié des espèces d’oiseaux (plus de 5 000 espèces).
Cet ordre comprend par exemple des oiseaux nord-américains comme le moqueur polyglotte (Mimus polyglottos), le geai bleu (Cyanocitta cristata) ou les nombreuses espèces de roitelets de la famille Troglodytidae.

Moqueur polyglotte

Moqueur polyglotte (Mimus polyglottos). © dinosoria.com


L’étude génétique nous apprend que ces oiseaux sont en réalité étroitement liés à un groupe qui n’est pas présent en Amérique du Nord : les Perroquets.

Geai bleu

Geai bleu (Cyanocitta cristata). © dinosoria.com

Cette étude permet de confirmer certaines théories et d’en rejeter d’autres. Par exemple, les oiseaux marins primitifs ne sont pas à l’origine de tous les oiseaux modernes contrairement à une idée répandue.
Le joli colibri très coloré qui est diurne a évolué à partir d’un oiseau nocturne au plumage plutôt terne.
L’étude a par contre confirmé que les poulets et les dindes sont  étroitement liés aux canards et aux oies.

Ces quelques exemples illustrent les résultats étonnants de cette recherche qui est publiée dans la revue Science du 27 juin.

Comparatif entre un ara et un geai bleu

Difficile de trouver une quelconque ressemblance entre ces deux espèces

Bien sûr les scientifiques ne répondent pas à toutes les questions mais cependant, grâce à cette étude, notre connaissance de la phylogénie des oiseaux a considérable progressé.

V. Battaglia (29.06.2008)

Référence

Major evolutionary study rewrites bird ‘tree of life’. University of Florida News

< Oiseaux