Home

Néolithique

La grande révolution de l'humanité

10 000 ans avant notre ère, une « révolution » éclate à l’échelle planétaire. En effet, le néolithique marque une grande étape dans notre histoire. Pour la première fois, l’Homme cesse d’être un nomade dépendant de la chasse. Cette période a été baptisée le « néolithique » c’est-à-dire « le nouvel âge de la pierre. »

Homo sapiens devient un producteur et se met à cultiver. Jusqu’à présent, l’Homme vivait de la chasse, de la cueillette et de la pêche. Après la dernière glaciation de Würm, 10 000 ans avant notre ère environ, le climat se réchauffe doucement.

De grandes forêts de feuillus et de conifères apparaissent. L’Homme commence à domestiquer les animaux et à cultiver les plantes.

On parle souvent de « révolution néolithique » car ce nouveau mode de vie a eu autant d’impact sur l’humanité que la révolution industrielle.
Dates du néolithique: La période du néolithique est comprise entre le mésolithique et l’âge des métaux.

Il est à souligner qu’il est très difficile de donner une chronologie précise. L’apparition des premiers grains domestiques, par exemple, varie beaucoup en fonction des sites.

Le début du néolithique

Au néolithique, l’Homme cesse d’être un simple prédateur et passe au statut de producteur. C’est un évènement vraiment décisif.
Au paléolithique, l’Homme a colonisé la planète mais il reste asservi à son environnement. Il se comporte comme un prédateur intelligent qui sélectionne ses proies tout en restant tributaire de la nature.
Avec le néolithique, à partir de 10 000 ans avant notre ère, un processus irréversible s’amorce.

Néolithique « le nouvel âge de la pierre » fait référence à la pierre polie, par opposition au paléolithique « la vieille pierre » qui était simplement taillée.

pointes de silex

Pointes de flèches de silex. 4 000 - 2 400 avant notre ère. By Wessex Archaeology

Mais, le néolithique opère un changement bien plus profond que cette simple innovation technique.

Cette période marque un nouveau mode de vie qui reste celui que nous connaissons toujours.

Les grandes étapes du  néolithique sont :

  • Abandon du nomadisme
  • Sédentarisation
  • Création des premiers villages (à partir de – 12 000 ans)
  • Invention de l’agriculture (vers – 9 000 ans)
  • Début de l’élevage (vers – 8 500 ans)

Peu à peu, l’Homme va fabriquer des outils perfectionnés, créer la spécialisation des tâches, créer la division du travail et la hiérarchie.

Mais, malgré les apparences, il ne s’agit pas d’une rupture brutale mais plutôt d’une évolution graduelle. Cette dernière s’est poursuivie pendant deux ou trois millénaires.
Ce nouveau mode de vie a émergé dans quelques foyers puis il s’est diffusé aux régions voisines pour finalement s’imposer sur l’ensemble de la planète.
Cependant, on sait que plusieurs foyers de sédentarisation ont surgi simultanément dans des régions éloignées.

Pourquoi modifier son mode de vie ?

A la fin du paléolithique, les hommes vivent en petits groupes sur l’ensemble de la planète. Ces groupes fort éloignés ne communiquent pas entre eux.  Pourtant, cette « révolution » est apparue en même temps sur plusieurs continents.

peintures rupestres

Les hommes du néolithique aimaient représenter leur environnement. Sur cette grotte en Somalie, la faune locale est peinte. By Najeeb

On peut donc se demander quelle motivation ou quelle logique a poussé l’Homme à évoluer dans le même sens.
Je vous livre les deux thèses décrites dans « la plus belle histoire de l’homme » par Jean Guilaine, professeur au collège de France :

“ Pour les uns, c’est la nature qui a contraint l’Homme à s’adapter. A cette époque, la dernière glaciation se termine. Le climat se réchauffe, il devient plus humide et favorise la végétation. L’Europe découvre un climat tempéré, les régions méridionales se retrouvent plus sèches. Dans certaines contrées plus arides, les hommes se concentrent dans des zones favorables, près des lacs, des rivières, des marécages.
On peut penser que la proximité de l’eau, c’est-à-dire de la vie, les incite à s’intéresser de plus près aux animaux et aux plantes, et que cette symbiose quotidienne les conduit à les domestiquer. ”

“ Pour les autres, ce serait l’évolution intellectuelle de l’Homme qui l’aurait incité à changer. Depuis leurs origines, les êtres humains créent de l’artificiel. [….] La nature n’y serait  pas pour grand-chose. L’évolution viendrait de la volonté humaine, et de rien d’autre.”

Les premiers foyers de sédentarisation

Les premières sédentarisations débutent il y a entre 12 000 et 10 000 ans avant notre ère. Ce ne sont que des ébauches.
Des groupes se fixent près de lacs ou des côtes, là où la nourriture est plus abondante. Ils restent nomades mais installent des camps de base.
C’est au Proche-Orient que les premiers foyers ont été découverts. Les plus vieux sites se situent dans le Croissant fertile :  Jordanie, Syrie, Israël, Palestine, Mésopotamie, Iran, Irak, Turquie.

village du neolithique

Vestiges d'un village en Jordanie ( 9000 ans avant notre ère) . By Tympsy

A la même époque, des hommes se sédentarisent au Mexique et au Pérou.

Plus tard, viennent la Chine, l’Asie du Sud-Est et l’Afrique orientale.

Entre   9000 ans et  5000 ans avant notre ère, les principales céréales et légumineuses vont être domestiquées sur différents continents :

  • Blé, orge, pois, lentille, fève au Proche-Orient
  • Millet, riz en Extrême-Orient
  • Maïs, haricots en Amérique
  • Mil, sorgho en Afrique

Il est à noter que des grains de blé domestique ont été découverts à Aswad en Syrie. Ce site a été daté de 12 800 ans environ.
La chronologie est assez confuse car, par exemple, à Netiv Haghud, un village fondé il y a 11 000 ans au nord de Jéricho, seuls 10% des grains d’orge sont de type domestique.

meule

Meule de pierre qui servait à la préparation des aliments végétaux (British Museum). By Wessex Archaeology

Une agriculture primitive, pratiquée avec des grains sauvages, a donc largement précédé l’agriculture proprement dite.

Ce qui est certain, c’est qu’à partir de 9000 ans avant notre ère, l’évolution va aller très vite. L’ébauche d’ancrage aboutit aux prémices de l’agriculture.

Les prémices de l'agriculture

Des groupes de chasseurs-cueilleurs se sédentarisent dans une zone qui s’étend du Nil à l’Euphrate. Ils commencent par cueillir le blé et l’orge sauvages puis les domestiquent comme ils le feront pour le mouton, la chèvre et un peu plus tard le bœuf.

Ces hommes vivent dans des petites huttes circulaires à fondations de pierre qui ont été retrouvées à Jéricho.
Toujours à Jéricho, on a retrouvé une tour de pierre de 10 mètres de diamètre pour près de 9 mètres de haut qui jouxte un rempart de 3 mètres de large.

Jéricho

Tour circulaire en pierre de Jéricho. L'entrée est en bas (Période néolithique pré-céramique). By Wessex Archaeology

Jéricho fait partie d’un ensemble de sites archéologiques en relation avec la culture natoufienne du nom d’un site cavernicole de l’oued en-Natouf dans les collines de Judée, en Israël.
La culture natoufienne est caractérisée par des petits villages de huttes rondes aux murs de pierre et des populations relativement importantes.
Les objets façonnés comprennent des meules et des mortiers utilisés pour moudre les graines. Les lames de faucille en silex comportent de nombreuses dents et étaient utilisées pour ramasser les céréales sauvages.
Les sites et les cimetières montrent un début de hiérarchisation ainsi que des échanges de biens entre les communautés tels les coquillages ou des bols de pierre.

reconstitution village en Jordanie

Reconstitution d'un village avec maisons circulaires en Jordanie. By Tympsy

Cependant, on ne peut pas vraiment parler d’agriculture avec les natoufiens. Ce ne sont pas encore des paysans. Ils améliorent leur quotidien avec le blé et l’orge sauvage.

Ces groupes s’intéressent à l’art. Ils façonnent des statuettes féminines aux traits sexuels accentués. On pense que c’est peut-être un culte de la fertilité qui était pratiqué du fait de cette sédentarisation.

Poterie du Neolithique

Poterie représentant une femme qui porte une jarre. IVe millénaire avant notre ère. Musée d'Israël. © dinosoria.com

L’animal prend déjà une place symbolique importante dans la vie quotidienne. Certains groupes semblent honorer le taureau dont ils fichent les cornes dans les murs, comme à Çatal Höyük en Turquie.

En Occident par contre, les hommes continuent de vivre de chasse, de pêche et de cueillette.

La naissance de l'agriculture

L’élevage et l’agriculture sont apparus à peu près dans les mêmes foyers. L’archéologie a démontré que le végétal a été domestiqué avant l’animal. Cependant le débat n’est pas clos car, par exemple, en Afrique, des peintures rupestres montrent des bœufs domestiques. Cette domestication serait donc antérieure à la découverte du mil et du sorgho.

D’une manière certaine, agriculture et élevage ont commencé à se diffuser à partir du Proche-Orient.

Après avoir cueilli les graines de plantes sauvages pendant près de 2 000 ans, les habitants du Levant se mettent réellement à l’agriculture.

Poteries

Fragments de poteries de Çatal Höyük . By Çatal Höyük

Sélectionnant les plantes selon leur rendement, multipliant les essais, ils créent une nouvelle économie qui va se répandre en Eurasie.
D’autres foyers agricoles naissent ailleurs sur la planète, l’horticulture se développant dans le Pacifique.

A partir de 8 000 ans avant notre ère, l’agriculture n’est plus une activité marginale.

Loin de l’influence proche-orientale, l’agriculture a fait son apparition en Amérique. La courge est d’abord domestiquée il y a environ 12 000 ans.
Puis, vers 9 000 avant notre ère, le haricot, l’avocat et le piment font leur apparition.

Figurine féminine

Figurine féminine de Çatal Höyük . By Brewbooks

Le maïs est cultivé dans la vallée de Tehuacan il y a 7 000 ans. Le riz est domestiqué en Chine il y a 7 000 ans, puis en Inde et en Afrique  il y a 4 000 ans.

C’est à partir du Proche-Orient que sont diffusées les céréales cultivées en Europe.
Les populations néolithiques les introduisent sur un continent où les céréales ne poussaient pas à l’état sauvage.

L’impact sur la population mondiale

L’invention de l’agriculture et de l’élevage assure à l’homme une sécurité alimentaire. A la fin du paléolithique, on estime la population mondiale entre 6 et 8 millions d’individus.

Sous l’effet de la révolution néolithique, cette population va être multipliée par 10  pour atteindre environ 80 millions d’habitants entre 8 000 et 6000 ans avant notre ère.

Sur le seul territoire de la France, on passe de 50 000 à 500 000 individus environ.

Les outils du néolithique

Le néolithique est marqué par l’apparition de la technique de la pierre polie. Ce procédé consiste à lisser le traditionnel silex taillé.
L’objet préformé passe sur des blocs de grès, pourvus de larges cuvettes pour polir et de stries pour former les bords tranchants.

outils

Outils néolithiques: sagaie, harpon, pointes de flèche. By Wessex Archaeology

Ce travail de finition permet d’obtenir des outils mieux adaptés : haches ou lames de faucille.

Appliquée à l’obsidienne ou le jade, cette technique a permis de créer de nouveaux objets : vases, plats, bracelets …

La conquête de l’Europe

La mer ne fait pas peur à ces hommes. Depuis la fin du paléolithique, les hommes savent fabriquer des radeaux.
On a découvert aux Pays-Bas une pirogue vieille de 8 300 ans.

Nos ancêtres traversent donc la Méditerranée et les premiers colons s’installent, vers 6 000 ans avant notre ère, sur le pourtour méditerranéen.
Ils savent domestiquer les végétaux mais également les moutons, les chèvres et les bœufs.

pirogue

Découverte à Bourg-Charente en 1979 par des plongeurs, cette pirogue monoxyle (un seul morceau de bois) est datée d'environ 3000 av. J.-C. (néolithique). Elle est exposée au Musée d'Arts et d'Histoire de Cognac. By Pierre-Alain Dorange

Les autochtones sont des chasseurs-cueilleurs.

Les colons finissent par s’imposer car leur mode de vie est bien plus performant. Peu à peu, ils colonisent les régions intérieures.

Une autre vague de colons est arrivée par le Danube. Les Danubiens s’installent le long des grandes vallées du Bassin parisien. Ils construisent des villages comportant de grandes maisons de bois et de terre qui peuvent atteindre 45 mètres de long.
Dans la vallée de l’Aisne, des villages ont été construits tous les 5 kilomètres. Celui de Cuiry-lès-Chaudardes couvrait plus de 6 hectares et comptait une trentaine de maisons qui pouvait loger entre 50 et 200 habitants.

statuette

Statuette du Néolithique (5 000 - 3 500 avant notre ère). Metropolitan Museum of Art. By Mary Harrsch

Vers 3 500 avant notre ère, l’ensemble du continent sera colonisé par les agriculteurs. Toute l’Europe occidentale voit la diffusion de la poterie, le blé est cultivé et les derniers chasseurs sont refoulés dans le Grand Nord ou assimilés.

La céramique

Déjà connue au paléolithique, la céramique est omniprésente au néolithique. Il est vrai que les hommes commencent à avoir des biens à stocker.
Il y a donc multiplication des récipients de toutes formes à partir de la seconde moitié du VIIe millénaire.
Mais, la céramique devient également un support artistique. Chaque région se distingue par les décorations des poteries.

jarre

Jarre. By Pressapochista

Cependant, ces poteries sont assez sommaires car les techniques restent élémentaires.
Le tour de potier n’apparaît que 3 000 ans avant notre ère en Orient et beaucoup plus tard en Occident.

L’ébauche des futures sociétés

Les chasseurs-cueilleurs vivaient par petits groupes dispersés. Peu nombreux, les hommes étaient très mobiles.
La mobilité implique les échanges mais n’étant pas sédentaire, chaque groupe allait et venait.

Au néolithique, la sédentarisation débouche sur la création des premiers villages. Pour chaque groupe, le village est le seul point d’attache et en quelque sorte le centre du monde.
Rapidement, ces différentes communautés vont se fédérer et passer des alliances. Spécialisation des tâches et hiérarchie vont en découler tout naturellement.
C’est bien au néolithique que la structure de nos futures sociétés est née.

V.Battaglia (31.10.2007)

Néolithique: Premiers villages     .      Guerre. Rites funéraires .      Art du Néolithique

Références principales

La révolution néolithique en France. Editions La Découverte 2007
Le Néolithique en Europe . Armand Colin 2007
Au Néolithique : Les Premiers Paysans du monde. Catherine Louboutin. Poche 2003
La plus belle histoire de l’homme, éditions Seuil 1998
La plus belle histoire des animaux, éditions Seuil 2000
Berceaux de l’humanité, éditions Larousse 2003

< Hommes préhistoriques