Home

Momie animale d’Egypte

Les Egyptiens sont célèbres pour leurs momies. Les hommes n’étaient pas les seuls à bénéficier de cette technique de conservation. En effet, les embaumeurs de l’Egypte ancienne momifiaient également les animaux.

 

Pourquoi des animaux momifiés ?

Il semble que quatre raisons ont poussé les Egyptiens à momifier des animaux :

  • Le défunt pouvait avoir ainsi de quoi se nourrir dans l’au-delà
  • Le défunt partait accompagné de ses animaux familiers
  • Certains animaux sacrés bénéficiaient ainsi de la même attention que les hommes
  • Les momies animales étaient des dons faits aux dieux

Certains animaux, qui ont été retrouvés momifiés, se sont fait piégés. Les mouches et les scarabées, par exemple, étaient attirés par l’odeur de la chair humaine en décomposition. Ils se posaient alors sur le corps et se retrouvaient piégés par la résine le recouvrant. Ils étaient ainsi embaumés par accident.

Momie d'un Chat. Egypte ancienne

Momie d'un chat. By Claire L. Evans . (CC BY-SA 3.0)

Par contre, des millions d’animaux ont été embaumés volontairement. On a retrouvé des chiens, des chats, des singes, des oiseaux, des poissons et même des serpents.

Les taureaux sacrés étaient également embaumés.

Technique de momification animale

Selon le type d’animal, les embaumeurs utilisaient des techniques différentes. Par exemple, un taureau sacré était embaumé de la même manière qu’un homme :

  • Les organes vitaux, excepté le cœur, étaient retirés
  • Le corps était desséché au natron (du sel), puis bourré de tissus et de paille pour redonner une apparence de vie au corps
  • Le corps était placé sur une table puis recouvert de natron sec avant de le laisser sécher lentement
  • Une fois desséché, le corps était lavé. La peau était ointe d’huile et de parfums, et on enduisait le corps d’une couche de résine de pin chaude pour empêcher les moisissures
  • On plaçait souvent de faux yeux dans les orbites
  • L’étape finale consistait à envelopper le corps de bandelettes en lin
  • Après l’emmaillotement, de la résine était versée sur la momie pour l’imperméabiliser et la durcir

Taureau ou veau momifié

Taureau ou veau momifié. By Son of Groucho . (CC BY-SA 3.0)

Les animaux qui n’étaient pas sacrés étaient embaumés plus simplement. Par exemple, les oiseaux étaient plongés dans la résine fondue, puis emmaillotés.
Les poissons étaient vidés, séchés et bandelettés.
Les crocodiles qui étaient vénérés étaient parfois momifiés avec leurs œufs.

Certaines momies d’oiseaux de proie portent un masque humain. On a cru pendant longtemps qu’il s’agissait d’enfants.

Les serpents étaient offerts au dieu-créateur Atoum notamment. Après momification, ils étaient placés dans des boîtes.

Le taureau Apis

En dehors des dieux à tête animale, le culte des animaux eux-mêmes est un élément fondamental de la religion égyptienne.
L’un des premiers animaux ainsi déifiés est le taureau Apis de Memphis qui au cours de l’histoire a été identifié avec Rê, Osiris et Ptah.
Divinité agraire, Apis est le symbole de la puissance fécondante. Ce dieu porte entre ses cornes le Disque solaire et l’uræus, symboles de Rê.

Hatschepsout

La reine Hatschepsout se livre à une course rituelle accompagnée d'Apis. Temple de Karnak. © dinosoria.com

Le taureau qui devait être momifié à sa mort était choisi pour ses marques et en particulier pour la tache en forme de losange sur son front.
A la mort du taureau, il était momifié, placé dans un sarcophage en granit et enterré dans des catacombes : le Serapeum de Saqqarah.
On choisissait alors un nouveau taureau Apis et le cycle continuait.

Les sépultures animales

Les animaux, comme les hommes, étaient enterrés dans des cimetières. Certaines espèces bénéficiaient de leur propre nécropole. Il existe un vaste cimetière de chats à 80 km au nord-est du Caire, à Boubastis. C’est un centre religieux consacré à la déesse-chatte Bastet.

Déesse Bastet

Déesse Bastet. Basse Epoque. Pais, Musée du Louvre. © dinosoria.com

Une partie du cimetière humain de Saqqarah était réservée aux animaux. Des millions d’ibis, de babouins, de faucons, de chacals ou de chiens y furent enterrés dans les catacombes.

Dieux de l’Egypte et forme animale

Dans l’Egypte ancienne, chaque province possède son dieu. Il y a à l’origine 126 divinités principales: animaux, plantes ou objets.

Des centaines d’autres dieux s’ajoutent à ces dieux principaux. D’abord de forme animale, ils ont très vite été représentés de façon anthropomorphe, gardant une tête ou des attributs animaux.

Thouëris est une déesse bienfaisante à tête de crocodile et à corps d’hippopotame. Elle protège en particulier les femmes enceintes.

Thoueris

Thouëris. By Boston Public Library . (CC BY-SA 3.0) (Tupper Scrapbooks Collection. 1860-1890)

Dieu Sebek : le crocodile était un être sorti des ondes comme le Soleil, et rarement un mangeur d’hommes. Dès le Moyen Empire, on comptait une multitude de temples voués à ce dieu puissant. A Crocodilopolis, dans le Fayoum, il était le maître universel.

Crocodile momifié

Jeune crocodile momifié. © dinosoria.com

Bastet : d’abord déesse-lionne et maléfique, Bastet s’est transformée en divinité bénéfique. Elle est adorée par ses fidèles, dans son temple de Bubatis en Basse-Egypte, sous les traits d’une chatte, et associée aux joies de l’existence.

Anubis : le dieu des morts prend la forme d’un chien ou d’un chacal. Les chacals étaient associés à la mort car ils vivaient près des cimetières.

Anubis

Anubis. © dinosoria.com

Sekhmet : déesse-lionne à la puissance destructrice. C’est la fille du Soleil et elle protège le dieu Rê. Déesse du carnage et des batailles, elle protège le roi en détruisant ses ennemis.
La légende raconte que les dieux, pour arrêter sa folie meurtrière, ont répandu du sang mélangé à de la bière pour l’endormir.

Sekhmet

Sekhmet. By astique . (CC BY-SA 3.0)

Dieu Bès : Apparu tardivement, il réuni des traits de diverses divinités mineures. Figure difforme et grotesque, il éloigne le mauvais œil et fait peur aux divinités malfaisantes.

Dieu Bès

Bès. By La case photo de Got . (CC BY-SA 3.0)

Divinité familière que l’on clouait à la porte des maisons, il est souvent représenté vêtu d’une peau de lion aux vertus protectrices.

V.Battaglia (29.12.2005)

< Egypte ancienne

< Archéologie. Monuments