Home

Religion. Mythologie < Mayas et sacrifices humains

Sacrifices humains et mythologie Maya

Comme pour la plupart des civilisations amérindiennes, il existe des paradoxes dans la civilisation Maya.
Avant les principales découvertes, on les considérait comme des prêtres-astronomes plutôt pacifiques. Aujourd’hui, la tendance a été inversée et on présente les Mayas comme de féroces guerriers pratiquant de sanglants sacrifices.
Il y a certainement un juste milieu à trouver entre ces deux extrêmes.

Mutilations rituelles

Les Mayas offraient aux dieux des prisonniers qui étaient sacrifiés au cours de cérémonies. Ils pensaient que leur survie dépendait de ces dieux qu’ils devaient donc absolument contenter et apaiser.

Toutes les religions, y compris monothéistes, sont empreintes de sacrifices. Notre vision du Bien et du Mal n’est pas si différente de celle des Mayas.
Si nous condamnons les sacrifices humains pour des raisons purement religieuses, nous continuons à sacrifier des animaux et cela dans un seul but : assurer notre propre salut.

Chac . Dieu mya de la Pluie

Chac, dieu de la Pluie, du Tonnerre et des Eclairs. By Jami Dwyer . (CC BY-SA 3.0)

L’agneau des Juifs puis des Chrétiens et enfin des Musulmans, est la victime sacrificielle par excellence. Autrefois, les Juifs enduisaient les portes de sang des agneaux sacrifiés pour écarter de leur maison les forces du mal.

Les Mayas poursuivaient le même but. Tout au long de l’année, ils organisaient des cérémonies afin de se prémunir du courroux des dieux.

Ils ne pratiquaient pas uniquement des sacrifices. Les monarques devaient par exemple se soumettre à des saignées pour honorer les dieux.

De la même manière que les ascètes de toute religion se flagellent jusqu’au sang par esprit de sacrifice, l’aristocratie maya s’automutilait.

Dieu du Maïs Maya

Dieu du Maïs. By Beesnest McClain . (CC BY-SA 3.0)

On a retrouvé des panneaux sculptés, à Yaxchilán, qui témoignent de ces rituels. Sur l’un des panneaux, Dame Xoc, épouse d’un roi, fait passer une corde hérissée de ronces dans un trou percé dans sa langue.
Son sang imbibe une bande d’écorce placée dans un récipient auquel des prêtres mettent le feu.

Cet étrange rituel se déroulait dans un lieu obscur, un temple probablement. La fumée qui s’échappe du récipient était la figuration d’une créature surnaturelle : le Serpent des Visions.

Le Serpent des Visions permettait aux monarques de communiquer avec le monde surnaturel. Pour symboliser le passage entre les deux mondes, cette créature possédait deux têtes avec une gueule béante, chacune dans l’un des mondes.
L’élu s’introduisait dans une gueule, se déplaçait dans le corps pour ressortir par l’autre gueule et donc l’autre monde.

Les rois et les nobles pouvaient ainsi communiquer avec les dieux, les apaiser et s’assurer de leur soutien.

Sculpture Maya

Sculpture maya à Copán. By Vaticanus . (CC BY-SA 3.0)

D’autres découvertes confirment ces mutilations rituelles.
Des figurines en argile montrent des hommes assis en tailleur qui se lacèrent le pénis avec des couteaux.

Mais, ces mutilations étaient réciproques. En effet, sur certaines illustrations des codex, les dieux se livrent eux-aussi à des automutilations.

Le jeu de balle

Le sport le plus répandu en Méso-Amérique a été baptisé le « jeu de balle ». D’après ce que l’on en sait, il y avait plusieurs types de parties.
Certaines étaient tout simplement destinées à divertir le peuple, tandis que d’autres se terminaient par la mise à mort d’une équipe.
Là encore, il s’agissait de rituels destinés à contenter les dieux.

Jeu de balle à Chichen Itza

Jeu de balle à Chichén Itzá. By Paul Mannix . (CC BY-SA 3.0)

Les règles du jeu de balle ne nous sont pas vraiment connues. Ce sont les premiers explorateurs européens qui ont décrit cet étrange rituel.

Chaque équipe comptait environ 1 à 4 joueurs. Ils ne devaient pas toucher de la main ou du pied la balle.
Cette balle était en bois, en cuir ou en caoutchouc. Sa taille variait de celle d’un ballon de football à celle d’une balle de tennis.

Pour se protéger, les joueurs portaient des protections sur un avant-bras, une jambe et autour de la taille.
On en déduit qu’ils devaient relancer la balle avec ces parties du corps.

Anneau du jeu de balle maya

Anneau en pierre du jeu de balle à Chichén Itzá. By Time Tarts Historical Solutions . (CC BY-SA 3.0)

L’équipe marquait des points chaque fois qu’un joueur lançait la balle dans un endroit précis du terrain ou à travers un anneau en pierre fixée en haut d’un mur.

D’après les récits, les perdants étaient souvent des prisonniers qui avaient été affaiblis par des privations.

Il arrivait que la fin du match soit suivie d’un autre « jeu ». La tête d’une des victimes était enveloppée de latex et utilisée comme balle.

Jeu de balle Maya

Joueurs représentés sur un mur à Chichén Itzá . By a2gemma . (CC BY-SA 3.0)

Ce spectacle sanglant nous fait penser aux jeux de cirque très prisés des Romains qui se terminaient invariablement par la mise à mort d’animaux et d’êtres humains.
Mais la différence essentielle réside dans la symbolique des jeux.

Les Mayas poursuivaient un objectif bien précis à travers ces sacrifices tandis que les Romains se contentaient de mises à mort pour le plaisir.

V. Battaglia (23.03.2009)

Sacrifice Incas. Découverte de trois momies d'enfants . Chichen Itza (sacrifices Aztèques)

Sacrifices rituels chez les Incas

Références principales et crédit photographique

Encyclopédie de la mythologie. Parragon 1999
Les sites archéologiques. Patrimoine mondial de l'UNESCO. Gründ 2004
Splendeurs des civilisations perdues. Gründ 1998

Toutes les photos sont, au moment de la mise en ligne de ce dossier, sous Licence creative commons Attribution paternité Share Alike 3.0 unported et proviennent du site FlicR

< Religion