Des loups envahissent l’Aquitaine

Au Moyen Âge, la nature n’est pas encore apprivoisée par l’homme. Les grands espaces abritent un monde animal inconnu et craint. Parmi ces animaux, le loup symbolise cette peur irrationnelle.
En 846, alors que l’hiver est particulièrement froid, l’arrivée d’environ 300 loups en Europe occidentale, et particulièrement en Aquitaine, provoque une véritable panique.

 

L’homme et le loup

Bien que le loup soit probablement le premier animal à avoir été domestiqué, il a toujours entretenu des relations difficiles avec l’homme.
« Le grand méchant loup », « Marcher à pas de loup », « Hurler avec les loups », « Avoir une faim de loup ».
Toutes ces expressions prouvent combien cet animal est présent dans notre imaginaire. Longtemps il a hanté l’esprit des hommes au point de devenir un animal mythique.

Le loup va t-il manger le petit chaperon rouge ?

Mais, c’est sans doute au Moyen Âge, entre le VIIe et le XIIe siècle, que les relations entre le loup et l’homme, en se multipliant, se chargent du poids symbolique le plus important.

L’hiver, le froid, la neige, la misère, la guerre et la forêt omniprésente sont associés au loup. La société vit alors à la campagne dans sa grande majorité. La présence de loups est considérée comme un révélateur des difficultés et de l’impuissance des hommes à construire un monde égalitaire.

Dans la morale judéo-chrétienne, le loup incarne le principe du mal. Il symbolise le diable qui dévore les corps pour s’approprier les âmes.
Lycanthropes et loups-garous ont signé un pacte avec le démon et ils sont craints tout autant que les sorciers.

Loup

Loup . © dinosoria.com

Au Moyen Âge, les rares protecteurs des loups sont des saints, seuls capables de transformer le mal en bien et de chasser le démon de l’animal pour en faire l’instrument de Dieu.

La peur du monde sauvage

A une époque où l’Eglise chrétienne est toute puissante, les forêts sont des lieux en marge de la loi humaine. Impénétrables, obscures, elles sont le refuge de forces nuisibles.
L’iconographie médiévale y met en scène des hommes sauvages, des ermites, des hors-la-loi ou des chevaliers légendaires, retournant à la vie dans la nature pour s’initier aux pratiques magiques ou retrouver une vaillance oubliée.

Loup qui hurle

Le loup est le symbole de la vie sauvage. © dinosoria.com

Le mot même de foresta, apparu au VIIe siècle, désigne à l’origine une zone plus ou moins boisée, exclue des usages communs, à la seule disposition du roi ou du prince.

Cette forêt constitue une réserve de bêtes sauvages destinées au sport favori des nobles : la chasse.
Sangliers, cerfs ou daims sont protégés dans de véritables parcs à gibier tandis que le loup, considéré comme nuisible, est éliminé.

Loup

Au Moyen Age, le loup est l'incarnation du Diable. Licence

Mais, sur le continent, les loups, qui ont quitté leur habitat naturel des steppes et des grandes plaines eurasiatiques, trouvent refuge dans les forêts, à l’abri de l’homme.

Au IXe siècle, les hordes de loups sont ainsi en pleine recrudescence. Ils n’hésitent pas à attaquer le bétail ou les hommes pour survivre.
Ainsi, Charlemagne édicte des mesures pour essayer de lutter contre la prolifération de ces animaux. Les réglementations carolingiennes sont à l’origine de l’institution lointaine des battues contre les bêtes sauvages, la « louveterie royale », qui sera créée au début du XIVe siècle.

Ci-dessus: Le loup de Gubbio: un loup apprivoisé qui devient le protecteur des enfants (illustration de E.Burnand). Au XIIIe siècle, saint François d'Assise soumet par la croix un loup qui menace la ville de Gubbio. Il le convainc de laisser les habitants en paix à condition que ceux-ci le nourrissent

Mais, ces mesures n’empêchent pas l’arrivée en 846 des loups en Aquitaine.

300 loups déferlent sur l’Aquitaine

Progressant par vagues successives depuis l’est, les hordes de loups remplacent les hordes de Barbares dans l’esprit du peuple.
Réputés mangeurs d’hommes, et même de cadavres, celui que l’on nomme le « tigre de l’Occident » cristallise toutes les angoisses d’une époque particulièrement difficile.

L’hiver est très froid en cette année 846 et la faim tenaille aussi bien les hommes que les animaux.
En Aquitaine, des hordes de loups affamés sortent des forêts. Les témoins les décrivent avançant en colonnes, y compris sur les routes. Les gens réagissent comme en face d’un envahisseur et se terrent chez eux.
En réalité, ces hordes de loups ont fait bien plus de peur que de mal. Il est vrai que quand la faim les tenaille vraiment, ils peuvent s’attaquer à des animaux ou des hommes isolés.

Loup

Le loup craint le froid symbole de famine. © dinosoria.com

Dans quelques circonstances extrêmes, les lieux peuplés par les humains ne suffisent plus à repousser les loups.
En 1438-1439, durant l’un des plus terribles hivers que l’Europe ait connus, des groupes de loups sont entrés dans Paris où ils ont semé la terreur.

V.Battaglia (26.09.2005)

  1. Ancêtres. Répartition et classification des loups
  2. Canis lupus : le loup gris
  3. Canis lupus rufus : le loup rouge ou loup roux
  4. Canis lupus arctos : le loup arctique
  5. L’histoire des loups de Yellowstone
  6. Lycanthropie : la peur du loup-garou

< Histoire