Home

Animaux < Reptiles < Serpents < Lampropeltis triangulum

Serpent du lait

Le serpent du lait (Lampropeltis triangulum) est également appelé faux-corail ou couleuvre tachetée.
Son surnom de faux-corail provient de ses couleurs qui imitent à la perfection celles du serpent corail (Micrurus fulvius). Cependant, il existe plusieurs autres espèces de serpents qui sont également appelées faux-serpents corail ce qui peut aboutir à une certaine confusion.

Le serpent du lait est inoffensif pour l’homme. C’est un serpent que l’on trouve souvent en captivité car il est réputé pour sa docilité.
Il existe  25 sous-espèces connues. Le serpent du lait de Campbell (Lampropeltis triangulum campbelli) n’a été découvert qu’en 1983. La sous-espèce qui possède la robe la plus éclatante est sans conteste la couleuvre tachetée du Honduras (Lampropeltis triangulum hondurensis).

Lampropeltis triangulum fait partie de la famille des Colubridae (Couleuvres).

Répartition et habitat de Lampropeltis triangulum

Le serpent du lait vit en Amérique du Nord et en Amérique centrale. Son aire de répartition est vaste et comprend les Etats-Unis, à l’est des montagnes Rocheuses, le Canada  (Ontario et Québec notamment),  le Mexique ainsi que plusieurs pays d’Amérique centrale  dont le Honduras, le Nicaragua ou le Costa Rica.

Serpent du lait. Lampropeltis triangulum

Lampropeltis triangulum porte plusieurs noms communs: serpent du lait, couleuvre tachetée et faux-corail . By Ms.Tea. (CC BY-SA 3.0)

Ce serpent évolue dans des habitats variés. Il affectionne les bordures de forêts, les forêts tropicales, les régions boisées, les prairies sèches ou humides, les flancs de coteaux rocheux, les marais, les secteurs suburbains.
Il vit jusqu’à 2600 m d’altitude.

Vis-à-vis de l’homme, le serpent du lait est méfiant et évite les contacts. D’ailleurs, en captivité, il n’apprécie guère les manipulations.

Portrait du serpent du lait

Son nom lui vient d’une croyance populaire plutôt surprenante qui prétend que ce serpent est capable de venir téter le pis des vaches.
Bien entendu ce n’est pas le cas et ce colubridé est surtout amateur de rongeurs, de lézards et d’autres serpents.

Faux corail . Lampropeltis triangulum

Lampropeltis triangulum est inoffensif pour l'homme. By Valérie Everett. (CC BY-SA 3.0)

La taille de ce serpent varie selon les sous-espèces, de 35 à 175 cm.
La robe varie également mais quelle que soit la sous-espèce, elle est toujours très colorée avec de larges anneaux rouges  et de petits anneaux blancs cerclés de noir.

Il n’y a aucune différence de coloration entre les mâles et les femelles.

Voici quelques exemples :

Serpent du lait du Sinaloa (Lampropeltis triangulum sinaloae)

De 1 m à 1,20 m. La tête est noire avec quelques tiquetures blanches, habituellement autour du rostre. La première bande noire touche l’angle de la mâchoire et dessine un V sur la gorge.
Les écailles blanches sont mouchetées de noir. Les anneaux rouges sont au nombre de 10 à 16.
Cette sous-espèce a été décrite en 1978 et reste encore assez méconnue. Elle vit dans tout le Sinaloa  et dans les Etats mexicains voisins.

Serpent du lait du Honduras (Lampropeltis triangulum hondurensis)

Jusqu’à 1,20 m. La tête noire est marquée d’une bande jaune sur le rostre et d’une autre qui s’élargit sur les côtés.
Les anneaux rouges sont au nombre de 13 à 26. Certains spécimens n’ont pas de bandes jaunes et sont foncés ou mandarine. La phase dite "tangerine" est rouge orangé avec des bandes noir de jais. Il existe également des phases albinos ou hypomélanistique.
Cette sous-espèce se nourrit de petits mammifères, d’oiseaux, de lézards et d’autres serpents.

Serpent du lait du Honduras

Serpent du lait du Honduras (Lampropeltis triangulum hondurensis). By Spisharam. (CC BY-SA 3.0)

Serpent du lait de Campbell (Lampropeltis triangulum campbelli)

De 71 à 91 cm. Cette sous-espèce arbore de larges bandes blanches  et un rostre moucheté. Ce serpent ne vit que dans une petite région au sud du Mexique. Il aime les zones arides et qui se situent à au moins 1500 m d’altitude.
Il se nourrit de petits rongeurs, de serpents et de lézards.

Serpent du lait des plaines côtières (Lampropeltis triangulum elapsoides)

Jusqu’à 68 cm.  Le bout du rostre est rouge. Les anneaux jaunes, qui peuvent parfois être blancs, sont séparés des rouges par du noir.
Cette sous-espèce vit aux Etats-Unis. On la rencontre surtout dans les bois de pins, cachée sous l’écorce des arbres ou sous des troncs. Elle hiberne souvent sous des souches.
Elle se nourrit de lézards, de serpents, de rongeurs, de poissons et d’invertébrés.

Le serpent du lait est rarement visible la journée. Il est actif de nuit. Le jour, il se camoufle sous des végétaux en décomposition.
Il reste prudent vis-à-vis de l’homme mais apprécie les secteurs agricoles et les granges car il y trouve de nombreux rongeurs.

Lampropeltis triangulum albinos

Lampropeltis triangulum albinos. By Snake Collector . (CC BY-SA 3.0)

Il hiberne souvent dans des souches. L’hibernation est d’ailleurs le seul moment où l’on peut observer des groupes car en dehors de cette période, c’est un reptile solitaire.

Carnivore, il se nourrit de rongeurs, de lézards, d’oiseaux, d’œufs et d’autres serpents, y compris des serpents venimeux comme le serpent-corail ou les serpents à sonnettes. Constricteur, il étouffe ses proies avant de les avaler en entier.

Reproduction

Le serpent du lait s’accouple au printemps. La femelle pond des œufs au printemps ou au début de l’été.
Les œufs sont longs et cylindriques.
Le nombre d’œufs varie de 2 à 17. Les jeunes sortent après une incubation de 28 à 39 jours. Les serpenteaux sont déjà très colorés mais n’arborent leur robe définitive que vers 3 ou 4 ans.

La femelle choisit un emplacement chaud et humide, en général des végétaux en décomposition,  pour y pondre ses oeufs. Les serpenteaux ne bénéficient d’aucune aide parentale.

Une femelle peut avoir une ponte par an. La maturité sexuelle intervient entre 3 et 4 ans.

En captivité, les juvéniles ont une nette tendance au cannibalisme.

En captivité, un serpent du lait peut vivre jusqu’à 21 ans.  La longévité en liberté n’est pas connue.

Prédateur mais également proie

Le serpent du lait est la proie de plusieurs prédateurs comme le renard, la mouffette ou le coyote.
Quand il se sent menacé, il fait vibrer sa queue comme le fait un serpent à sonnettes ce qui peut effrayer certains prédateurs.

Plusieurs sous-espèces pratiquent le mimétisme de Bates. Ce mimétisme concerne une espèce inoffensive qui imite une autre espèce qui, elle, est dangereuse et qui est pourvue d’une livrée de mise en garde.
Cependant, il existe toujours de subtiles différences dans la livrée qui permettent aux connaisseurs de distinguer les espèces.
Ce mimétisme avec le serpent corail peut effrayer certains prédateurs mais cela peut également faire paniquer les hommes qui tuent l’inoffensif serpent du lait.

Serpent corail

Serpent corail (Micrurus fulvius). © dinosoria

Le serpent du lait ne bénéficie d’aucune protection particulière. C’est une espèce abondante qui se reproduit bien en captivité.

Classification : Animalia. Vertebrata. Reptilia. Squamata. Serpentes. Colubridae. Lampropeltis

V. Battaglia (5.12.2008)

Serpent corail

Références

Nigel Marvin et Rob Harvey 1995, Snakes. Quintet Publishing Limited 1995
Les serpents. Editions Artémis 1999

< Serpents