Home
L’invention de la roue

Aucune invention n’est plus chargée de symboles que la roue. La mythologie indo-européenne fait du disque solaire une roue qui entraîne un char divin dans sa course. Au-delà de sa portée symbolique, la roue marque l’avènement d’une ère nouvelle. Cette invention a révolutionné les transports et les communications.

L’apparition de la roue

Chronologiquement, la roue est d’abord employée pour le transport et pour le tour. Mais, les premières roues véhiculaires en bois ont rarement survécu, tandis que la fabrication de poteries au tour a laissé des traces qui sont facilement reconnaissables par les spécialistes.

Des tours de potier sont ainsi attestés en Mésopotamie, à Sumer et à Ur, vers 3500 avant notre ère.
Ils ont peut-être été aussi en usage à la même époque en Inde et en Iran.

Roue d'élévation d'eau telle qu'elle continue à être employée dans une oasis du désert libyen

En ce qui concerne la roue véhiculaire, nous ne sommes sûrs de son existence que quelques siècles plus tard mais elle a sans doute précédée l’invention du tour.

La roue : une invention délaissée ?

Aux environ du Ier millénaire avant notre ère, la roue s’est répandue dans l’Ancien Monde. Les charrettes n’étaient apparues sur le continent américain qu’après la conquête espagnole, 2 500 ans plus tard.

Les historiens en avaient conclu que les habitants du Nouveau Monde ne connaissaient pas la roue. Mais, dans les années 40, à Veracruz, au Mexique, des fouilles de sites funéraires apportèrent la preuve du contraire.
On mis au jour plusieurs petites figurines d’argile, chacune équipée d’une paire de roues.
Les statuettes à roue ont été construites pendant plusieurs siècles. Certaines pouvaient servir de sifflet, d’autres ressemblent à des jouets.

Pourquoi les habitants du Nouveau Monde ne tirèrent-ils pas un usage pratique de la roue ?

Nul ne le sait.

Le premier véhicule

On trouve le premier témoignage d’un véhicule à roues sur une tablette du temple d’Inana, à Erech, en basse Mésopotamie, qui a été daté d’environ 3500 ans avant notre ère.
Cette tablette comporte un pictogramme très schématique représentant ce qui paraît être un chariot à deux roues.

Des preuves plus tangibles attestent de l’emploi de roues montées sur essieux au début du IIIe millénaire en Mésopotamie et dans l’Indus.

Chars à roues pleines en bois sur l'étendard d'Ur (Bas-relief en céramique mésopotamien, IIIe millénaire, Londres, British Museum)

Des fouilles ont également mis au jour à Mohenjo-Daro des modèles réduits de chariots.

De plus, de véritables véhicules, employés comme fourgons mortuaires, ont été découverts dans les tombes royales de Kish, de Suse et d’Ur.
Il s’agit de chars et de chariots à deux ou quatre roues pleines.

Roue d’engrenage et transmission

Le premier instrument à train d’engrenages connu est la célèbre horloge d’Anticythère (Antikythira).
Ce mécanisme complexe, daté du IIe siècle avant notre ère, a obligé les archéologues à réviser leurs conceptions sur le niveau technologique atteint par les Grecs.

mécanisme d'Anticythère

Le plus gros fragment du mécanisme d'Anticythère exposé au Musée archéologique d'Athènes. By Tilemahos Efthimiadis . Licence

Il faudra attendre près de 15 siècles, et les premiers mécanismes d’horlogerie de l’Occident médiéval, pour voir apparaître des systèmes d’une pareille complexité. La roue était de toute évidence connue et utilisée à une époque aussi reculée.
Cependant, c’est le seul objet de ce genre qui a été retrouvé.

Le mécanisme d'Anticythere

Les transmissions se composent d’au moins deux roues d’engrenage et servent à la transmission du mouvement.
Lorsque les dents s’engrènent, la roue entraînée tourne dans le sens opposé à celui de la roue motrice.

Ce principe était connu d’Aristote. Dans l’ancienne Egypte, on puisait de l’eau en utilisant la transmission de grandes roues dentées en bois.

Les roues d’engrenage trouvent un grand domaine d’utilisation : automobile, horlogerie …

Les roues massives étaient confectionnées avec un disque de tronc d'arbre arrondi. Elles n'étaient pas très résistantes et se brisaient facilement. Les premiers progrès furent apportés par des essieux auxquels la roue était fixée par des chevilles en bois

Une faucheuse gauloise

En 1834, l’inventeur américain Cyrus McCormick mit au point la première faucheuse-moissonneuse mécanique réellement efficace.
Cependant, une machine agricole analogue existait déjà 2 000 ans auparavant dans la Gaule antique.

Des bas-reliefs du Ier siècle représentent cet antique engin : un énorme peigne fixé sur deux roues et tiré par un âne ou un mulet.

Le système semblait très bien fonctionner. Pourtant, les Gaulois l’ont abandonné au profit de l’ancienne méthode épuisante pour les reins, le moissonnage à la faucille.

Pourquoi une telle régression ?

Bien que très ancienne, l’invention de la roue ne trouvera une application à grande échelle qu’au XIXe siècle avec le début de l’ère industrielle.

L’expansion de la roue dans le monde

La diffusion de la roue pleine a lieu au IIIe millénaire depuis Sumer jusqu’à la Syrie et l’Indus.
La roue à rayons apparaît vers 2000 avant notre ère en Mésopotamie, en Iran et dans le Turkestan.
Cette innovation permet d’alléger les roues et de les rendre plus manoeuvrables. Elle rendra possible l’invention du char léger à deux roues à rayons au cours du IIe millénaire.

Char égyptien à deux roues provenant d'une tombe de la nécropole thébaine (1580-1320 avant notre ère, Musée archéologique, Florence)

La roue sert également à la mouture des grains. Des meules et des moulins à bras existaient en Mésopotamie à la fin du IIe millénaire.

Le rouet est la dernière invention directement issue de la roue. Il permet d’effectuer un filage beaucoup plus rapide. Il rendra possible l’émergence d’une première industrie textile au Moyen Âge.
Le rouet a peut-être été inventé en Inde ou en Chine. Il apparaît tardivement entre le VIe et le VIIIe siècle.

V.B (02.05.2006)

Références bibliographiques

Les grandes inventions, éditions Larousse 1994. La Technique, Naumann & Göbel 2005. La sagesse perdue des anciennes civilisations, éditions Time-Life 1990

< Antiquité