Home

Enigmes < Prédictions < Xhosa

Une prophétie catastrophique

Les Xhosa, jadis l’une des plus prospères tribus bantoues d’Afrique du Sud, vivaient au 18e et 19e siècle en clivage permanent avec les colons blancs qui s’appropriaient leurs terres.

Une frontière incertaine avait été finalement établie en 1778 entre le peuple Xhosa et les colons le long de la Fish River, dans la province du Cap.
Vint ensuite un siècle d’agitation, de vols de bétail et de querelles frontalières avec l’homme blanc.
Les troupeaux des Xhosa étaient décimés par la sécheresse. La tribu en voyait la cause dans les mauvais sorts jetés par les sorciers blancs.

C’est sur ce fond de peur et de superstition que la jeune Nongqause, nièce du sorcier Umhlakaza, eut sa vision en mai 1856.

Le message des ancêtres

Alors qu’elle se trouvait près de la rivière, la jeune fille rencontra les ancêtres, sous la forme de quatre hommes grands, qui lui dirent :

« Nous sommes inquiets du déclin du peuple Xhosa. Nous vous aiderons à mettre sur pied une armée invincible pour repousser l’homme blanc.
Avant de pouvoir vous aider, vous devez nous montrer une preuve de votre absolue obéissance.
Pour ce faire, vous devez tuer tout le bétail, détruire toutes les récoltes et abandonner le travail de la terre. »

Les Xhosa devaient ensuite construire de nouveaux enclos, pour les troupeaux prospères qui descendraient des pâturages célestes, et creuser des fosses profondes destinées à contenir les riches moissons que leur apporteraient les esprits.

Ce n’est qu’après l’exécution de ces commandements que les ancêtres réapparaîtraient, précédés d’une tornade effroyable qui emporterait tous les incroyants.

Une foi absolue

Malgré les réticences de certains sceptiques de la tribu, le peuple Xhosa exécuta les ordres des ancêtres.

Kreli, le chef de la tribu, influencé par le sorcier, ordonna le massacre des troupeaux et la destruction des récoltes.

Pendant 10 mois, la tribu abandonna les travaux des champs. Des milliers de Xhosa moururent de faim.
Malgré les avertissements des Britanniques, la tribu refusa de reprendre les labours et continua à tuer son bétail.

Finalement, Nongqause indiqua la date à laquelle les ancêtres réapparaîtraient : le 18 février 1857.
La veille du grand jour, les Xhosa se parèrent et peignirent leur corps. Ceux qui en avaient encore la force dansèrent toute la nuit.
Puis le soleil se leva, traversa lentement le ciel et sans s’arrêter poursuivit inexorablement sa route vers le couchant.
La nuit tomba sur un peuple désespéré.

La mort d’une tribu

Mourant de faim, les survivants se nourrirent de racines, de baie et même d’écorce.
Ils rongèrent les dépouilles du bétail massacré et se traînèrent jusque dans les missions pour implorer de l’aide.

Le sorcier, Umhlakasa, honni par son peuple, mourut lui-même de faim.

Arrêtée, la jeune Nongqause, fut expédiée dans une ferme où elle mourut en 1898.

20 000 Xhosa sont morts de faim. Sur les 43 000 survivants, 30 000 furent obligés, pour subsister, de demander du travail dans les plantations des Blancs.

Cette tragique affaire peut nous sembler aberrante. Cependant, elle reflète bien l'impact des croyances et des superstitions qui, depuis la nuit des temps jusqu'à nos jours, a provoqué plus de désastres que de miracles.

V.Battaglia (25.11.2005)

Source et lien

Prédiction des Xhosa. Strange stories, amazing facts. Reader's Digest 1979
Peuple Xhosa. Pour en savoir plus sur l'évolution de ce peuple. Wikipedia (en anglais)

< Prophéties. Prédictions . Prémonition . Voyance