Home

Les premiers insectes

La diversité des insectes actuels est telle que les scientifiques sont dans l’incapacité de les comptabiliser ; près d’un million d’espèces ont été décrites mais il en existerait au moins 10 fois plus. Certains chercheurs avancent même le chiffre de 70 millions.
En comparaison, les vertébrés représentent moins de 50 000 espèces.

La première apparition des insectes date du Dévonien inférieur. Ce sont les aptérygotes, des formes primitives sans ailes.
Mais au Carbonifère supérieur, il y a 320 millions d’années, les insectes sont omniprésents. Les nombreux fossiles retrouvés en témoignent.

Un peuple de géants

Dans son ouvrage, le livre de la vie, Stephen Jay Gould, paléontologue américain, décrit parfaitement bien la faune qui grouillait dans une forêt Nyrany (République Tchèque) au Carbonifère :

« Les forêts de Nyrany grouillaient de vie il y a environ 320 millions d’années. Ces forêts étaient formées de grands arbres, de prêles etc.…
Des insectes géants comme les libellules aussi grandes que des goélands patrouillaient au sein des forêts humides à la recherche de proies, des blattes en l’occurrence….. »

Cette explosion de diversité est liée entre autre au développement du monde végétal en pleine croissance.

Feuille fossile

Reconstitution de la Neuropteris gigantea. © dinosoria.com

Si certains d’entre vous ont une aversion pour tout ce qui rampe et fourmille, le Carbonifère aurait été un véritable cauchemar.
On y trouvait des scorpions de 75 cm, des blattes et des mille-pattes gigantesques et l’air était rempli du bruit assourdissant des insectes à l’envergure à faire frémir.
Ces libellules primitives possédaient des ailes de 60 cm d’envergure.

Les insectes ont été les premiers à conquérir le ciel. Au Carbonifère, ils étaient les maîtres des airs.

Une évolution assez méconnue

Bien que de nombreux blancs existent encore, les scientifiques ont réussi à trouver quelques indices sur l’évolution des premiers insectes.
Selon une théorie, les ailes des insectes se seraient développées à partir de coussinets aplatis que certaines espèces fossiles présentaient sur les segments de leur corps.

Ces coussinets auraient d’abord servi à réguler la température puis auraient pu servir à glisser avant de devenir de véritables ailes.

Une autre théorie, plus récente, avance l’hypothèse que les ailes des insectes se sont développées à partir de branchies qui se trouvaient sur les pattes des ancêtres des plécoptères, parent officiel des insectes actuels. Ces branchies auraient permis à ces insectes de respirer sous l’eau.

Mesoleuctra

Fossile du Jurassique de Mesoleuctra (nymphe) parent des insectes actuels © dinosoria.com

Les changements morphologiques nécessaires à l’aptitude au vol sont très importants ; il est donc certain que les premiers insectes capables de voler sont apparus avant le Carbonifère mais les fossiles manquent pour pouvoir reconstituer cette longue évolution.
Au Carbonifère, à côté d’espèces aujourd’hui disparues, cohabitent des espèces que nous connaissons : éphémères, blattes, pucerons, grillons, sauterelles, mouches, moustiques …

Meganeura : une libellule géante

Meganeura monyi avait une envergure de 70 cm. Son poids est estimé à 0,15 kg. Elle vivait au Carbonifère supérieur dans les forêts tropicales.
Ses ailes étaient renforcées par des nervures et fixées à angle droit du thorax. Elle possédait un abdomen particulièrement long. Ses six pattes articulées étaient plus robustes que celles de nos libellules.
Elle pouvait donc certainement s’attaquer à des proies aussi grosses que des cafards. Sa tête possédait d’ailleurs des pièces buccales servant à mordre.

Meganeura monyi

Fossile de Meganeura. © dinosoria.com

Des fossiles ont été découverts dans les mines de charbon de Commentry, dans l'Allier, en 1880. En 1979, d'autres fossiles ont été mis au jour dans le Derbyshire.

Cafards et autres arthropodes

Outre des mille-pattes de plus de 2 m de long, on pouvait également croiser des cafards comme Archimylaris qui vivait à la fin du carbonifère.
Il possédait les mêmes caractéristiques que nos cafards actuels : un grand bouclier protégeant la tête, de longues antennes recourbées et des ailes repliées.
Il pouvait se déplacer très rapidement dans les sous-bois en mastiquant tout ce qu’il pouvait.

Gigantisme et concurrence

Si les premiers insectes ont pu devenir si grands, c’est tout simplement qu’ils n’avaient aucun prédateur. La nourriture était de plus très abondante. C’était en quelque sorte la course au gigantisme. Les insectes herbivores qui vivaient sur le sol grandissaient de plus en plus et par conséquent, leurs prédateurs grossissaient également.
Mais, ces insectes géants furent à leur tour la proie de vertébrés qui peu à peu sortirent de la mer pour coloniser les terres.
Cette colonisation mit fin au gigantisme des insectes.

V.Battaglia (02.2004)

Des puces XXL sévissaient au Jurassique

< Insectes préhistoriques