Home

Independence Day ou 4 th of July marque la naissance des États-Unis d’Amérique. Le 4 juillet 1776, la Déclaration d’indépendance est votée. Ce jour marque également le début de l’histoire des États-Unis.
Parce qu’ils ne veulent plus payer les taxes que leur impose l’Angleterre, mais surtout parce qu’ils sont épris de liberté et de justice, les colons américains se révoltent.
C’est un sentiment d’injustice et d’oppression qui va déclencher la longue guerre d’indépendance qui débute en 1765 par un simple boycotte, mais qui finira dans un bain de sang.

Les colons américains en conflit avec la Couronne d’Angleterre

Pendant près d’un siècle, l’Angleterre a trouvé les meilleurs alliés parmi les colons pour lutter contre la France.
La victoire de l’Angleterre sur la France est consacrée par le traité de Paris de 1763 qui donne le Canada à la Couronne d’Angleterre.

Une fois la menace française écartée, les colons n’ont qu’un seul objectif : partir à la conquête des terres vierges et très riches de l’ouest.

George Washington

George Washington devient le premier président des États-Unis en 1789. By cliff1066™

Cet Eldorado se situe au-delà des Appalaches qui séparent les colonies anglaises du reste du continent nord-américain.

Les pionniers américains sont fermement décidés à coloniser ces terres. Mais, en 1763, une proclamation royale garantit la propriété des terres aux Indiens.
Les colons n’ont pas le droit de leur acheter des parcelles de terre et le commerce est contrôlé. De nombreux pionniers se retrouvent obligés de quitter leur nouvelle terre.

Ne croyez surtout pas que l’Angleterre a voulu faire preuve de philanthropie. Il se trouve simplement que certains chefs indiens, alliés des Français, mènent une lutte acharnée contre l’Angleterre.
Cette dernière, qui craint de se retrouver déborder par de nouvelles révoltent indiennes, a préféré ménager les tribus de l’ouest.

Camp Indien en 1891

« Hostile Indian Camp » by John C. Grabill, 1891. Library of Congress

En parallèle, l’Angleterre augmente la pression fiscale pour rembourser les lourdes pertes financières dues à la guerre contre la France.

Le Sugar Act de 1764 taxe les mélasses étrangères et entrave donc l’importation du sucre.
Le sucre est justement la denrée qui constitue le pilier du commerce colonial. Il est notamment échangé contre des esclaves.

En guerre contre les taxes

Plusieurs mesures anglaises très maladroites vont mettre le feu aux poudres.

En 1765, la loi du timbre ou Stamp Act, instaure un droit fiscal sur tous les écrits publics et les actes officiels.
La même année, le Currency Act interdit aux colonies d’émettre leur propre monnaie.

Les colons contestent la possibilité légale de lever des impôts sans leur accord. Mais, ils n’ont aucun représentant au Parlement. Légalement, ils possèdent les mêmes droits que les Britanniques de la métropole. Ils demandent donc que la levée d’impôts soit décidée par leurs assemblées.

Affiche de 1769

Affiche annonçant une vente d'esclaves. Les Anglais avaient promis leur liberté aux Noirs qui rejoindraient leur camp. 1769. The Granger Collection, New York

En 1765, un boycott de l’impôt anglais est décidé. Benjamin Franklin écrit dans sa gazette au sujet des marchands anglais : « Ils vivent comme des princes au prix de la sueur de notre front. »

L’Angleterre n’est plus considérée comme la mère patrie protectrice, mais comme l’ennemi de la patrie.

Les colons n’hésitent plus à agresser les percepteurs, à brûler les maisons des marchands anglais et à chanter des pamphlets vengeurs sous le nez des autorités anglaises.

Benjamin Franklin

Benjamin Franklin incarne le rêve américain. Il a participé à la rédaction de la Déclaration d'indépendance et de la Constitution américaine. By Napalm filled tires

Devant cette violence, Londres recule et abroge le Stamp Act en 1766. Mais par contre, ils n’accordent pas aux colons le droit d’accepter ou de refuser les nouveaux impôts.

L’Amérique : État souverain et non une colonie

Au-delà des problèmes de pression fiscale, ce sont les pensées politiques de John Locke et de Montesquieu qui incitent les colons à réfléchir sur les relations des colonies avec la métropole. Très rapidement, ils deviennent convaincus que l’Amérique est un État souverain et que la politique anglaise est non seulement injuste, mais illégale.

Ils souhaitent prendre leurs propres décisions et s’affranchir de la tutelle de l’Angleterre.

La violence remplace la diplomatie

Le peuple passe à la révolte brutale pour se faire entendre, sans doute las du peu de résultats obtenus par les juristes et l’élite intellectuelle.

En 1770, à Boston, des jeunes gens se heurtent aux forces de l’ordre et cette manifestation est violemment réprimée.
Cette répression devient « le massacre de Boston » et enflamme l’opinion publique.

Independence Day

Independence Day. Ancienne carte postale. By riptheskull

L’ouverture officielle des hostilités découle d’une très grosse maladresse des Anglais. En effet, la Couronne autorise la Compagnie anglaise des Indes orientales à brader ses stocks de thé en Amérique.
Cette décision risque d’entraîner à court terme l’effondrement de l’importation américaine de thé et donc la faillite de ces importateurs américains.
En réaction, ces derniers montent illégalement sur plusieurs navires anglais qui mouillent dans le port de Boston et envoient par le fond toutes les cargaisons.

Plutôt que de réagir avec diplomatie, la Couronne envoie des troupes à Boston et ferme le port.

Georges Washington

Georges Washington est choisi par le Congrès en juin 1775 pour diriger l'armée des colons. By Joye~

La guerre va débuter à cause du mépris ouvertement affiché par la monarchie britannique. Le gouvernement déclare ne pas vouloir négocier avec « cette racaille d’Écossais, d’Irlandais, de vagabonds, d’étrangers et de descendants de forçats ».

La guerre d’indépendance

Les colons s’organisent en milices et entreposent des armes. En avril 1775, une quarantaine de miliciens affrontent les Anglais près de Lexington. Ce premier affrontement se solde par la mort de 7 colons.

Le 10 mai, une forteresse anglaise se rend à ceux qu’on appelle désormais les Insurgents.

La guerre de l’Indépendance vient vraiment de commencer et elle va durer 8 ans.

New York en flammes en 1776

New York en flammes en 1776. La ville sera prise par les Anglais. (Peinture J. Chereau)

Parallèlement, un Congrès se réunit à Philadelphie qui décide de former une armée. C’est George Washington qui prend la tête de cette jeune armée peu entraînée, mais très motivée.

Le Congrès continental demande alors à une commission de préparer une déclaration. C’est Thomas Jefferson, un jeune avocat, qui est chargé de rédiger ce texte.

Thomas Jefferson

Thomas Jefferson. 1786. By cliff1066™

Le 2 juillet 1776, la Déclaration d’indépendance est votée lors d’une session fermée. Elle sera rendue publique le 4 juillet.
Dans les mémoires, c’est cette date du 4 juillet qui est restée.

Independence Day

Independence Day. Signature de la déclaration d'indépendance. Reproduction de 1936. By stan.faryna

La cause américaine qui est celle de la liberté motive de nombreux Européens qui affluent comme volontaires.
En 1778, Benjamin Franklin, appuyé par La Fayette, obtient le soutien officiel de la France. Louis XVI envoie des troupes en renfort.
Le soutien maritime de la France permet aux Américains de tenir tête à la Royal Navy.

Guerre d'Independance americaine

Combat entre la flotte française et la flotte anglaise en juin 1782. (Vers 1825, F. Roux. Musée de la Marine, Paris). © dinosoria.com

Les Anglais accumulent les défaites : Saratoga en 1777, King’s Moutain en 1780 puis à Yorktown en octobre 1781.
Cette dernière bataille est d’ailleurs décisive, car 8 400 Anglais sont faits prisonniers par 13 000 Français et Américains ; aidés par l’escadre navale de l’amiral de Grasse.

Rochambeau et G. Washington

Les généraux Rochambeau et G. Washington avant l'attaque de Yorktown. (Peinture de Couder. Château de Versailles). © dinosoria.com

Suite à cette défaite, le Parlement britannique ouvre les négociations et en septembre 1783, un traité est signé à Paris.
Les États unis sont reconnus souverains et indépendants.

Independence Day : un symbole pour le monde

Aujourd’hui, ce jour mémorable est l’occasion de grandioses feux d’artifice. Chaque ville, aussi petite soit-elle, met un point d’honneur à fêter dignement cet évènement. Parades de jeunes gens, parades militaires, illuminations, le 4 juillet est sans aucun doute la journée la plus importante et la plus fêtée aux États-Unis.

Independence Day

Independence Day. By travlinman43

4 th of July est le symbole du premier peuple qui, il y a 250 ans, s’est voulu régi par les principes du Siècle des Lumières.
Les États-Unis sont alors devenus un véritable mythe et tout particulièrement pour l’Europe au sein de laquelle, beaucoup de peuples ont voulu suivre le même chemin au nom de la liberté et de la justice.

Independence Day

Independence Day. By rawheadrex

Ce mythe n’était-il qu’une illusion ? Est-il utopique de croire qu’il est possible de construire une société basée sur la justice et au sein de laquelle l’être humain n’est pas considéré comme une machine ?

Il y a plus de deux siècles, les Américains y ont suffisamment cru pour se sacrifier. Aujourd’hui, cet idéal qui n’est défendu par aucun parti politique est pourtant la seule réponse possible à nos angoisses actuelles.

Independence Day

4th of July celebration. 1889. Colorado. (U.S. Historical, Cultural Collections) . Library of Congress

Alors que nous sommes au cœur d’un grand bouleversement économique, ceux qui nous gouvernent nous promettent des jours meilleurs. Mais, tous ces mensonges dissimulent bien mal la vérité.

Commémoration du jour de l'indépendance. Irak. 2007

Independence Day. Commémoration du jour de l'indépendance. Irak. 2007. The U.S. Army

Il y a bien longtemps, l’homme s’est égaré sur un chemin pavé d’intolérance, d’oppression et d’injustice.
Nous avons construit nos premières civilisations sur de mauvaises fondations ; ces dernières s’effritent un peu plus au fil du temps et la bâtisse tout entière est aujourd’hui sur le point de s’écrouler.

Le mythe de l’Independence Day sera peut-être notre salut.

V. Battaglia (9.12.2009)

 

Références

John Ferling. Almost A Miracle: The American Victory in the War of Independence. 2009
Pauline Maier. American Scripture: Making the Declaration of Independence. 1998
John Grafton. The Declaration of Independence and Other Great Documents of American History 1775-1865. 2000