Home

Préhistoire < Hominidés < Hommes préhistoriques < Homo habilis

Homo habilis

Homo habilis n'est pas notre ancêtre direct. Considéré comme le premier représentant du genre humain, en dépit de nombreuses controverses scientifiques, Homo habilis est apparu en Afrique il y a environ 2,5 millions d'années.
La comparaison des caractères d'Homo habilis et Homo rudolfensis avec ceux des autres membres du genre Homo, d'une part, et ceux des australopithèques, d'autre part, apporte des arguments aux paléontologues qui les considèrent non comme des humains, mais comme des Australopithèques « récents ». En outre, si Homo habilis pouvait tailler et utiliser des outils de pierre (d'ou son nom d'« homme habile »), cette capacité semble partagée par les derniers australopithèques.

Homo habilis et Homo rudolfensis

Les premières découvertes d’Homo habilis datent de 1959 dans la gorge d’Olduvai. A partir de 1964, au fil des découvertes, de nombreux fossiles exhumés en Ethiopie, au Kenya et en Afrique du Sud sont rangés dans le genre Homo habilis.

Homo rudolfensis

Homo rudolfensis. © dinosoria.com

Mais des différences apparaissent entre certains fossiles qui amènent certains scientifiques à répartir ces premiers Homo africains en deux espèces :

  • Homo habilis
  • Homo rudolfensis

Caractéristiques d’Homo rudolfensis

  • Age : 2,4 à 1,6 millions d’années
  • Capacité crânienne : environ 750 cm3
  • Orbites très hautes
  • Ouverture nasale étroite
  • Omnivore
  • Taille : environ 1,60 m pour un poids estimé à 50 kg

Caractéristiques d’Homo habilis

Homo habilis est apparu en Afrique orientale il y a environ 2,5 millions d’années. La stature n’a pas vraiment évolué depuis Australopithecus :

  • Taille : 1,20 m à 1,60 m pour un poids de 30 à 50 kg
  • Crâne épais avec une ébauche de front incliné au-dessus d’importantes arcades sourcilières
  • Face moins haute et moins saillante que chez l’Australopithecus
  • Leurs dents sont celles d’omnivores : incisives assez grandes et molaires plus petites

Homo habilis

Homo habilis. By Luciana.Luciana

Mais si le squelette général n’a pas beaucoup évolué, par contre, le cerveau a augmenté pour atteindre 610 cm3.

L'Homme habile

Nous sommes en 1960, Mary et Louis Leakey fouillent depuis 20 ans la large gorge semi-désertique d’Olduvai, en Tanzanie (Afrique orientale).
Ils ont déjà découvert de primitives pierres taillées datées de 1,8 million d’années.

Le 2 novembre 1960, leur fils Jonathan dégage les fragments osseux éparpillés d’une main et d’un crâne.
La mandibule, fragmentaire, est plus fine et plus petite que celle des singes.

Homo habilis

Homo habilis. By Hairymuseummatt

Mais, le plus important est la morphologie de la main. Mis bout à bout, les ossements ne laissent aucun doute.
Les premières phalanges (segments articulés des doigts et des orteils), longues et recourbées, sont avant tout adaptées à la vie dans les arbres, mais les dernières phalanges, courtes et élargies, et surtout le pouce, opposable aux autres doigts, sont proches des nôtres.

Avec une telle main, cet individu pouvait parfaitement attraper une pierre ou tout autre objet. Il était habile. Il devint donc un homme habile (Homo habilis).

Comparatif mains singes et homme

De gauche à droite, un chimpanzé, un gorille, un babouin et un homme.

La main d’un primate peut, entre les extrémités de ses deux doigts, saisir, coincer et tenir la nourriture ou des objets.
Le pouce humain est capable de rencontrer et presser fortement le bout des quatre autres doigts.
Notre main est moins puissante, mais plus précise.

Premiers outils de la préhistoire

On attribue à Homo habilis les premiers objets manufacturés. Ces premiers outils sont constitués de roches. Au début, il semblerait qu’Homo habilis sélectionnait de petits éclats de quartz rendus tranchants pour couper les chairs.

Homo habilis choisissait une pierre assez lourde qu’on appelle le percuteur ; puis, un galet qui était soit en silex, en grès ou en quartz.

Avec le percuteur, il tapait très fort verticalement sur une surface plane près du bord du galet ou sur tout son pourtour.

Homo habilis

Homo habilis choisissait ses pierres pour créer des outils. © B. Horps

Il créait ainsi un tranchant sur un côté ou les deux faces du galet.

Grâce à ses couteaux en silex ou en quartz, il dépèce les carcasses d’antilopes ou de rhinocéros abandonnées par les lions ou les tigres à dents de sabre.

Il utilise plusieurs outils :

  • Le chopper qui est un galet aménagé avec un tranchant d’un seul côté
  • Le chopping-tool qui coupe sur les deux faces

Chopping-tool

Chopping-tool. C'est un galet qui coupe sur les deux faces. © dinosoria.com

D’après les entailles retrouvées sur des ossements d’animaux, il récupère sans doute aussi les tendons et la peau pour un usage domestique.

Mode de vie d'Homo habilis

La savane est devenue plus sèche et moins arborée. La station debout est donc bien maîtrisée. Homo habilis était sans conteste bipède.
Nous sommes à peu près certains que ce premier homo disposait d’un langage articulé.
En effet, les moulages de son crâne montrent les aires de Broca et Wernicke : c’est là que le cerveau fabrique et traduit les mots.

Homo habilis ne maîtrisait pas le feu.

On lui attribue aussi les premiers habitats. Ces campements rudimentaires ont été découverts dans la gorge d’Olduvai. Les Homo habilis vivaient en petits groupes ce qui implique un minimum d’organisation sociale.

Cet homme avait ses habitudes. D’après les études, les mêmes sites étaient occupés 10 à 15 ans par les mêmes groupes.
Il y cachait ses outils et s’en servait comme garde-manger. Homo habilis n’était pas un nomade, mais il parcourait de longues distances pour trouver les pierres idéales pour la fabrication de ses outils.

Omnivore, Homo habilis était avant tout opportuniste : végétaux, fruits, viande prélevée sur des animaux morts.

V. Battaglia (11.2004)

Références

Berceaux de l'humanité : Des origines à l'Age de bronze.Pascal Picq Sous la direction d'Yves Coppens. Larousse. 2003
Patterns of Growth and Development in the Genus Homo. J. L. Thompson, G. E. Krovitz et A. J. Nelson 2003
How Homo Became Sapiens: On the Evolution of Thinking. Peter Gardenfors. 2003

< Hommes préhistoriques