Home

Préhistoire < Hominidés < Hommes préhistoriques < Homo antecessor

Homo antecessor

Homo antecessor vivait en Europe méridionale entre 1,2 et 0,7 million d’années avant notre ère.
Cet hominidé a été décrit à partir de 86 fragments osseux correspondant au moins à six individus, découverts en 1994 et 1995.

Découverte d'Homo antecessor

Les restes post-crâniens retrouvés dans le site de Gran Dolina Sierra d'Atapuerca (Burgos, Espagne) font toujours l’objet de comparaisons. Tous ces fossiles ont été extraits de la couche TD6 et ont été datés de plus de 780 000 ans.

Ils ont été attribués à une nouvelle espèce d’Homo, appelée Homo antecessor.

Homo antecessor

Ils proviennent des dépôts d’une grotte de 18 mètres de profondeur qui a été mise à jour pendant la construction d’un chemin de fer au milieu du XX° siècle.

Deux de ces individus sont des adultes, le 3e est un adolescent de 13-15 ans et des fragments correspondent à un enfant de 3-4 ans.
Les fossiles ont été datés de plus de 780 000 ans de manière certaine (notamment par le paléomagnétisme).

Le fossile type est composé du maxillaire et du frontal d’un individu de 10-11 ans.

Homo antecessor

Crâne d'Homo antecessor. Museum Archéologie Catalunya © dinosoria.com

Homo antecessor serait l’hominidé le plus vieux connu en Europe. En effet, en mars 2008, l'équipe d'Eudald Carbonell a publié dans la revue Nature un article sur la découverte à Atapuerca d'un petit fragment de mâchoire d'hominidé vieux de 1,1 à 1,2 million d'années.

La datation a été effectuée grâce à des outils de pierre et d'ossements d'animaux, retrouvés à proximité du fossile.

Caractéristiques d’Homo antecessor

Les restes post-crâniens d’Homo antecessor montrent un ensemble de traits morphologiques qui sont plus similaires à ceux des hommes modernes qu’à ceux des hominidés du Pléistocène moyen et supérieur d’Europe.

Homo antecessor pourrait donc bien être le dernier ancêtre commun à Homo sapiens (hommes modernes) et Homo neanderthalensis (Néandertaliens).

  • Volume cérébral estimé à 1100 cm3
  • Caractéristiques dentaires très primitives qu’on ne trouve pas chez les fossiles européens plus récents
  • Le bourrelet osseux sus-orbitaire est formé de deux arcades, il n’est pas droit

Tous les scientifiques ne sont pas d'accord sur l'attribution de ces fossiles à Homo antecessor.

Homo antecessor

Homo antecessor. Reconstitution d'un sujet féminin. By jlmaral

Certains paléontologues pensent que ces fragments pourraient appartenir à Homo heidelbergensis ou à une forme d’Homo erectus.

Homo antecessor et le cannibalisme

Certains fragments d'os portent des traces de découpe comme on peut en trouver sur des ossements d'animaux qu'on a dépecé.

À ce sujet, José Maria Bermudez de Castro, l'un des co-directeurs du projet Atapuerca a déclaré :

"Nous savons qu'ils pratiquaient le cannibalisme. L'étude des restes a révélé qu'ils se livraient à l'anthropophagie pour s'alimenter et non par rituel, qu'ils mangeaient leurs rivaux après les avoir tués, principalement leurs enfants et adolescents. C'est le premier cas de cannibalisme bien documenté de l'histoire de l'humanité, ce qui ne veut pas dire que c'est le plus ancien.

Des restes découverts sur le gisement dit de 'Gran dolina' sont apparus éparpillés, cassés, fragmentés, mélangés à des restes d'autres animaux comme des chevaux, des cerfs, des rhinocéros, tout type d'animaux produits de la chasse et consommés par l'être humain."

Homo antecessor

Homo antecessor. Reconstitution d'un sujet masculin. By jlmaral

"Ces fossiles avaient aussi comme les animaux des marques de couteaux en pierre, de dépeçage, réunissant tous les éléments caractéristiques d'une accumulation d'os utilisés par les êtres humains.

Ceci nous donne une idée de cannibalisme de type gastronomique, et non rituel, car ils n'avaient pas la capacité symbolique qu'a l'être humain d'aujourd'hui.

L'Homo antecessor, qui a vécu avant l'homme de Néandertal et l'Homo sapiens, s'est installé il y a environ 800.000 ans dans les grottes d'Atapuerca probablement après une longue migration depuis l'Afrique et via le Proche-Orient, le nord de l'Italie puis la France.

Il n'a pas choisi par hasard cette zone de 13 km2 située dans une zone du nord de la péninsule ibérique, à la confluence de deux rivières, avec un climat agréable et riche en faune et en flore.
Il y bénéficiait d'eau et de nourriture en abondance, pouvait chasser des sangliers, des chevaux, des cerfs, ce qui veut dire qu'ils ne pratiquaient pas le cannibalisme par besoin d'aliments.
Ils tuaient leurs rivaux et profitaient de la viande.
Nous avons par ailleurs découvert deux niveaux comportant des restes cannibalisés, ce qui veut dire qu'il ne s'agit pas d'un cannibalisme ponctuel, mais continu dans le temps. "

Homo antecessor

Crâne d'Homo antecessor. © dinosoria.com

"Un autre aspect intéressant, mais que nous n'expliquons pas encore très bien est que la majorité des onze individus identifiés comme victimes sont des enfants ou adolescents.
Nous pensons qu'il y a aussi deux jeunes adultes, dont une femme, ce qui signifie qu'ils tuaient la base de la pyramide démographique du groupe."

V.Battaglia (06.2005). M.à.J (04.2009)

Homo erectus

Références et lien

Étude analytique d'une clavicule complète de subadulte d'Homo antecessor. 2009 Cambridge. Academia.edu
Berceaux de l'humanité Editions Larousse. 2003
Patterns of Growth and Development in the Genus Homo. J. L. Thompson, G. E. Krovitz et A. J. Nelson 2003
Anthropobiologie : Evolution humaine de Eric Crubézy, José Braga et Georges Larrouy. Masson 2008
The Early Human World de Peter Robertshaw et Jill Rubalcaba. Oxford University Press 2005

< Hommes préhistoriques