Enigmes < Mystères de l'être humain < Guerisseur philippin

Les guérisseurs philippins

Les guérisseurs: Réalité, escroquerie ou simple mythe ?

La science occidentale réfute totalement la possibilité qu’un homme puisse opérer un patient sans l’aide d’aucun instrument de chirurgie. Dans les années 70, une équipe de chercheurs occidentaux s’est rendue aux Philippines pour enquêter sur ces guérisseurs.

L’origine des guérisseurs philippins

La plupart des guérisseurs philippins appartiennent à l’Union spirite chrétienne, issue de la Société spirite fondée en 1857 par Allan Kardec. Leur formation consiste en la pratique de l’humilité, la prière et l’apprentissage de chapitres de la Bible qui traitent de guérison.

Le mouvement spiritualiste du 19e siècle a été importé de France au Brésil sous le nom de spiritisme.
L’engouement pour le spiritisme et les tables tournantes est né aux Etats-Unis vers 1840. Il a rapidement gagné l’Europe. Ce mouvement a connu son apogée en France en 1850 avec la publication du Livre des esprits d’Allan Kardec qui s’appelait en réalité Hippolyte Léon Denizard Rivail. C’était un médecin qui affirmait avoir été dans une vie antérieure un druide nommé Allan Kardec.
Il fut l’introducteur du spiritisme en France. Ses conférences connurent un immense succès à travers le monde.

Ses enseignements ont été repris dans les années 1920 aux Philippines puis au Brésil par un catholique, Zelio de Moraes, qui se croyait possédé par les esprits d’indiens décédés.

Des temples et des centres de soins spirites s’ouvrirent. La chirurgie « psy » est sans nul doute la plus étrange retombée du spiritisme.

Aucun des guérisseurs ne possède de connaissance en médecine et d’ailleurs, ils ne peuvent pas, eux-mêmes, expliquer comment ils procèdent pour opérer.
Ils traitent le corps par l’esprit. Selon eux, il s’agit d’une force spirituelle qui agit à travers le guérisseur. Ils serviraient en tant que canal de cette force.

Des opérations sans instrument, ni anesthésie

L’équipe de scientifiques qui s’est rendue aux Philippines en 1973 et 1975 était composée de chercheurs venant de sept pays. Ils étaient spécialisés dans différentes disciplines : médecine, biologie, parapsychologie, chimie, prestidigitation …

Ils ont vu un grand nombre de guérisseurs et ont suivi plus particulièrement les « opérations » de Tony Agpaoa, très célèbre dans le pays.
Ces opérations suivent toutes le même schéma.

Le patient est étendu sur une table et, souvent, garde ses vêtements. Seuls le ventre et parfois la poitrine sont découverts.
Une serviette est placée sur les vêtements afin qu’ils ne soient pas tâchés.

Guerisseur philippin

Le guérisseur s’approche alors du patient et, à l’aide d’un coton mouillé, nettoie le ventre en le frottant très fort.
Il pétrit ainsi la chair doucement puis fermement.

Guerisseur philippin

Un liquide écarlate apparaît rapidement et les doigts ensanglantés du guérisseur semblent pénétrer dans la chair.
S’il s’agit d’une tumeur, il extrait celle-ci après l’avoir poussée avec sa main.

Guerisseur philippin

Début d'une opération: un guérisseur pratique à main nue l'incision de la tumeur

Il malaxe à nouveau la plaie, puis frotte la chair avec un coton. La plaie est refermée et ne laisse voir aucune trace d’incision.

Le patient ne ressent aucune douleur pendant toute l’opération qui ne dure pas plus de 2 à 3 minutes. Il peut alors s’en aller comme si de rien n’était.

Des milliers de personnes viennent se faire soigner par ces guérisseurs. Au Brésil, il existe également des hommes qui opèrent à peu près de la même manière. Parmi eux, José Arigo, aujourd’hui décédé, effectuait des ablations chirurgicales très rapides, à l’aide d’un simple couteau, sans qu’il y ait eu d’infection postopératoire.
Il semble qu’Arigo opérait en état de transe. On le vit, par exemple, opérer une femme de la cataracte avec des ciseaux à ongles, sans utiliser le moindre antiseptique.
Il opérait sous la direction d’un chirurgien militaire allemand, tué pendant la Première Guerre mondiale. Pendant les interventions, il se mettait à parler avec un accent allemand.

Il s’agissait probablement d’un dédoublement de la personnalité ce qui n’explique d’ailleurs nullement comment cet homme réussissait de telles interventions. Pour Arigo, ce médecin allemand avait pris le contrôle de son esprit.

Arigo a été condamné, en 1965, à la prison pour pratique illégale de la médecine ce qui n’empêcha nullement ses patients de le vénérer. Il est mort en 1971 dans un accident de voiture. A sa décharge, soulignons qu’il opérait gratuitement.

L’avis des scientifiques

Ces méthodes sont bien sûr rejetées par la médecine officielle. Une enquête de l’Association médicale américaine menée en 1960 avait conclu de manière assez laconique d’ailleurs que ces guérisseurs étaient des escrocs.

Par contre, l’enquête menée par George Meek, dans les années 1970, avait mis en avant la réalité des faits tout en soulignant que des fraudes existaient.
Son équipe et lui-même avaient alors constaté qu’il y avait bien « matérialisation » du sang, des tissus et des organes humains ainsi que d’objets non humains.

Les films réalisés sur le sujet sont peu probants. Les clichés sont souvent pris de loin et donc assez flous. Cependant, l’hypothèse de l’hypnose collective a pu ainsi être écartée.

Les examens effectués après les opérations montrent que le sang recueilli ne correspond pas toujours au groupe sanguin du patient. De plus, il est parfois d’origine animale.

Sigrun Seuteman, un médecin homéopathe, a supervisé plus de 6 000 opérations. Il estime que dans 98% des cas, le tissu conjonctif qui se matérialise à la surface du corps, n’est pas humain.
Il constate néanmoins qu’un grand nombre de patients a effectivement subi une amélioration spectaculaire de l’état pathologique après l’opération.

Les parapsychologues sont, quant à eux, très sceptiques. Les enquêtes menées en 1968 par l’un d’entre eux, le Pr Hans Bender, ont conclu à des fraudes.
Pour eux, les tissus matérialisés sont souvent d’origine animale ce qui prouve la supercherie.
Cependant, Lvall Watson, biologiste, spécialiste des phénomènes paranormaux, qui a assisté à de nombreuses interventions, n’a pu découvrir la supercherie.

Comme on peut le voir, le sujet est très controversé. Avec de telles déclarations contradictoires, il est difficile de se faire une opinion. A priori, de telles opérations sont impossibles du point de vue de la physiologie.
Si tout cela semble fantaisiste, les bonnes questions sont : comment s’effectue la fraude ? Comment le guérisseur fait-il apparaître du sang et des tissus étrangers au patient ?

Il serait assez facile de dissimuler un morceau de viande sanguinolent et avec un habile tour de passe-passe l’arborer triomphalement à la fin de l’intervention.
Cependant, cette manipulation n’aurait sans doute pas échappé aux enquêteurs dont certains étaient prestidigitateurs.

Si tour de magie il y a, il reste à découvrir.

V.Battaglia (11.07.2005)

Bibliographie principale

La Mémoire de l’humanité. Les grandes énigmes. Editions Larousse

< Mystères de l'être humain