Home

Grand cormoran

Un grand oiseau noir plonge dans la mer, c’est le grand cormoran (Phalacrocorax carbo) reconnaissable à son cou souple en forme de S.
Très à l’aise en vol, ce cormoran est plutôt maladroit au sol. Contrairement à d’autres oiseaux marins, le plumage du grand cormoran n’est pas étanche.
C’est pourquoi, on l’observe souvent, posé sur une digue ou un rocher, les ailes grandes ouvertes.
Le grand cormoran fait tout simplement sécher ses ailes.

Classification : Classe: Aves. Ordre: Pelecaniformes. Famille: Phalacrocoracidae

 

 

Portrait Phalacrocorax carbo

Le grand cormoran est presque complètement noir à part une marque blanche sur la face. Son plumage arbore des reflets vert métallisé.
Le puissant bec jaune est caractéristique des oiseaux piscivores. Il est long et muni d’un crochet à son extrémité.

Les pattes noires sont palmées et comportent quatre doigts. Les doigts sont reliés entre eux par une peau robuste qui propulse très bien le cormoran dans l’eau.

Grand cormoran

Grand Cormoran. Phalacrocorax carbo. © dinosoria.com

Sa longueur varie de 80 à 100 cm pour un poids de 1,7 à 3,2 kg. Envol, l’envergure peut atteindre 160 cm.

Les immatures sont de couleur brune avec des taches blanches.

Le cri du grand cormoran est rauque. Il pousse également des gémissements.

Sa longévité est d’environ 20 ans.

Mode de vie

Le grand cormoran a une vocation marine. Cependant, on le rencontre également sur les grands lacs, les fleuves et les estuaires.

Cet oiseau est plutôt vorace. Chaque individu consomme en moyenne entre 200 et 700 g de poissons par jour. La sous-espèce continentale (Phalacrocorax carbo sinensis) se nourrit exclusivement de poissons d’eau douce, tandis que la sous-espèce maritime (Phalacrocorax carbo carbo ) consomme des poissons et des calmars.

grand cormoran

Le puissant bec du grand cormoran est muni d'un crochet. © dinosoria.com

Ce grand pêcheur plonge souvent en mer pour se nourrir. Mais, son plumage n’est pas serré comme celui d’une mouette et n’est pas protégé par de la graisse.
Il se mouille donc très vite.

De ce fait, le grand cormoran ne peut pas rester longtemps dans l’eau, au risque de se noyer. Il doit revenir sécher ses plumes à terre.

Grand cormoran

Grand cormoran qui fait sécher ses ailes. © dinosoria.com

Cela n’empêche pas cet oiseau de pouvoir rester sous l’eau environ une minute.

Cet oiseau marin vit en colonie de quelques dizaines à quelques centaines d’individus.

Habitat et aire de répartition

On retrouve le grand cormoran sur presque tous les continents. Il est par contre absent d’Amérique du Sud et de l’Antarctique.

Sa répartition, très vaste, est cependant morcelée.

En Europe, on peut l’observer du nord de la Scandinavie à la Sardaigne, le long des côtes atlantiques et méditerranéennes.

Grand cormoran

Phalacrocorax carbo sinensis s'est adapté aux lacs et aux étangs. © dinosoria.com

Phalacrocorax carbo sinensis migre volontiers vers les régions du sud en hiver.

Cette sous-espèce est en large expansion à l’intérieur des terres ce qui pose des problèmes car ce gourmand commet des dégâts dans les zones de pisciculture.

L’augmentation des effectifs en France est due à la protection dont bénéficie l’espèce depuis la fin des années 1970.

Colonie de grands cormorans

Colonie de grands cormorans. © dinosoria.com

En été, le grand cormoran s’installe plutôt près des côtes atlantiques tandis qu’en hiver, il est présent sur toute son aire de répartition, y compris dans les terres.

En France, on peut observer le grand cormoran notamment en Picardie et sur les côtes du Cotentin.

Reproduction

Cet oiseau marin niche en colonie. La sous-espèce maritime installe son nid sur des falaises en bord de mer. La sous-espèce continentale nidifie plutôt dans les arbres proche du littoral ou à proximité d’une source d’eau.

Le plumage nuptial, chez les deux sexes, se caractérise par des marques blanches sur la gorge et sur la cuisse.

Grand cormoran

Grand cormoran immature qui se distingue par son ventre clair. © dinosoria.com

Le nid se présente comme une accumulation de branchages, de roseaux ou d’algues. C’est souvent le mâle qui apporte les matériaux tandis que la femelle confectionne le nid.

Elle y pond une unique couvée annuelle, composée de 3 ou 4 œufs bleu pâle.
Le couple couve ses œufs pendant 28 à 31 jours.

Après l’éclosion, les jeunes sont nourris de poissons régurgités sous la forme d’un liquide. Les oisillons prennent leur premier envol au bout de 50 jours environ.
Ils ne deviennent indépendants que vers l’âge de 12 semaines.

Plumage nuptial du Grand cormoran

Plumage nuptial du grand cormoran. © dinosoria.com

Ils pourront commencer à se reproduire vers 4 ou 5 ans.

Conservation

La présence des grands cormorans à l’intérieur des terres n’est pas récente mais elle est en perpétuelle expansion.

On comptabilisait environ 14 000 individus hivernants en France dans les années 1980. Dans les années 1990, la population était déjà passée à près de 70 000 individus.

Elle n’a cessé d’augmenter depuis.

Les pêcheurs sont entrés en conflits avec cet oiseau qui apprécie beaucoup les fermes piscicoles.

Grand cormoran

Le grand cormoran doit être protégé mais en tenant compte des problèmes qu'il cause aux pisciculteurs. © dinosoria.com

Comme toujours dans ce genre de guerre, les deux extrémités s’opposent. Certains ne veulent pas entendre parler de la remise en cause de la protection totale, tandis que les autres veulent tout simplement l’éliminer.
Il serait plutôt judicieux d’envisager une solution qui permette aux oiseaux comme aux hommes de vivre en bonne harmonie.

Toujours est-il que le grand cormoran est protégé dans toute l’Europe depuis 1979.

V.Battaglia (27.09.2009)

Références

Peter Harrison, Seabirds of the World. Princeton University Press 1996
Jim Enticott et David Tipling, Seabirds of the World. New Holland Publishers Ltd 2002
Lars Svensson & Dan Zetterström & Killian Mullarney, Birds of Europe. Princeton University Press 2009

< Oiseaux