Home

Gorille blanc

Flocon de neige ou Copito de Nieve était le seul gorille albinos scientifiquement connu. Vedette choyée du zoo de Barcelone, ce gorille blanc est mort en novembre 2003 d’un cancer de la peau.
Mais était-il si différent des autres gorilles ? Le Docteur Riopelle a effectué une étude approfondie de cet unique albinos pendant de nombreuses années. Ce sont ces expériences que je vous propose de découvrir.

Qui était Flocon de neige ?

Ce gorille blanc a été capturé en 1966 en Guinée équatoriale. Il avait été ramené en Espagne par un scientifique espagnol, Jordi Sabater Pi, qui l'avait découvert captif chez un chasseur de la tribu Fang

Il appartenait à la sous-espèce des plaines occidentales (Gorilla gorilla gorilla).

Adulte, il pesait 181 kilos pour 1,63 mètre. Son alimentation était composée de fruits, de légumes, de lait et de yaourt écrémé.

Flocon de neige

Flocon de neige est mort à 40 ans ce qui est un âge très avancé pour un gorille dont l’espérance de vie ne dépasse guère 25 ans en liberté. 

Son albinisme est à l’origine du cancer de la peau qui lui a été fatal. Au cours de sa captivité, il a eu trois compagnes avec lesquelles il a eu 21 enfants. Aucun de ses enfants et petits-enfants n'a hérité de son albinisme.

Les conséquences de l’albinisme

Apparemment, Flocon de neige était semblable aux autres gorilles, mises à part sa couleur et sa vision diurne légèrement plus faible.
Ce phénomène a souvent été observé chez les albinos.

Son comportement était tout à fait celui d’un gorille. Il applaudissait frénétiquement tout comme nous le faisons pour manifester notre joie ou notre exubérance.

L’étude de ce gorille a permis aux scientifiques d’accroître leurs connaissances des effets de l’albinisme.
Par exemple, le fait que sa vision diurne ait été plus faible peut lui avoir retiré de l’assurance naturelle dans sa jeunesse.
Au cours des expériences, il était accompagné de Muni, un gorille noir qui le dominait toujours dans leurs activités.

Le test du miroir

Si vous avez un animal de compagnie, chien ou chat, vous avez déjà sûrement effectué ce test. Personnellement, je l’ai fait sur mes trois chiennes avec des résultats différents selon l’individu. Une a manifesté un certain intérêt mais surtout une grande perplexité. Une autre semblait inquiète devant cette étrange présence qu’elle ne pouvait sentir.

Quand Flocon de neige a été mis pour la première fois devant un miroir, il s’est enfui en courant. Ensuite, il a frappé sa propre image comme si il voulait tester la réalité de ce qu’il voyait.

Son compagnon, Muni, eut un tout autre comportement. Il marcha avec assurance vers le miroir. Il était fasciné par son image mais a compris qu’il ne s’agissait pas d’un gorille réel. Il s’est installé devant et s’est mis, grâce au miroir, à examiner les parties de son corps qu’il ne pouvait voir normalement.

Gorille et test du miroir

Ce gorille s'examine dans un miroir

Doit-on en conclure que Flocon de neige s’est rendu compte que son image ne correspondait pas à la vision des gorilles qu’il connaissait ?
C’est un peu comme si un homme à la peau verte, vivant au milieu de congénères à la peau bleue, réalisait subitement sa différence.

Le test de la poupée

Le Docteur Riopelle donna une poupée qui était sa réplique au gorille. Flocon de neige la saisit, l’embrassa et la berça avec douceur.
Puis, le scientifique démonta la poupée. Le gorille s’intéressa uniquement à la tête. Le reste du corps ne l’intéressait pas du tout.

Il traîna sa poupée partout pendant de nombreuses années. Pourquoi Flocon de neige s’est-il attaché aussi intensément à cette poupée ? Aurait-il eu le même comportement avec une poupée ne lui ressemblant pas ?
L’expérience n’a pas été essayée à ma connaissance.

L’enfance : une étape primordiale

Cette expérience a été menée sur des singes rhésus et des chimpanzés mais s’adaptent parfaitement aux gorilles et peut d’une certaine manière expliquer le manque d’assurance de Flocon de neige.

Un jeune singe élevé dans l’isolement c’est-à-dire privé de jouets ou d’objets, bien nourri mais non par sa mère, se recroqueville sur lui-même et ne s’intègre jamais dans une communauté, une fois adulte.
Souvent, ces singes névrosés ne s’accouplent pas et les femelles font de mauvaises mères.

Chez les singes comme chez les hommes, la personnalité adulte se forme dès l’enfance. On sait aujourd’hui, que les singes apprennent beaucoup par l’expérience. Les singes font des progrès d’un problème à l’autre.
Un singe peut parfaitement observer une seule tentative d’un congénère sur un problème et le résoudre ensuite correctement.
C’est pourquoi, il est primordial pour leur développement de grandir au sein d’une communauté ou du moins dans un environnement riche.
C’est le même cas pour un enfant que l’on priverait dans son enfance de stimuli adéquats et qui, obligatoirement, se montrera un élève lent et incapable d’apprendre correctement.

Flocon de neige a été capturé très jeune et n’a pu bénéficier de cette enfance au sein de son clan. Je pense, personnellement, que sa lenteur pour assimiler provenait en grande partie de cet handicap et non de son albinisme.

Si proches et pourtant ...

Les primates sont souvent considérés comme d’habiles imitateurs de l’homme. Ils peuvent conduire une voiture, taper sur un clavier d’ordinateur ou peindre des tableaux d’art.
Mais, à l’origine, il y a de toute évidence l’intelligence, la perspicacité et l’expérience. L’imitation n’intervient que pour propager au sein du groupe les nouveaux acquis.

Leur subtilité nous échappe encore mais les étudier, et surtout les protéger, nous permettraient une meilleure compréhension de nous-mêmes.

Flocon de Neige a été traité avec tous les égards possibles et incinéré lors d’une cérémonie officielle.
Son albinisme l’a rendu célèbre et lui a valu le vedettariat. Cela ne doit pas nous faire oublier que si nous ne réagissons pas rapidement, ses congénères n’existeront plus dans moins de 30 ans.

V. Battaglia (03.2004)

Mèdecine de singes .       Gorille

< Animaux hybrides et mutants