Home

Globicéphale

Le dauphin le plus méconnu est sans conteste le globicéphale. Baptisé « dauphin pilote » parce qu’on le voit souvent dans le sillage et à l’étrave des navires, le globicéphale est reconnaissable à son gros melon.
Parmi les globicéphales, on trouve : le globicéphale noir (Globicephala melas) et le globicéphale tropical (Globicephala macrorhynchus).

 

Portrait du globicéphale

Atteignant parfois une longueur de plus de 8 m, le globicéphale est l’un des plus grands cétacés à dents. Il est de la taille d’un orque mais n’est pas un prédateur aussi actif.

Son nom qui signifie « tête en boule » vient de l’important développement du melon frontal. Ce melon contient un mélange d’huile et de cire très recherché par les baleiniers car il est utilisé comme lubrifiant pour des machines de précision.
C’est en fait un élément important du système d’écholocation qui est très développé chez le globicéphale.

Globicephale

Globicéphale tropical (Globicephala macrorhynchus). By Ahisgett . (CC BY-SA 3.0)

Chaque globicéphale possède une nageoire dorsale différente. Elle a des cicatrices et des coupures distinctives. Ces cicatrices sont dues aux bernaches (ou anatifes). Ce crustacé perce la peau tendre des bébés et se nourrit du plancton quand le globicéphale parcourt l’océan.
Plus tard, il se détache mais la nageoire porte une cicatrice indélébile qui s’accentue quand l’individu grandit.

Il est facile de reconnaître l’espèce à cette nageoire dorsale rabattue vers l’arrière et à une queue étirée comme un éventail.
Sa peau est douce comme du velours.

Vidéo Globicéphale

Vie sociale

Les globicéphales se déplacent en groupes familiaux unis. Au sein du groupe, on trouve les femelles, plus petites que les mâles, accompagnées de leurs petits.
Les liens entre mère et enfant sont très forts car le développement d’un jeune est très lent, comparable à celui du petit de l’homme. Il n’atteint sa puberté qu’entre 9 et 14 ans.

Chaque membre a un rôle à jouer. Les mâles, moins nombreux, assurent la protection du groupe.
On a d’ailleurs remarqué qu’un mâle vit beaucoup moins longtemps qu’une femelle : moins de 40 ans pour plus de 60 ans.
Cette différence de longévité s’explique par le fait que la vie d’un mâle est beaucoup plus stressante. Il doit affronter les prédateurs, notamment les requins et les orques.

Les adolescents font office de nourrices. Mais, tous les membres, mâles ou femelles, prennent en charge l’éducation des jeunes.
Après certaines observations, on a constaté que les femelles les plus âgées faisaient office de « chef ».
Elles transmettent leur expérience aux autres membres.

Globicephale tropical

Globicéphale tropical (Globicephala macrorhynchus). By Ahisgett . (CC BY-SA 3.0)

Cette structure hiérarchisée a des avantages incontestables mais également un gros inconvénient.
En effet, un groupe suit aveuglément son chef. De ce fait, cette habitude de suivre aveuglément le groupe peut les conduire à la mort.

Par exemple, les globicéphales noirs s’échouent parfois massivement sur les côtes. On ne sait pas s’ils sont victimes d’une défaillance de leur sonar. Toujours est-il que malgré le danger, tous les membres suivent.

Les hommes ont bien sûr tiré parti de cette caractéristique et pas pour le meilleur, comme d’habitude. Les pêcheurs des îles Féroé, au large de la Norvège, blessent un ou deux individus. Les animaux blessés prennent la fuite. Il ne reste plus qu’à rabattre la troupe vers les plages pour tuer tout le clan.

Les clans familiaux se croisent et communiquent ensemble. C’est aussi l’occasion pour les mâles de se reproduire. En effet, les mâles ne se reproduisent jamais avec les femelles de leur clan.

Langage du Globicéphale (Son MP3)

A l’occasion les groupes se réunissent pour former une harde composée de centaines d’individus. Ils effectuent ensemble de longues migrations sous la direction des adultes dominants.

Reproduction du globicéphale

On sait très peu de choses sur la reproduction à proprement parler car elle s’effectue dans les profondeurs. Par contre, on sait que les femelles sont matures vers 6 ans et les mâles vers 12 ans. La gestation dure 16 mois et la mère met au monde un unique petit, environ tous les 3 ans. Le jeune pèse déjà 80 kg à la naissance.
Il lui faudra 20 mois pour être sevré.

Les glandes mammaires ne sont pas extérieures. Le bébé tapote doucement le ventre de sa mère pour qu’elle sorte ses mamelles. Il tête tout en nageant.
On a observé des jeunes de 7 ans qui demandaient encore à téter.

Le globicéphale noir

Il existe deux sous espèces:

  • Une population vit dans l’Atlantique nord et tempéré ainsi qu’en Méditerranée (Globicephala melas melas)
  • Une autre vit tout autour de l’hémisphère sud, dans les eaux froides et tempérées (Globicephala melas edwardi)

La taille varie de 4,80 à 8,50 m pour un poids de 1,3 à 3,8 t. Le mâle est plus grand que la femelle.

Le globicéphale noir chasse en groupe les seiches et les calmars. Il s’attaque à des bancs entiers afin de pouvoir en attraper un maximum.
Le reste de son menu est composé de poissons comme la morue ou le maquereau. Un mâle qui peut peser jusqu’à 4 tonnes a besoin de 50 kg de nourriture par jour.

Leurs déplacements sont liés à l’abondance des proies. On les trouve donc aussi bien en haute mer que près des îles.

De nombreux ouvrages traitent le globicéphale noir de « mouton de panurge » et parlent de mâles dominants qui mènent les troupes.

Globicephale

Globicéphale tropical . (CC BY-SA 3.0)

Les observations effectuées vont à l’encontre de ces affirmations. Les groupes ne sont pas forcement dirigés par des mâles mais peuvent l’être par des femelles plus âgées.
De plus, ce grand dauphin est loin d’être stupide. C’est même celui qui apprend le plus vite en captivité.
Je pense que ce dauphin est surtout très attaché à son groupe composé dans la majorité des cas de membres de la même famille. Je parlerais donc plutôt « d’amour « poussé jusqu’au sacrifice suprême, c’est-à-dire la mort.
S’ils suivent les plus anciens c’est simplement parce qu’ils ont une confiance absolu en leurs aînés.
Il suffit d’observer les membres du clan s’occuper des jeunes à tour de rôle pour en être persuadé.

Le globicéphale noir a besoin de respirer comme tous les cétacés. Son souffle puissant peut monter à 1,50 m de haut.
Excellent plongeur, il peut rester en apnée pendant 1h30 à plus de 1 000 mètres de profondeur.

On l’appelle également globicéphale grinde, orque à tête ronde ou globicéphale à longues nageoires.

Le globicéphale tropical

Il est pratiquement impossible de distinguer le globicéphale tropical du globicéphale noir. Il s’en distingue en fait par ses nageoires pectorales plus courtes. On l’appelle d’ailleurs aussi globicéphale à nageoires courtes.
Il est légèrement moins long mais possède la même silhouette. Il possède des traces blanchâtres obliques derrière l’œil ainsi qu’une sorte de croissant clair derrière l’aileron dorsal. Cependant, ces marques ne sont pas toujours visibles.

Il fréquente toutes les eaux tropicales et subtropicales et partage les mêmes territoires que son cousin noir.
Certains groupes se sont déjà échoués sur les plages d’Espagne et de France.

Son mode de vie est identique.

Classification: Animalia . Vertebra. Mammalia. Cetacea. Odontoceti. Delphinidae. Globicephalinae. Globicephala

V. Battaglia (03.2006). M.à.J 11.2008

Dauphin . Béluga . Les dauphins d'eau douce . Narval

Références

Globicephala macrorhynchus sur NOAA

Globicephala melas sur NOAA

< Mammifères marins