Home

Préhistoire < Dinosaures < Morphologie < Gigantisme des dinosaures

Gigantisme des dinosaures

Pourquoi certains dinosaures ont-ils atteint des tailles gigantesques ? Un poids phénoménal est-il réellement un avantage ?
Aucun animal actuel ne peut rivaliser avec les grands sauropodes. L’évolution semble avoir décidé de limiter la taille des animaux. Quelle en est la raison ?
Ce sont à toutes ces questions que nous allons essayer de répondre.
Certaines théories me sont personnelles et n’engagent donc que moi.

Les avantages du gigantisme

Plusieurs explications sont avancées pour comprendre le gigantisme des dinosaures.

Les plus grands dinosaures sont des herbivores et notamment les sauropodes. Ceci s’explique par leur mode de digestion. En effet, la digestion des plantes s’effectue plus facilement quand elles sont absorbées en grande quantité.
Des micro-organismes sont nécessaires pour assimiler ce type de nourriture. Ceux-ci dégagent de la chaleur pendant la période de digestion ce qui la rend plus rapide.
Plus l’estomac du dinosaure était grand et plus il générait de chaleur.

Diplodocus

Diplodocus. © dinosoria.com

Plus on est grand et moins on a besoin de brûler d’énergie pour bouger et donc pour survivre.

Le gigantisme est la meilleure arme pour se défendre contre les prédateurs. On constate d’ailleurs que l’accroissement de la taille des carnivores a été proportionnel à celle des herbivores.
Mais aucun carnivore n’a atteint la taille des grands sauropodes ; on imagine assez mal un prédateur de 50 t courir après une proie.

Allosaurus

Allosaurus. © dinosoria.com

Je rajouterais à cette liste le fait que rien n’empêchait la croissance de ces animaux. La Pangée n’était pas encore morcelée ; ils pouvaient donc migrer sur de vastes territoires à la recherche de nourriture ; ils n’avaient aucun prédateur à l’âge adulte et surtout pas l’homme. Leur croissance n’était donc en fait limitée que par le poids que pouvaient supporter leurs membres.

Les inconvénients du gigantisme

La première difficulté réside dans la manière de faire circuler le sang jusqu’au cerveau qui se trouve à plusieurs mètres au-dessus du sol.
Des sauropodes comme Brachiosaurus ou Diplodocus avaient pour contrebalancer ce problème, des cœurs énormes qui régulaient le flux sanguin. En comparaison, leur cerveau était petit.

Mamenchisaurus

Mamenchisaurus. © dinosoria.com

L’accouplement devait également poser un problème. On sait que la femelle Diplodocus avait les os du bassin fusionnés (coossifiés) pour que le mâle ne les casse pas pendant l'accouplement.
La facilité de se reproduire pour une espèce est la clef de la réussite. Plus les animaux sont grands et moins le nombre de naissance est important. De ce fait, tout évènement (changement de climat, manque de nourriture …) peut mettre en péril l’espèce à court terme.

Ultrasaurus

James Jensen en train de travailler sur le membre antérieur d'Ultrasaurus

En rapprochant plusieurs facteurs, j’ai constaté une chose. Même si en comparaison, les dinosaures géants avaient besoin de moins de nourriture par tonne de poids, il n’en reste pas moins que pour survivre, il leur fallait des ressources abondantes. Le moindre changement écologique pouvait donc avoir des conséquences dramatiques.
Tout au long du Trias et du Jurassique, il n’y avait ni plantes à fleurs, ni herbe. Les grands sauropodes ne broutaient pas ; leur taille ne leur permettait pas de toute façon de baisser la tête.
Au Crétacé, les plantes à fleurs se répandirent. La nourriture devint particulièrement abondante au ras du sol. Ce changement n’a certainement pas été favorable aux plus grands herbivores.

Gigantisme et survie

Si on compare les grands sauropodes à nos plus grands mammifères actuels comme les éléphants, on peut en déduire plusieurs éléments.

On sait que les éléphants migrent en permanence pour trouver de la nourriture. Un troupeau d’éléphants fait de véritables ravages sur son environnement. On imagine ce que pouvait causer à la végétation un troupeau de Diplodocus.
Ces animaux se devaient donc de migrer en permanence pour survivre.

Apatosaurus

Apatosaurus. © dinosoria.com

Actuellement, l’expansion de l’homme est un véritable danger pour nos grands herbivores. Nous limitons chaque année de plus en plus leur territoire. Au point, qu’actuellement les éléphants d’Asie sont en voie de disparition. Seul le tourisme a permis à la faune africaine de survivre.

Partant de ce constat, il est évident que la prédominance de l’espèce humaine va à l’encontre de l’accroissement de la taille des autres espèces. De même que les mammifères ont conservé de petites tailles pendant tout le règne des dinosaures ce qui leur a permis de survivre, les animaux actuels de petites tailles ont de meilleures chances de survivre face à l’homme.

Argentinosaurus

Le documentaire de la BBC nous a permis de bien évaluer les dimensions gigantesques d'Argentinosaurus. Nigel Marven semble minuscule à côté de cet énorme crâne

Plus j’analyse tous les éléments et plus je crois fermement à un cycle immuable. Il y a toujours selon les périodes une espèce dominante. Le tout est de savoir laquelle viendra menacer la suprématie de l’homme.

Une chose est certaine, le gigantisme ne protège pas de l'extinction. En fait, cette caractéristique rend plus vulnérable face aux changements climatiques, eux-même engendrant des modifications de la flore. La spécialisation alimentaire est une autre vulnérabilité.

Les théropodes géants étaient tout aussi vulnérables car dépendants de l'abondance des grands sauropodes.

Utahraptor

Utahraptor. By Zachary Tirrell . (CC BY-NC-ND 3.0)

Tout cela n'explique bien évidemment pas la disparition des dinosaures car tous n'étaient pas des géants.

Comment pèse-t-on un dinosaure ?

Les dimensions d'une jambe sont utiles pour estimer le poids d'un dinosaure. En mesurant la section du plus grand os de la jambe, les paléontologues se servent de techniques mathématiques pour estimer le poids total de l'animal vivant. Cette technique est surtout employée pour les sauropodes.

Une autre méthode consiste à construire des modèles à échelle réduite. En plongeant le modèle dans l'eau, on mesure son volume, et le résultat sert à calculer le poids du dinosaure à son échelle.

Mais aucune de ces méthodes n'est fiable à 100%. Le véritable poids du dinosaure le plus lourd du monde ne sera donc probablement jamais connu.

V.Battaglia (05.2003)

Nouvelle méthode pour calculer le poids des dinosaures

< Planète Dinosaure