Home

Enigmes < Ufologie < Article sur le GEIPAN paru dans le journal Le Monde

Le GEIPAN paye sa tendance à essayer de comprendre et d'expliquer les observations d'OVNIS

Article de Gérard LEBAT en réaction à un communiqué publié par le journal Le Monde

Une mauvaise façon de s'exprimer, un lapsus, une phrase imprécise et « hop » les « charognes » sont là pour profiter de votre faiblesse et ridiculiser votre image, votre travail.
Ainsi, le quotidien le monde publie un article dans son édition du 26 février 2012 ou le Geipan est l'objet de comparaisons des plus ridicules !

Un journaliste, certainement attiré par les articles publiés régionalement lors des divers déplacements du responsable de cet organisme, a du se pencher sur ces écrits et confortablement assis derrière son bureau, s'est mis à « pondre » ce papier, sans même avoir assisté à ces conférences.

Nous en avons l'habitude, ainsi un journaliste de ce même acabit, avait titré dans le Nouvel Observateur, en 2005, juste après la clôture des Premières Rencontres Ufologiques Européennes de Chalons en Champagne, qu'il n'y avait qu'une centaine de personne à cette manifestation, bien que nous sur place ( et non pas à Paris derrière un ordinateur, bien au chaud) nous en avons vu défiler plus de 10 000 ! .

C'est cela la nouvelle « Presse », produire des écrits au meilleur prix ! On n'a rien vu, on ne s'est pas déplacé, on imagine et voilà, un papier à pas « cher » qui permettra d'assurer le pain quotidien!

Chasseur d'ovnis ?

Le titre de cet article est éloquent et montre immédiatement l'orientation que le journaliste donnera à sa « prose » : Un ingénieur, qui a pour profession « Chasseur d'ovni ».

Heureusement, le ridicule ne tue pas, il n'a jamais été question en France d'une profession de ce type, payée qui de plus par les « revenus » de l'État ( notre argent !) . On poursuivra en lisant que le dossier des soucoupes volantes (mot choisi par l'auteur de l'article afin de l'orienter, cette expression est pratiquement inusitée de nos jours et démontre un aspect « humoristique » du phénomène !) fête son 70éme anniversaire !

Encore une méconnaissance élémentaire de l'histoire du phénomène ovni ! En France, dans le monde et même au Maroc (voir L'Histoire des Ovnis au Maroc, un ouvrage gratuit sur le net), des témoins ont relaté des observations d'objets inexpliqués, à terre, à basse altitude et dans le ciel, bien avant cette date ! On ne peut donc fêter un quelconque anniversaire de ce type, car il est la pure invention du « Monde » !

Rien de mystérieux dans les ovnis

Xavier Passot, responsable du Geipan, qui fête ses 58 ans, estime, selon ce journal, « qu'il était prédestiné » à occuper ce poste, enfin en déduit t’on.

Face à la presse, il faut malheureusement souvent peser ses mots et s'exprimer avec toutes les réserves possibles, car les retranscriptions peuvent être décevantes et ne pas correspondre au message que l'on veut faire passer.

Lors d'un entretien journalistique, d'une conférence ou d'un débat public médiatisé, on s'aperçoit que parler en détaillant les cas que l'on explique parfaitement, fait que le message retenu est : puisqu'on identifie la majorité des observations, c'est qu'il n'y a rien, pas de problème ovni en conséquence et ceux qui s'en occupent perdent leur temps et ne présentent pas un gage de sérieux !

Beaucoup d'articles publiés par la presse se sont terminés avec ces conclusions. Dans le présent « papier », il en est de même, et qui de plus, on ne trouvera que peu d’informations intéressantes, justes et résultantes d'une étude poussée.

Et oui, après les analyses des témoignages reçus au Geipan, même rapides et peu approfondies, il ne reste que peu de cas « mystérieux »

Peu de cas « mystérieux » pour le journaliste qui rapidement veut minimiser l'étendue du phénomène, mais pour le Geipan, les chiffres sont éloquents, 22 % de cas NON IDENTIFIABLES ! Et même, s'il ne restait qu'un cas, il faudrait en tenir compte et à lui seul il prouverait qu'il y a un phénomène qui se manifeste sur notre Terre, que nous ne comprenons pas.

Toutefois, je lis dans le corps de cet article:

On trouve 37 % de cas parfaitement ou probablement identifiés, 41 % de phénomènes non identifiables et enfin, 22 % de phénomènes non identifiés.

Effectivement, là aussi « comprenne qui pourra ».

Je lis que 37 % des cas sont parfaitement ou probablement identifiés. Probablement veut dire que ce n'est pas certain, en conséquence, si je lis ce journaliste, il y a dans ces 37% des cas non identifiables. Ensuite on lit que 41% de ces phénomènes sont non identifiables et 22% non identifiés !

Elle est belle l'information du Monde, si j'additionne tout cela, j'arrive à près de 100 % de cas non résolus et « mystérieux » selon l'expression utilisée dans l'article. En réalité, l'information est totalement erronée, incomplète et en lisant sur le site du Geipan, la page des statistiques, vous serez là correctement informé.

Religion et ovni: un drole de mélange !

Il ne manquait plus que cela : la Religion ! Jean Jacques Velasco est présenté de fait comme « le croyant aux ovnis », car il a bien compris l'étendue du phénomène et dans sa communication il n'a pas cherché à la minimiser.

Xavier Passot, actuel patron du Geipan, lui est présenté comme l'homme qui fait intervenir la croyance dans ce dossier. Je cite : « Les pilotes peuvent être trompés par des phénomènes naturels. Et il est faux de dire qu'ils sont déconnectés de toute influence sociale : il y a aussi, parmi les pilotes, des croyants. Et la croyance altère le jugement. » - « Je rapproche la croyance aux ovnis de la croyance en Dieu.» S'agit-il d'une citation ou d'une interprétation ?

En tout état de cause, dans la communication vis-à-vis de la presse, il faut être très prudent et ne faire passer qu'un message dans lequel la réalité du phénomène est mise en évidence, par les citations relatives à des cas importants et précis, non identifiés, dans lesquels on a des éléments tangibles, des preuves, comme des traces, des prélèvements sur les lieux d'un atterrissage, des informations relatives aux conditions dans lesquelles l'observation a eu lieu, c'est-à-dire la détection par les radars, l'envoi d'avions militaires pour tenter de les intercepter, etc.

On a suffisamment de cas de ce type dans la documentation que les ufologues ont collationnés durant des décennies. La croyance qui est une affaire de religion n'a rien à faire dans le dossier OVNI ou on ne tente que de se baser sur des faits réels. Il n'est donc pas question à l'évidence de faire appel à « la croyance » ou la « religion » dans l'étude de ce phénomène.

Après certaines comparaisons où la religion est mise, à tort, en avant, on y évoquera le « scepticisme » avec des propos tout à fait erronés quant à ce qui s'exprime habituellement dans les écrits de ce mouvement. Enfin, on terminera par ces mots « Je ne sais pas » !

Moi, au moins ce que je sais, c'est que cet article, écrit par une personne qui n'a pas pris le temps de se documenter au préalable sur le sujet, démontre une face totalement erronée du phénomène et ridiculise en ignorant, les études sérieuses et sensées que poursuivent ou ont poursuivi dans notre pays et sur ce phénomène, certains chercheurs indépendants, certains ufologues !

Gérard LEBAT (27.02.2012)

Profession : ingénieur, chasseur d'ovnis. Le Monde. 26.02.2012

< Ufologie