Home

Animaux < Insectes < Oraganisation sociale des fourmis

L’organisation sociale des fourmis

Contrairement aux abeilles (Apidés) ou aux guêpes (Vespidés), chez qui l’on rencontre des espèces solitaires, toutes les fourmis (Formicidés) vivent en société.
L’organisation sociale d’une colonie est très hiérarchisée et chaque caste effectue des tâches spécifiques.
Cette division du travail existe chez tous les insectes sociaux.

La vie en société

Une société ou colonie de fourmis peut ne comprendre qu’une dizaine d’individus chez certaines espèces alors que chez d’autres, les effectifs peuvent atteindre plusieurs millions d’individus.
C’est par exemple le cas des fourmis légionnaires du genre Eciton ou des fourmis rousses des bois (Formica rufa).

Fourmi légionnaire

Fourmi légionnaire. © dinosoria.com

Chez les fourmis, le sens de l’abnégation est poussé à son paroxysme. Chaque individu est prêt à sacrifier sa vie pour la survie de la colonie et donc de la lignée.
La notion d’individualisme, que l’homme connaît bien, est absente chez les fourmis. Une fourmi isolée est condamnée à mort alors qu'en s'unissant, les fourmis peuvent franchir tous les obstacles et vaincre les nombreux prédateurs.

Il est d‘ailleurs hasardeux de comparer le comportement des fourmis à celui de l’homme car notre échelle de valeurs ne s’applique pas à ces insectes.

Bien sûr, si on veut projeter notre propre organisation, on peut faire un parallèle avec le système de la royauté.

Fourmi tisserande

Fourmi tisserande. © dinosoria.com

Dans le cas des fourmis, il ne s’agit pas d’un roi mais d’une reine dont la survie est primordiale.
Cette reine est la seule à pondre des œufs et donc la seule qui peut assurer la survie de la lignée.
De ce fait, elle est entourée de tous les égards et protégée en permanence par des « gardes ».

Chez les fourmis des bois, il existe de véritables fédérations de fourmilières. Cette espèce bat tous les records démographiques du monde animal.
Les très nombreuses reines des différentes colonies cohabitent en parfaite harmonie et entretiennent des « relations diplomatiques ».
Chaque fois qu’une reine doit se rendre dans une autre colonie, elle est transportée par des ouvrières.
Les fourmis ont donc inventé la chaise à porteur bien avant l’homme.

Fourmi bull-dog

Fourmi bull-dog australienne. Cette espèce est agressive et son venin est dangereux. © dinosoria.com

Chez les fourmis légionnaires du genre Eciton, la reine vieillissante qui a assuré sa lignée en mettant au monde une jeune princesse et future reine doit se battre à coup de phéromones pour conserver son statut.
Cette lutte pour le pouvoir divise la colonie, chaque individu devant choisir son camp. Suivies de leur cour, les deux reines ne pouvant régner sur le même territoire, partent installer un nouveau nid.

La fourmi pot-de-miel (Genre Myrmecocystus) vit dans les régions sèches en Amérique du Nord, en Afrique et en Australie.

Fourmi pot-de-miel

Fourmi pot-de-miel. © dinosoria.com

Cette espèce à la particularité de stocker da la nourriture en cas de disette. En effet, afin de survivre aux sécheresses, les ouvrières récoltent du nectar et se transforment en jarres à pattes.

Fourmi pot-de-miel

L'ouvrière se transforme en réservoir. © dinosoria.com

Ces ouvrières gorgées de miellat restent dans la fourmilière. En cas de besoin, elles régurgitent le nectar.

En Australie et en Afrique, ces fourmis sont très appréciées pour leur goût sucré.

Les différentes castes

Au sein d’une colonie de fourmis, les ouvrières sont les plus nombreuses. Ce sont des femelles stériles, dont la fonction est d’assurer l’essentiel des tâches non reproductrices. Elles prodiguent les soins aux œufs, larves et cocons. Elles s’occupent des travaux de construction, d’aménagement ou de réparation du nid.
Elles approvisionnent la colonie en matériaux et en nourriture.

Fourmis parasols

Des ouvrières Atta sexdens (Fourmis parasols) transportent des végétaux. © dinosoria.com

Chaque ouvrière effectue une tâche bien spécifique. La division du travail chez les ouvrières est liée à deux facteurs : l’existence de castes morphologiques et l’âge.

Chez les fourmis des bois, il n’existe pas de différence majeure de taille, c’est donc l’âge qui détermine les tâches
Les plus jeunes s’occupent des tâches à l’intérieur du nid. Après 40 ou 50 jours, elles sortent pour aller récolter les denrées indispensables.

Fourmi des bois

Fourmi rousse des bois. © dinosoria.com

La reine assure la reproduction.

A certaines périodes de l’année, on peut également trouver dans le nid des individus ailés : ce sont les sexués, mâles ou femelles non fécondées.

Les soldats, qui n’existent pas dans toutes les colonies, sont des femelles plus grandes que les autres.

Reproduction des fourmis

Le nid contient une grande quantité de couvains, constitués par les stades successifs de développement des fourmis.

Quand les œufs éclosent, ils se transforment en petites larves mobiles ressemblant à des asticots.
Ces larves, à l’issue de mues successives, changent de taille pour aboutir à un dernier stade dit prénymphal.
La grosse larve se met alors à tisser un cocon à partir de la soie qu’elle produit à l’aide de glandes spécialisées.
C’est à l’intérieur du cocon que va se dérouler la nymphose, conduisant de la larve à la nymphe et au stade adulte.

Fourmis légionnaires qui transportent les couvains

Fourmis légionnaires genre Eciton en train de transporter les larves. © dinosoria.com

Cette transformation est appelée métamorphose complète.

C’est avec l’arrivée des premières chaleurs que le nid des fourmis rousses des bois (Genre Formica) se réveille progressivement. Les reines se mettent alors à pondre des œufs de grande taille, appelés « œufs d’hiver ». Ils donneront naissance à des adultes femelles.

Si le nombre d’ouvrières nourricières est suffisant, les œufs donneront des reines, sinon ils donneront des ouvrières.

Nid fourmi des bois

Le nid des fourmis des bois se présente comme un grand dôme. © dinosoria.com

Les mâles sont produits par des œufs non fécondés. Ces sexués sortent au même moment de la fourmilière et prennent leur envol.
A l’issue de ce vol nuptial qui ne dure pas plus de 30 minutes, ils se posent pour l’accouplement.
Les reines peuvent s’accoupler avec plusieurs mâles et se constituer ainsi différents stocks de spermatozoïdes.
Ces derniers sont conservés actifs pendant des années à l’intérieur de sa spermathèque.

Après l’accouplement, les jeunes femelles inséminées qui ont survécu s’arrachent les ailes, devenues inutiles.

Une fois sa mission accomplie, le mâle meurt. De leur côté, les femelles fécondées vont tenter de fonder leur propre société.

V. Battaglia (12.09.2009)

Fourmi (Présentation générale). La fourmi: un soldat impitoyable

Références

La Fourmi. Collection Marshall Cavendish. 1994
Encyclopédie Larousse des Animaux. Famille des Formicidae. P. 578. Larousse 2006
La Grande encyclopédie des insectes. Gründ. 1991

< Insectes