Home

Fou de Bassan

Excellent plongeur, le fou de Bassan (Morus bassanus) est capable, dans un piqué quasi vertical, de se jeter sur sa proie et de disparaître dans une spectaculaire gerbe d’eau.
Parmi les 8 autres espèces de fous, le fou de Bassan est le seul visible en France.

Classification : Classe: Aves. Ordre: Pelecaniformes. Famille: Sulidae

 

 

Portrait du fou de Bassan

C’est un oiseau marin facilement identifiable. L’ensemble du corps est blanc avec l’extrémité des ailes noire. La tête et le cou sont teintés de jaune.
Un délicat maquillage noir souligne l’œil bleu et le bec qui est long et effilé.

Fou de Bassan

Fou de Bassan (Morus bassanus). © dinosoria.com

Le bec de l’adulte est gris clair bleuté tandis qu’il est brun foncé chez le jeune.

Les pattes gris-noir sont palmées.

Mâles et femelles possèdent le même plumage. Par contre, les juvéniles sont brun foncé tachetés de blanc.

Fous de Bassan

Le long bec effilé des fous de Bassan sert à happer les poissons. © dinosoria.com

La longueur varie de 87 à 100 cm pour un poids de 2,3 à 3,6 kg.  Le juvénile est plus lourd que l’adulte et son poids peut dépasser 4 kg.
C’est l’un des oiseaux marins qui possède la plus grande envergure : 165 à 180 cm.

Chant : Chant guttural mais en général, le fou de Bassan est silencieux.

Migration et observation du fou de Bassan

La répartition est nord-américaine et nord-européenne. En dehors de la période de nidification, on l’observe au-dessus des océans.

Le fou de Bassan vit dans le nord de l’hémisphère Nord en été et descend vers le sud en hiver.

Colonie de fous de Bassan

Colonie de fous de Bassan en Bretagne. © dinosoria.com

En Europe, cet oiseau niche sur les côtes d’Islande, d’Ecosse, sur les îles anglo-normandes, en France (Bretagne principalement) et en Norvège.

Des colonies vivent à Terre-Neuve. La colonie la plus importante du monde niche sur l'Île Bonaventure, en Gaspésie, au Québec. Elle bénéficie ce faisant d'un espace protégé car l'île entière fait partie d'un parc national.

Fou de Bassan

Ce léger maquillage noir donne un air très élégant au fou de Bassan. © dinosoria.com

Les migrations commencent dès septembre. Les fous migrent le long des côtes africaines jusqu’au Sénégal et au bord de la Méditerranée.

En France, on peut observer le fou de Bassan sur l’île de Rouzic, en Bretagne, dans l’archipel des Sept-Îles.

Fou de Bassan en plein vol

Le fou de Bassan est un excellent voilier. © dinosoria.com

Les premiers nicheurs sont arrivés en 1939 et depuis, la colonie s’est largement implantée. Cette colonie compte environ 15 000 couples qui parcourent 300 km chaque jour pour se nourrir au large d’Ouessant.

Quelques couples se sont également implantés dans la région de Marseille.

Mode de vie

Le fou de Bassan est un oiseau pélagique qui vit le plus souvent en haute mer. Il s’installe sur les côtes pour nidifier.

Il affectionne les zones rocheuses et les falaises sur lesquelles de vastes colonies s’installent. Cet oiseau pénètre rarement dans les terres. Ces quelques individus observés loin des côtes se sont égarés à cause des vents violents d’une tempête.

Fous de Bassan

Les couples sont unis pour la vie. © dinosoria.com

Les jeunes sont de grands voyageurs mais en vieillissant, les migrations sont plus courtes.

Le fou de Bassan se nourrit exclusivement de poissons, jusqu’à 700 g par jour. Pour capturer ses proies, il utilise une méthode spectaculaire. Il plane à plusieurs dizaines de mètres et quand il repère une proie, il plonge à la verticale, les ailes à demi repliées.

Son vol puissant et très rapide lui permet de happer le poisson en faisant gicler une gerbe d’écume à plusieurs mètres de haut.

Fou de Bassan qui vole

Ce fou de Bassan rapporte des végétaux pour le nid. © dinosoria.com

C’est un excellent voilier qui peut planer pendant des heures. Par contre, à l’envol et à l’atterrissage, il est plutôt maladroit.

Reproduction

Les couples se forment pour la vie vers 5 ou 6 ans, c’est-à-dire à la maturité sexuelle. Les deux partenaires peuvent espérer une longévité d’environ 20 ans.

Le couple installe son nid sur une falaise au milieu de la vaste colonie. Le domaine vital de chaque couple est très réduit.
De ce fait, il arrive que des querelles s’engagent entre voisins pour peu qu’un individu se trompe de nid ou empiète sur celui du locataire d’à côté.

Querelle entre deux fous de Bassan

Querelles de voisinnage entre deux fous de Bassan. © dinosoria.com

Le couple transporte des algues, un peu de terre et des plumes afin que la femelle puisse pondre un unique œuf blanc bleuté, entre avril et mai.

L’œuf est couvé en alternance avec le mâle. Chaque fois que l’un des deux doit partir pêcher, le changement est effectué avec beaucoup de précaution car les prédateurs sont à l’affût. Le goéland argenté qui fréquente également l’archipel des Sept-Îles n’hésitera pas, en cas d’inattention, à s’emparer de l’œuf ou de l’oisillon.

Oeuf couvé par un fou de Bassan

La femelle pond un oeuf unique. © dinosoria.com

L’incubation dure 40 à 46 jours. A l’éclosion, le petit est couvert d’un épais duvet blanc qui se transformera en livrée brune.

Les parents nourrissent leur petit avec des poissons qu’ils régurgitent. L’oisillon est nourrit jour et nuit. De ce fait, le petit grossit très vite et en une dizaine de jours, atteint le poids respectable de 4,5 kg.

Ses réserves lui seront indispensables quand il devra se nourrir seul.

Poussin Fou de Bassan

L'oisillon ressemble à une grosse peluche. © dinosoria.com

Vers l’âge de 3 mois, le jeune quitte le nid mais il ne sait  pas encore voler. Il débute donc sa vie d’oiseau marin en tombant du haut de la falaise et en nageant.

Il lui faudra apprendre dans les 2 semaines qui viennent à voler et à pêcher.

Fous de Bassan

Le fou de Bassan est protégé sur son aire de répartition européenne. © dinosoria.com

Jusqu’à leur maturité sexuelle, les jeunes vivent seuls et voyagent. Puis, ils trouvent une ou un partenaire et s’installent au sein d’une colonie.

Conservation

Le fou de Bassan est protégé en vertu de l’annexe II de la Convention de Berne. En France, il est inscrit comme espèce fragile sur la Liste Orange nationale des oiseaux nicheurs et hivernants.

Fou de Bassan

C'est pendant la nidification que le fou de Bassan est le plus vulnérable. © dinosoria.com

Comme la plupart des oiseaux marins, le fou de Bassan a payé un lourd tribu aux accidents pétroliers comme ceux de l’Erika ou du Prestige.
Il est également victime des dégazages sauvages en haute mer.

L’espèce bénéficie d’une protection sur l’ensemble de son aire de répartition européenne. Il bénéficie également d'une protection au Canada et notamment au Québec.

V. Battaglia (27.09.2009)

Contribution: Serge Brouillette

Références

Peter Harrison, Seabirds of the World. Princeton University Press 1996
Jim Enticott et David Tipling, Seabirds of the World. New Holland Publishers Ltd 2002
Lars Svensson & Dan Zetterström & Killian Mullarney, Birds of Europe. Princeton University Press 2009

< Oiseaux