Préhistoire < Hommes préhistoriques < Maîtrise du feu

Le feu 

Maîtrise et techniques

Le feu n’est pas une invention de l’homme bien évidemment, mais par contre, il a su inventer les techniques pour le maîtriser.

Le feu est considéré comme une conquête d’Homo erectus, mais il semble maintenant certain d’après des découvertes récentes, que la maîtrise du feu remonterait à une date bien antérieure. La maîtrise du feu a donné à l’homme un avantage décisif sur les autres espèces. Grâce au feu, nos ancêtres pouvaient mieux se protéger des prédateurs, se chauffer, s’éclairer et améliorer leur alimentation.

En s'affranchissant de l'état animal, l'homme a conçu un univers totalement nouveau. L'histoire de son émergence en tant qu'espèce à part se confond avec celle des inventions préhistoriques : de l'outil de la préhistoire à l'art préhistorique, l'homme n'a cessé de mettre des objets et du sens entre lui et le monde à l'état de nature. À l'inverse des inventions de l'Histoire, celles de la préhistoire répondaient toutes à un besoin vital. À la fin du néolithique, l'humanité avait atteint un tel niveau technique et culturel que certaines populations n'ont plus évolué pendant des millénaires.

Les premières traces de la maîtrise du feu

En avril 2012, une étude parue dans la publication hebdomadaire américaine Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) révèle que nos ancêtres maîtrisaient le feu il y a 1,4 millions d'années.

Des fragments d'os d'animaux brûlés et d'outils en pierre qui semblent encore plus vieux ont été découverts dans des sédiments à l'intérieur de la caverne Wonderwerk dans le centre-nord de l'Afrique du Sud.

Les auteurs de l'étude, dont l'anthropologue de l'Université de Toronto, Michael Chazan, précisent :

Nous avons trouvé des cendres de substances végétales bien préservées et des fragments d'ossements, déposés sur des surfaces bien délimitées et mélangés aux sédiments », ce qui laisse supposer l'existence de petits foyers près de l'entrée de la caverne.

Certains fragments font apparaître une décoloration de la surface, effet typique d'un feu contrôlé et non d'un feu d'origine naturelle ou d'un autre phénomène du même genre.

L'analyse recule de 300 000 ans le moment de l'utilisation du feu par l'Homme, ce qui suggère que les ancêtres de l'Homme, déjà du temps de l'homo erectus, pouvaient avoir adopté le feu dans leur mode de vie.

Des découvertes de la maîtrise du feu

En avril 2004, des chercheurs israéliens ont découvert la preuve de la domestication du feu par l’homme il y a 790.000 ans.

L’équipe de Naama Goren-Inbar a mis au jour des graines, du bois et du silex brûlés sur le site archéologique de Gesher Benot Ya’aqov, au nord d’Israël. Réparties sur plusieurs points particuliers, ces traces d’olivier, de vigne sauvage et d’orge brûlés pourraient être les vestiges d’anciens foyers allumés par la main de l’homme. (Revue Science du 30 avril. 2004).

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont passé au crible plus de 20.000 échantillons de graines et de fruits et plus de 50.000 échantillons de bois. Une faible proportion présentait des preuves de combustion, rapportent les auteurs, qui écartent ainsi l’hypothèse d’un feu naturel.

Homo erectus

Reconstitution d'Homo erectus . By Ideonexus

La grotte de Zhoukoudian, en Chine, est le site le plus riche d’Asie en fossiles d’Homo erectus.
On y a également découvert de nombreux outils en quartz. Des strates noirâtres à plusieurs mètres de profondeur et sur plusieurs mètres de long ont été interprétées comme la preuve que l’homme entretenait du feu dans la grotte.
Cependant, aucun foyer classique n’y a été retrouvé. Par contre, des dents et des crânes d’animaux sont brûlés.

Cette grotte nous apprend donc qu’Homo erectus y a pénétré, y a laissé des outils et des ossements et que ces hommes connaissaient le feu.
Les vestiges de Zhoukoudian sont vieux de 500 000 à 1,5 millions d’années avant notre ère. Cependant, à ce jour, un doute subsiste. Tous les paléontologues ne sont pas d’accord et on ne sait pas vraiment s’il s’agit de feux spontanés ou de foyers entretenus.

Foyer prehistorique

Restes d'un foyer retrouvé à Etiolles (France) et datant du paléolithique supérieur. (Muséum national d'Histoire naturelle, Paris) . By Sylvain Souit

Le feu a-t-il fait l'homme ?

Quand l’homme a apprivoisé les flammes, il a franchi une étape fondatrice, qui le distinguait pour toujours des autres espèces animales. Car le pouvoir qu'il a ainsi acquis sur les animaux et la nature lui a ouvert de nouvelles voies. Avec la bipédie, l'outil, l'enterrement des morts et l'art, la maîtrise du feu constitue l'un des facteurs déterminants de l'hominisation.

La maîtrise du feu est-elle née par accident ?

L'homme a-t-il cherché à reproduire ces grandes flammes qui mangeaient littéralement la forêt lorsque la foudre s'abattait inopinément sur un arbre ?
Nous ne le saurons jamais.

Il existe des traces de feu utilisé par l'homme pour faire cuire des animaux en Afrique du Sud et au Kenya, datées respectivement de- 1,5 et- 1,4 millions d'années. Mais, en l'absence de foyer sur certains sites, il se peut qu'il ne s'agisse que d'incendies exploités par l’homme, et non du produit d'une maîtrise technique.

Homo erectus et le feu

Illustration d'un Homo erectus qui utilise la technique de la percussion oblique-lancée. (Cleveland Museum of Natural History) By Hairymuseummatt

Parmi les premiers sites connus, on peut citer celui de la grotte de l’Escale (Bouches-du-Rhône, France), daté de Mindel I.

Note : Glaciation de Mendel: deuxième glaciation de l'ère quaternaire qui s'est étendue entre 650 000 à 350 000 ans environ.

  • 500 000 : Début de la glaciation de Mindel (Mindel I)
  • 450 000 : Interstade Mindel I.: réchauffement
  • 400 000 : Glaciation de Mindel II

D'autres foyers reconnus apparaissent à partir d'environ 400 000 ans : Menez-Dregan à Plouhinec, Lunel Viel en France ou Vértesszőlős en Hongrie.
Ces foyers sont incontestables car on note à côté de petits foyers remplis d’os brûlés et de charbon d’os, de nombreux galets aménagés.

Les techniques du feu

Il est difficile de déterminer précisément quelles techniques ont été utilisées par Homo erectus, puis par Homo sapiens, pour obtenir le feu.
Les preuves matérielles manquent.

Les techniques d’obtention du feu se divisent en deux grandes catégories :

  • Techniques par percussion
  • Techniques par friction

André Leroi-Gourhan a intégré cette division dans une classification tripartite, désormais classique :

La percussion oblique-lancée : elle emploie la projection d’étincelles sur une matière aisément combustible (étoupe, feuilles sèches, ect.), à l’aide de pierres dures (quartz, silex) que l’on percute contre d’autres pierres dures ou contre des nodules métalliques (pyrites de fer).

Technique du feu

Illustration © Sophie Astruc

La percussion oblique-posée : c’est une technique par friction. Elle emploie le frottement ou le sciage continu d’une pièce de bois avec une autre pièce de bois généralement plus dure. La chaleur ainsi dégagée est fournie à une matière très facilement inflammable. Les formes modernes de cette technique sont l’allumette chimique et le briquet à molette.

Technique du feu

Illustration © Sophie Astruc

La percussion circulaire : le feu est obtenu par rotation d’une baguette de bois dur introduite dans une cavité creusée dans une pièce de bois plus tendre. Le mouvement de rotation rapide que l’on imprime à la baguette directement avec les paumes de la main, ou indirectement à l’aide d’une courroie, produit un échauffement suffisant pour allumer les matières combustibles.

Percussion circulaire

Illustration © Sophie Astruc

Les usages du feu

Les vestiges de foyers utilisés comme calorifères prouvent que nos ancêtres se servaient du feu pour se chauffer.
La fonction d’éclairage du feu ne peut être documentée avec certitude que pour la période très tardive du magdalénien, lorsqu’apparaissent les premiers vestiges de lampes.

Au paléolithique supérieur, la lampe à graisse éclairait le fond des grottes.
Un bloc de calcaire ou de grès représentant une petite cuvette servait de support. Cro-Magnon y brûlait du suif de boeuf ou de cheval. Un peu de lichen servait de mèche.

Lampe à graisse

Lampe à graisse. (Cleveland Museum of Natural History) . © dinosoria.com

Le feu a-t-il été employé comme arme ? Une des spécialistes de la question, Catherine Perlès, souligne : »rien ne ressemble plus, pour un archéologue, à un incendie de prairie d’origine naturelle qu’un incendie de prairie allumé par l’homme. »

Cette incertitude, faute de traces indiscutables, n’invalide pas cependant le rôle du feu comme arme défensive.

La datation de la cuisson des aliments présente le même degré d’incertitude.

La poterie n’a pas une origine unique. Ses principes ont été découverts très tôt par diverses populations de chasseurs-cueilleurs qui fabriquent, dès le paléolithique supérieur, des figurines et des récipients en argile cuits au four.

Il est clair que la poterie s’est développée dès que les populations se sont sédentarisées, avec la pratique de l’agriculture et de l’élevage.

Parmi les principaux sites recelant des vestiges de poterie datant du VIIe millénaire avant notre ère, il faut citer Çatal Höyük en Anatolie ; Ramad III et Bouqras III en Syrie ; Sesklo en Thessalie ; Néa Nicomedia en Macédoine ou encore cap Ragnon dans le sud de la France.

La chronologie de la maîtrise du feu est donc encore bien incertaine. Les prochaines découvertes nous permettront sans doute d’en apprendre davantage.

V. Battaglia (1.12.2008). M.à.J 04.2012

Homo erectus

Sources

Berceaux de l'humanité Editions Larousse. 2003
La vie des hommes de la préhistoire Editions Ouest France 2003
Early human fire skills revealed . BBC
Current anthropology (des ouvrages de référence sur les dernières découvertes)

< Hommes préhistoriques