Home

Enigmes < Cryptozoologie. Animaux de légende < Félins en Angleterre

Des grands félins en Angleterre

L’Ecosse est un pays parcouru de montagnes, de forêts et de landes, peuplées uniquement de cerfs et de moutons. Ce pays semble donc un endroit idéal pour abriter de grands félins. Les premiers rapports officiels faisant état « d’animaux de grande taille inconnus » remontent au début du 20e siècle.

Depuis les années 20, de mystérieux « félins » ont été signalés un peu partout en Ecosse mais également dans l’ensemble de l’Angleterre. Il semble que des rencontres avec des « pumas » ont été nombreuses depuis.
D’où viennent ces félins et comment se fait-il, avec les moyens actuels, qu’ils soient aussi insaisissables ?

Des félins bien réels

Entre 1920 et 1927, des fermiers de l’Inverness-shire ont eu à déplorer de nombreuses pertes dans leurs troupeaux. L’un des fermiers tua « un grand animal sauvage jaune d’espèce inconnue ».
La dépouille n’a pas pu être étudiée.

Par contre, un autre animal fut pris au piège et le zoo de Londres l’identifia comme étant un lynx.
On pensait l’espèce absente de ce pays. Il s’agissait probablement d’un animal relâché dans la nature par un particulier.

Bebe lynx du Canada

Jeune Lynx du Canada. © dinosoria.com

Depuis, les témoignages se sont succédé. En 1979, un camionneur vit un grand félin sur la route aux environs de Glasgow : »L’animal était grisâtre, avec des touffes blanches sur les côtés ».

En 1980, un fermier décida de tendre un piège à l’animal qui décimait ses troupeaux. Il se servit d’une tête de mouton comme appât.
Le 29 octobre 1980, il revint relever le piège et entendit des grognements. L’animal pris au piège n’était autre qu’un vrai puma bien vivant.

Puma

Puma . © dinosoria.com

L’animal fut transféré dans un parc naturel. Il s’avéra que ce puma était apprivoisé mais avait vécu quelque temps en liberté, selon les analyses de ses excréments.
Après enquête, on trouva le coupable. Il s’agissait d’un homme qui, devant aller en prison, avait libéré ses deux pumas dans la nature.

Les rencontres avec des pumas dans la région ne s’arrêtèrent pas là. En fait, elles furent de plus en plus fréquentes.

Chasse au lion en Grande-Bretagne

Un lion supporte très difficilement le climat pluvieux anglais. De plus, cet animal n’aimant pas le thé, il n’a aucune raison de quitter sa réserve pour faire peur aux vieilles lady.

Pourtant, de nombreux témoignages font état de rugissements résonnant dans la paisible campagne anglaise.

C’est ainsi qu’un « gros lion » défraya la chronique en juillet et août 1976.

Lion

Lion. © dinosoria.com

Le félin faillit faire mourir de peur deux laitiers qui tombèrent nez à nez avec le roi de la savane alors qu’ils faisaient leur tournée matinale, près de Nottingham.

Une battue avec hélicoptères et chiens fut organisée mais le lion resta introuvable. Aucun zoo ne signala la disparition d’un félin.

Après quatre jours de vaines recherches, le lion refit son apparition dans le jardin d’un médecin.
Là encore, le lion prit la fuite à l’arrivée des policiers.

Au bout d’une semaine de battues et près de 100 témoignages, le lion sembla disparaître dans la nature.
Ce qui est étrange c’est qu’il n’y eut dans le même temps aucun mouton ou chèvre tué par un prédateur inconnu.

En 1981, un lion fut observé par plusieurs personnes dans le Belfordshire. S’agissait-il du même animal ?
Aucun lion ne manquait dans les zoos voisins et la police ne retrouva pas le fauve qui, une fois de plus, s’évanouit.

Une panthère noire dans le Warwickshire

En 1981 et 1982, des rapports affluèrent faisant état de la présence d’une « créature plus grosse qu’un berger allemand, noire et hirsute ».

Des fermiers trouvèrent des agneaux égorgés et un daim.

Panthere noire

Panthère noire. Licence

Une panthère noire fut aperçue sur un terrain de sport de Wellington Collège. En Galles du Sud, c’est un félin de 1,80 m de long qui troubla des promeneurs.

La naturaliste Di Francis, qui a recherché activement les animaux observés, a noté 370 témoignages en douze mois.

Des félins insaisissables

Bien que les autorités rechignent à l’admettre, il semble bien que des félins de toutes espèces parviennent à survivre en Angleterre.

Il est certain que la plupart de ces félins sont des animaux qui se sont évadés de zoos ou de cirques ou qui ont été abandonnés par leurs propriétaires.

Puma

Puma.. © dinosoria.com

Il ne s’agit nullement d’animaux mystérieux ou d’espèces disparues comme j’ai pu le lire. Par contre, le mystère réside plutôt dans leur faculté à disparaître sans laisser de traces.

Lors des battues intensives, on n’a pas relevé d’empreintes, ni d’excréments. A croire que ces félins sont d’origine surnaturelle.
Ce qui n’étonnera d’ailleurs personne car, après tout, l’Angleterre, est le pays par excellence des mythes et des fantômes.
La tradition britannique est ainsi respectée.

V.Battaglia (04.07.2006)

Les mystérieux chats d’Angleterre

< Cryptozoologie